Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 21 Avril 2018

  •   Farid Farah
  • dimanche 19 novembre 2017 18:33

L'algorithme du chiffrement, un casse-tête pour le FBI

"Les données de plus de 6.900 terminaux examinés par le FBI en 11 mois sont restées inaccessibles à ce jour".

 

Décidément, les Etats-Unis qui contrôlent la sécurité internationale du réseau Internet se heurtent, depuis quelques mois, à un véritable dilemme de la sécurité numérique. En effet, les agents du FBI se montrent particulièrement désemparés face aux avancées de la technologie de la fabrication des smartphones et de la performance des algorithmes du chiffrement des données.

Ils ont de plus en plus de mal à extraire les données des terminaux mobiles des criminels, et leur travail d’enquête est en train de devenir cauchemardesque. Christopher Wray, directeur du FBI, a récemment déclaré que le chiffrement des données contenues dans les smartphones est devenu un sérieux problème pour les enquêtes de l’agence. "Les données de plus de 6.900 terminaux examinés par le FBI en 11 mois sont restées inaccessibles à ce jour" a-t-il révélé.

C’est la fusillade qui a fait 26 morts dans une église de Sutherland Springs, au Texas, qui est en train de relancer le débat sur le chiffrement des terminaux intelligents. Un des responsables de la police fédérale américaine a fait l’aveu de ne pas pouvoir accéder aux données du téléphone appartenant au tueur présumé afin de tenter de lever le voile sur les raisons pour lesquelles il est passé à l’acte.

Nous savons depuis une longue période que le chiffrement des données personnelles constitue pour l’utilisateur ce qui est le gilet pare-balles pour le policier. En clair, l’algorithme du chiffrement apparait aujourd’hui comme un bouclier efficace contre le contrôle massifié des cybers citoyens par tout type d’autorité. Mais depuis le bras de fer qui a opposé Apple et le FBI après la fusillade de San Bernardino survenue fin 2015, le chiffrement est devenu un obstacle majeur au pouvoir d’enquête de la police fédérale US.

Aujourd’hui, le monde numérique s’oriente vers le blindage de traces laissées par les usagers des terminaux d’accès à l’Internet. Si le cryptage parait être une solution efficace contre le vol des données personnelles, il pose des problèmes aux forces de police et à la justice dans leur lutte contre le crime et le terrorisme. La difficulté de casser un code d'accès à un terminal par les experts du FBI est déconcertante. Des questions se posent alors sur les moyens de lutte contre le danger de l’utilisation des technologies de cryptage pour des actes illicites. Se pose aussi la question du respect de l'intégrité des données personnelles par ces mêmes autorités lorsqu'elles ne sont pas en face d'actes réprimés par la loi.

Article initialement publié dans le Huffington-Post Algérie


Évaluer cet élément
(3 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

La CEDEAO, cadre “idoine” pour institutionnaliser le partenariat d’exception Maroc-Afrique de l’Ouest (Brahim Fassi Fihri)

  La conférence d’Abidjan est initiée par l’Institut Amadeus en partenariat avec la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et avec la collaboration du Centre ivoirien des recherches économiques et sociales (CIRES).

La France expulse un imam salafiste vers l'Algérie

  La Cour a rejeté la demande de l'avocat de l'imam de suspendre provisoirement son expulsion.

L'UA appelle la communauté internationale à soutenir la résolution politique du conflit en Libye

  Une force tripartite de l'UA, de l'Union européenne (UE) et de l'ONU tente de venir en aide aux migrants africains bloqués en Libye.