Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 21 Avril 2018

  •   Mohamed Saadoune
  • jeudi 30 novembre 2017 13:26

Quand Mélenchon radote sur Hocine Aït Ahmed (opinion)

Hocine Ait Ahmed.

Dans le plus pur style du paternalisme rance de la SFIO colonialiste qui a fait la guerre aux Algériens dont il reproduit les tics, M. Jean Luc Mélenchon affirme s'être "fâché" contre Aït Ahmed à cause du Contrat National. "Je me suis fâché avec un homme que j’estimais et que j’admirais, Hocine Aït Ahmed, qui était un personnage flamboyant de la lutte berbère et de la lutte pour l’indépendance de l’Algérie. Je me suis fâché avec lui le jour où il a signé un accord à Rome avec le FIS."

 

 

En France, il y a actuellement un "climat" où les porte-voix de l'establishment et à leur tête, des socialistes présumés - de vrais néoconservateurs islamophobes- veulent faire taire Plenel, Boniface, Gresh et, littéralement, "éradiquer" Houria Bouteldja.

C'est dans ce contexte où les incantations racistes et islamophobes d'un Finkielkraut sont présentées comme des petites facéties d'un "génie" que M. Jean Luc Mélenchon, en apparence l'anti-Valls, mais en apparence seulement, s'est permis de porter des appréciations fausses sur Hocine Aït Ahmed.

Dans le plus pur style du paternalisme rance de la SFIO colonialiste qui a fait la guerre aux Algériens dont il reproduit les tics, M. Jean Luc Mélenchon affirme s'être "fâché" contre Aït Ahmed à cause du Contrat National.

"Je me suis fâché avec un homme que j’estimais et que j’admirais, Hocine Aït Ahmed, qui était un personnage flamboyant de la lutte berbère et de la lutte pour l’indépendance de l’Algérie. Je me suis fâché avec lui le jour où il a signé un accord à Rome avec le FIS."

Cette déclaration de M. Mélenchon est une plaisanterie de mauvais goût. Mélenchon qui se "fâche" contre Hocine Aït Ahmed à propos du contrat national signé "avec le FIS" (sic). C'est le faux qui se mêle à la forfaiture, un petit coup sans panache pour apporter son obole à l'islamophobie ambiante en France.

Mélenchon n'a jamais exprimé un avis sur Hocine Aït Ahmed de son vivant et on le comprend parfaitement. Hocine Aït Ahmed aurait vertement remis à sa place cette emphatique suffisance des dominants qui continuent à croire qu'ils ont le "fardeau" des indigènes à porter et qui croient encore savoir mieux que les Algériens ce qu'il faut pour les Algériens.

Le propos de M. Mélenchon sur sa prétendue "fâcherie" sert à véhiculer un mensonge, un faux, un détournement de sens, celui que les éradicateurs qui ont plongé le pays dans le sang et la destruction n'ont cessé de marteler.

Il faut donc, encore une fois, rappeler face à ces mensonges sans panache relancés dans un contexte français assez hallucinant, que M. Hocine Aït Ahmed n'a pas "défendu le FIS" mais qu'il a œuvré, de toutes ses forces et en pleine conscience, avec d'autres responsables politiques algériens, à éviter que son pays ne sombre dans les violences et les destructions.

Hocine Aït Ahmed n'ayant jamais été un pantouflard ou un révolutionnaire de pacotille et encore moins un idéologue assoiffé de sang au nom de "l'histoire", il savait que ce que la guerre veut dire. Agir pour l'éviter, dans une démarche politique claire et transparente, était non seulement une option sage mais un devoir moral.

Et puisque M. Mélenchon en arrive à "poser" à la conscience du siècle sur le dos des absents, nous devons dire - et ceux qui le connaissent le savent - que M. Hocine Aït Ahmed avait un immense dégout pour une grande partie du personnel politique français, socialistes compris ou peut-être surtout. Eux, dont l'imposture a atteint des cimes. C'est un dossier qu'il faudra ouvrir car M. Hocine Aït Ahmed en a beaucoup parlé en privé.

Mais il faut rappeler sans attendre à M. Mélenchon, si tant est qu'il n'affabule pas, que Aït Ahmed n'en avait cure des "fâcheries" des faux amis. Hocine Aït Ahmed pensait par lui-même, en Algérien, pour l'intérêt de l'Algérie et des Algériens et il n'a jamais attendu d'être "éclairé" par ceux qui se croient les dépositaires uniques de la "bonne pensée".

La prétention de M. Mélenchon est typique de ces élites françaises qui continuent de se croire des "civilisateurs" et qui ne sont en fait que des épigones à peine lissés de la vieille et sinistre SFIO.

 


Évaluer cet élément
(4 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • ça commence très mal ! L'incendiaire Bouteldja s'auto-éradique elle-même avec son fanatisme et sa connerie.. c'est drôle aussi de voir que la même position peut être vue par les gauchos baathistes de chez nous comme anti-intégriste quand elle est le fait de ces mêmes gauchos baathistes et "islamophobe" quand on s'attaque parfois à juste titre des intellos français qui défendent Tariq Ramadan ou tout autre représentant de la tentacule frère-muz en Europe... le complexe du colonisé c'est aussi le fait de ne pas savoir rester droit dans ses bottes juste parce que incapable de sortir de schémas éculés datant de l'époque de la guerre froide voire d'avant..

    Rapporter Kamo jeudi 30 novembre 2017 16:15
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

La CEDEAO, cadre “idoine” pour institutionnaliser le partenariat d’exception Maroc-Afrique de l’Ouest (Brahim Fassi Fihri)

  La conférence d’Abidjan est initiée par l’Institut Amadeus en partenariat avec la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et avec la collaboration du Centre ivoirien des recherches économiques et sociales (CIRES).

La France expulse un imam salafiste vers l'Algérie

  La Cour a rejeté la demande de l'avocat de l'imam de suspendre provisoirement son expulsion.

L'UA appelle la communauté internationale à soutenir la résolution politique du conflit en Libye

  Une force tripartite de l'UA, de l'Union européenne (UE) et de l'ONU tente de venir en aide aux migrants africains bloqués en Libye.