Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 21 Janvier 2018

  •   Par Ahmed Gasmia
  • vendredi 1 décembre 2017 11:06

Chakib Khelil, lorsque le politique écrase l’expert

Ce qui était frappant dans la conférence donnée, samedi dernier, par Chakib Khelil, à l’ISGP (Institut supérieur de gestion et de planification), c’était le fait que l’intervenant n’ait pratiquement pas parlé du secteur énergétique. Le seul moment où il l’avait évoqué c’était, en réponse à la question d’un invité, et pour parler brièvement de la concurrence sur le marché international.

 

Chakib Khelil, ancien ministre de l’Energie, ex-patron de Sonatrach, deux fois président de l’Opep, ancien président de la Commission africaine de l’énergie (AFREC),  de l'Association des pays africains producteurs de pétrole (APPA) et du Forum des pays exportateurs de gaz (FOPEG) a choisi de parler de subventions, d’investissements et de marché parallèle. L’intitulé de sa conférence « Economie algérienne perspectives/ prospectives » était celui d’un expert dont la vision dépassait de loin le seul secteur énergétique. Comment expliquer ce choix qui, disons-le, a fini par donner lieu à une conférence marquée par des généralités ? Car sur le plan pédagogique, on ne peut pas dire que l’ancien ministre soit allé très loin, donnant quelques explications sommaires tout en évoquant des solutions déjà proposées par des experts algériens. L’exercice était assez risqué devant un public qui ne comptait pas que des étudiants de l’ISPG. Des économistes reconnus, des spécialistes des questions énergétiques, des cadres dirigeants d’institutions publiques étaient présents.

On ne sait donc pas si l’ISPG avait invité Chakib Khelil, le docteur et ancien ministre où plutôt la personnalité politique. D’ailleurs les médias, qui n’ont  pas été officiellement invités, comme l’opinion publique se sont  beaucoup plus attardés sur le fait que l’ancien ministre donne une conférence à Alger que sur le contenu de la conférence elle-même. Dans la presse et sur les réseaux sociaux, une seule et même idée est revenue sans cesse, celle de la préparation du terrain pour le grand retour de Chakib Khelil aux affaires. Et si l’on se fie au thème choisi pour la conférence, on peut dire que l’ancien ministre voit loin.

L’invité de l’ISPG dont le nom a été associé à des affaires de corruption liées à la compagnie nationale Sonatrach n’ignore pas que beaucoup d’Algériens l’ont déjà jugé et condamné. Difficile donc de se redonner une nouvelle image après un tel épisode. Ses premières apparitions publiques, après son retour au pays, étaient celles de visites faites dans des Zaouyas, des confréries religieuses qui historiquement avaient toujours eu de l’influence sur la société. Historiquement, mais beaucoup moins aujourd’hui, les référents religieux ayant quelque peu changé au fil des générations. Les jeunes, moins sensible à l’aura des Zaouyas, comprennent, en revanche, le langage des réseaux sociaux. Et c’est sur ce terrain que Chakib Khelil a déplacé le curseur dernièrement.

Lors de sa conférence de l’ISPG, il a parlé, à deux ou trois reprises, de sa page Facebook sur laquelle il donne sa vision des choses sur le plan économique. Une page suivie, selon lui, par des dizaines de milliers d’internautes.  L’ancien ministre cherche manifestement à se donner l’image d’un homme moderne qui ne perd pas de vue les questions importantes pour l’avenir du pays. En se rendant dans des Zaouyas, c’était surtout la personnalité politique qu’il exposait à la vue du public. A présent, c’est l’expert en économie, qu’il souhaite mettre en avant. Ce n’est pas encore gagné. 


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

comment Bouteflika pousse déjà Ouyahia vers la porte & comment Tiguentourine a sonné la chute du DRS

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

La hausse du prix des carburants ? - 52.1%
La taxe à 30% et plus du matériel informatique ? - 33%
L’augmentation du prix du tabac ? - 10.1%

Total votes: 1704

Vidéos

Docteur Ali Belkheiri: "Il y a des secteurs qui vont beaucoup recruter en A

A ne pas manquer

Prev Next

Un accord d'exploitation du champ de Rhoude el Krouf signé entre Sonatrach, Alnaft et Cepsa

  Le gisement de Rhoude El Khrouf ( RKF) a été découvert au sein du périmètre contractuel du champ de Rhoude Yacoub, en septembre1992, suite au forage du puits RKF1 et a été mis en production le 31 mai 1996.

Algérie : Ouyahia répond aux critiques de Chakib Khelil

L’ex-ministre de l’Energie a critiqué, entre autres, le recours au financement non conventionnel, qu’il considère comme générateur d’inflation. 

Algérie: La commission chargée d'élaborer la liste des métiers pénibles a été installée

Selon le ministre, le nombre de retraités comparé aux cotisants est d’un retraité pour 2,5 cotisants alors que cette moyenne devrait être d’un retraité pour 5 cotisants.