Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 25 Février 2018

  •   Par Akram Belkaïd, Paris
  • samedi 27 janvier 2018 11:41

Les riches n’ont plus peur… [ LE BLOG ECO ]

Dix ans après la crise de 2008, le constat est cruel : le libéralisme économique, malgré ses méfaits, est toujours triomphant même si, dans les faits, la situation ne fait que se dégrader.

 

Chaque année, les « élites » mondiales, politique, financière et économique, sans compter la valetaille médiatique, se réunissent au forum de Davos dans le canton des Grisons en Suisse. Il fut un temps où, à ce rassemblement d’ultra-riches, de riches et d’obligés, répondait une manifestation plus engagée, altermondialiste ou, du moins, peu marquée par l’ultralibéralisme. Ce n’est plus le cas. Dix ans après la crise de 2008, le constat est cruel : le libéralisme économique, malgré ses méfaits, est toujours triomphant même si, dans les faits, la situation ne fait que se dégrader.

 

Riche de plus en plus riche

 

Le 22 janvier, l’organisation non gouvernementale Oxfam a publié une étude qui démontre que les riches sont encore plus riches et que rien ne change pour les pauvres (*). Deux statistiques résument cette conclusion : 82% de la richesse créée vont au 1% le plus riche de la planète. Plus grave encore, et alors que la presse économique célèbre le retour à l’expansion après des années de marasme, 50% de la population du globe n’ont pas touché le moindre bénéfice de cette croissance mondiale.  

Cette situation peut-elle durer ? Est-ce qu’un statu quo est possible sans violences et sans que les plus démunis ne cherchent à remettre en cause cet ordre établi ? Depuis la chute de l’ex-URSS et la disparition de la « menace rouge », les « riches » n’ont plus d’adversaires. Ils n’ont plus besoin de consentir des compromis. Rien ne les force à partager. En un mot, ils n’ont plus peur de rien et certainement pas des dirigeants politiques qui sont à leurs ordres. Comment expliquer, sinon, que rien ne change dans le domaine de l’évasion fiscale ? Les scandales et les révélations ont beau se multiplier, l’ingénierie financière est à son optimum et les paradis fiscaux, censés être neutralisés, continuent d’accueillir les milliards de dollars ou d’euros qui échappent, légalement ou non, au fisc. Autant de ressources qui échappent à la redistribution.  

Quand on regarde la nature des conflits sociaux qui se déroulent actuellement en Europe, et notamment en France, on réalise que la raison n’est pas simplement une affaire de revendications salariales. C’est souvent, aussi, la détérioration des moyens de travail ou de production ainsi que la baisse des effectifs qui sont en cause. Que l’on soit dans le secteur public ou le secteur privé, l’argent manque, ou semble manquer, quand il s’agit de donner du « mieux » (ou du « plus ») aux travailleurs. A l’inverse, rien ne saurait remettre en cause l’explosion des dividendes boursiers et des plus-values financières.

 

Fin du bien public

 

Jour après jour, c’est un scénario catastrophe qui se déroule sous nos yeux. Les inégalités explosent et les Etats deviennent peu à peu les supplétifs de grandes fortunes qui n’entendent pas partager. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si l’on entend parler, ici et là, de projets de « super compound », il s’agit parfois d’îles dans le Pacifique, où les riches vivraient entre eux, loin de toute férule étatique. Avec la dérégulation entamée au début des années 1980, une idée essentielle a, peu à peu, disparu du débat et des programmes politiques : celle du bien public. Cela ouvre la voie à de terribles réajustements. Une croissance qui ne profite qu’aux plus riches ne peut que mener au désastre. Voilà le seul sujet de discussion que le forum de Davos devrait aborder…

 

(*) « Récompenser le travail, pas la richesse ».


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP divisé sur la formule qui transforme la contestation sociale en nouvelle situation politique

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie : Les réserves en devises baissent à 82 jours d'importation, "un niveau plus qu’alarmant"

L'expert en économie Moez Joudi juge le niveau  de stock des réserves plus qu’alarmant. 

Tourisme : 2,5 millions d’Algériens ont visité la Tunisie en 2017 (OTT)

Pas moins de 2,5 millions de touristes algériens ont visité la Tunisie au cours de l’année 2017, une affluence représentant 35% de l’ensemble des touristes ayant visité ce pays voisin, a indiqué à l’APS le directeur de l’Office tunisien du tourisme (OTT).

Les flux commerciaux entre le Maroc et l’Espagne ont dépassé 14 milliards d'euros en 2017

L'Espagne est le premier partenaire économique du Maroc, pour la sixième année consécutive, "tant en importations qu'en exportations".