Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 24 Mai 2018

  •   Farhat Othman
  • jeudi 12 avril 2018 18:26

La Tunisie du pire et du meilleur (opinion)

Tunisie : plénière de l’Assemblée des représentants du peuple.

De tristes spectacles se sont succédé dernièrement au parlement donnant une piètre image de la classe politique tunisienne d'après le 14 janvier 2011, faite d'apprentis terroristes et d'aficionados de putsch militaire. C'est encore plus rageant que triste dans l'enceinte d'une assemblée censée redonner au peuple souveraineté et dignité*.

 

  

Il est vrai qu'un peuple souverain ne se réduit pas à un corps électoral ni n'est nécessairement bien représenté par ses élus. Il l'est plutôt par une société de droits et des individus ayant la pleine maîtrise de leur existence, jouissant des libertés basiques dans leur vie, privée notamment. Ce qui est loin d’être le cas en Tunisie où le texte juridique supérieur n'a plus aucune valeur en face des lois inférieures qu'il a annulées mais qui continuent à être appliquées envers et contre tout.

Comment alors oser parler d'État de droit et de souveraineté populaire alors que ces lois continuent d'être appliquées par les juges et à brimer le peuple dans le silence coupable des juristes, se contentant des arguties d'un formalisme juridique dépassé ? Et cela se fait avec la complicité des politiciens qui ont besoin de la législation de la dictature, et donc son maintien en l'état, pour asseoir leur pouvoir, fonder leurs immunités et privilèges.

Ce n’est, pourtant pas, bien sorcier de décider un moratoire à l'application des lois devenues nulles à défaut de les abroger toutes affaires cessantes ! Et ce n'est pas faute d'existence légale de tels droits, déjà prévus par la constitution. Que peut-on alors attendre de mieux que le spectacle de saltimbanque que l'ARP nous sert ?

Les moins malintentionnés des députés font montre d’un juridisme affligeant, prétendant que le texte supérieur, bien que tenu en échec par un texte inférieur, ne puisse être mis en application que par des lois, qui lui sont pourtant inférieures. Cet argument est obsolète et fallacieux, rien n’empêchant de voter rapidement les lois nécessaires pour la mise en vigueur des dispositifs constitutionnels. Et surtout, dans l'attente, de décider un moratoire à l’application des lois censurées par la constitution. C’est donc bien d’absence de volonté éthique qu’il s’agit, aggravée par une malhonnêteté politique illustrée par le thème d’actualité de la réforme du scrutin électoral.

 

Le faux problème du scrutin électoral

 

Ce n’est pas le scrutin électoral qui fait problème; il n’est qu’un leurre. Tous les spécialistes le diront : il n’y a pas de scrutin parfait. Certes, le mode retenu n’est pas le plus approprié à la mentalité du peuple ni aux besoins à long terme du pays, mais il avait ses justificatifs au sortir de la nuit de la dictature. On a estimé, de bonne ou mauvaise foi — cela importe peu — qu’il était le meilleur dans le cadre d’une transition démocratique et l’intention louable de la plus grande représentativité sans possibilité d’hégémonisme d’une tendance sur une autre. Or, le risque était patent et le mot d’ordre du consensus était incontournable, et l'est toujours, au reste, en Tunisie.

C’est ce qui constitue le vrai problème, car ce consensus s’est traduit par un nivellement par le bas des ambitions de réformer le pays. On a évacué tout ce qui fâche les uns et les autres pour finalement ne rien faire de bien sérieux, surtout pas ce qui était absolument nécessaire, et qui a été de la sorte sacrifié sur cet autel du consensus se révélant une véritable hypocrisie sociale.

Réformer le code électoral ne résoudra donc pas grand-chose puisqu’il n’aura pour but que d’assurer une majorité pour gouverner, non pas selon les intérêts du pays, mais ceux du parti majoritaire. Or, les deux plus grands partis sont déjà au pouvoir et n’ont pas de programme véritable pour le pays, en tout cas aucun tenant compte des exigences du peuple à la liberté et à la dignité. Si ce sont les islamistes qui deviennent majoritaires, c’est la consécration de leurs velléités d’instaurer une théocratie déguisée en Tunisie. Si ce sont leurs ennemis, ce n’est que pour un déguisement pareil, mais ramenant l’ancien régime. La preuve ? Les deux qui sont au pouvoir se satisfont de la législation scélérate du régime déchu, car elle cimente leur puissance au service de leurs privilèges.

 

Absence de volonté éthique au pouvoir

 

C’est bien l’absence de véritable volonté politique réformiste qui fait problème; et c’est surtout en termes d’éthiques qu’elle se manifeste. Car nous continuons à avoir des élites qui ne se font qu’une idée antique de la chose publique, simulant et dissimulant pour mieux profiter d’un pouvoir synonyme d’immunités et de privilèges.

Pour cela, ils n’ont pas et ne doivent pas avoir d'ambitions pour ce pays, son indépendance et l’intérêt de son peuple, car sa situation géostratégique et son imbrication dans le système libéral mondial lui imposent un rôle précis dans la division internationale du travail imposé par le capitalisme mondial. Et ils savent ne point avoir le choix, car s’ils ne s’y résignent pas, c’est le sort de l’ancien dictateur qui leur sera réservé.

Au vrai, la question en matière de politique éthique, ce que je nomme poléthique, est moins de chercher à être indépendant en un monde interdépendant — ce qui relève de l’illusion —, que d’agir avec intelligence, et surtout courage, cette tension vers l’idéal en tenant compte du réel, selon la définition de Jaurès. Et le courage, en matière de volonté politique, est celui de la vérité imposant de retourner leurs propres armes contre les dominateurs, cet Occident imbu de sa technologie du savoir, et de son allié, l’islam politique instrumentalisant la religion pour droguer les masses.

Pour le premier, la vérité ne consiste pas à refuser son système libéral, mais à oser être plus libéral que lui en le rappelant aux fondements véritables du libéralisme qui est loin d’être sauvage, et certainement pas le modèle sans foi ni loi auquel on soumet la Tunisie. Pour commencer, pour amorcer la pompe de la révolution mentale qu’il importe de lui faire faire, l’on doit oser le mettre devant l’obligation de ne pas se dédire en ouvrant les frontières, car la devise du laissez-faire, laissez passer s’applique d’abord aux humains. Et surtout qu’on ne laisse pas place à l’argument des réquisits sécuritaire avec l’outil parfaitement fiable et sécurisé du visa biométrique de circulation.

Pour le second, le sésame islamiste chez lequel le capitalisme sauvage trouve plus sauvage que lui, puisqu'il lui ouvre largement les terres de l’islam, c’est à un retour à la vraie foi de Mohamed qu’il importe de veiller en pratiquant ce que je qualifie l’enracinement dynamique. Cela consiste à démontrer que l’islam est une religion de droits et de libertés et non la caricature judéo-chrétienne représentée par l’islam officiel, et qui n’est que l’antichambre de Daech se voulant une copie de l’essentiel de la jurisprudence (fiqh) sunnite. Il faut oser déclarer obsolète cette tradition surannée et rouvrir la porte à l’ijtihad pour la rénover selon l’esprit même de l’islam.

C’est cela la vocation de la foi islamique et de la Tunisie d’aujourd’hui : montrer le chemin vers la lumière en ce monde des obscurités. Car l’obscurantisme est issu de ce matérialisme excessif qui désenchante le monde, en y tuant le moindre humanisme, faisant muer la spiritualité en religiosité, mettant Mammon à la place de Dieu.

 

La Tunisie va bien, mais laquelle?

 

Si la Tunisie continue à présenter le visage hideux que nous dénonçons - et que tous les esprits honnêtes ne peuvent que faire -, c’est que la fée qui s’est penchée sur le berceau de son coup du peuple, cette prétendue révolution, joue à la sorcière. Elle croit veiller à ses intérêts immédiats dans le pays quand elle ne fait que les desservir sur le long terme. Ainsi tient-on à la perpétuation de la situation actuelle qui est moins une véritable crise économique qu’une crise morale, de même nature que celle qui secoue l’Occident, une crise des valeurs.

En effet, on ne pratique que les mensonges et les faux-semblants en faisant croire que la Tunisie est au plus mal. De fait, on nous ment, la Tunisie va bien et même très bien; mais cela ne sert qu’une caste, celles des profiteurs, à l’intérieur et à l’extérieur du pays. Si le pays va donc mal, c’est juste son peuple, sa majorité exclue des privilèges de la minorité privilégiée et qui s’est bien élargie avec les nouveaux profiteurs du pouvoir, alliés aux anciens aux dépens des plus pauvres dont le nombre s’est encore et encore étendu.

L’adage français ne dit-il pas que du moment que le secteur du bâtiment va, tout va ? Or, on n’arrête de construire dans le pays, surtout des bâtiments de standing pour des commerces de luxe. De fait, la parabole capitalistique est bien claire : tant qu’il y a des affaires, le mercantilisme est florissant; or, on n’a jamais fait autant d’affaires en Tunisie ! Pour le capitalisme allié à l'islam intégriste en son alliance capitaislamiste sauvage, peu importe à quel nom se font les affaires, car l’argent n’a pas d’odeur.

C’est ce qui explique la présence au pouvoir des islamistes et leur durée; car ils y resteront tant qu’ils serviront avec zèle les affaires du grand capital qui sont aussi les leurs. Que l’on fasse donc l’inventaire des arrivistes et des nouvelles fortunes dans le pays depuis la prétendue révolution ! Que l’on demande à tous ceux qui parlent de religion chez les islamistes de s'expliquer sur leurs signes de richesse, extérieurs ou cachés ! Depuis quand l’islam n’est plus cette pauvreté sincère et entretenue, cezuhd, sans lequel il n’est point de vraie foi islamique !

N’est-ce pas d’une telle vocation de notre foi, bien vivace non seulement dans l’inconscient et l’imaginaire populaire, mais aussi en son vécu quotidien, qu’il faut parler : le soufisme, en faisant une arme politique (poléthique) de grande efficacité ? Ne serait-ce pas la vocation de la nouvelle Tunisie ?

 

La vocation de la Tunisie nouvelle

 

Il est bien une vocation de la Tunisie qui doit enfin prendre forme à la faveur des soubresauts qu’elle est en train de vivre. Pour en parler, nous référons à notre modèle en ce bloc-notes, François Mauriac, et cette vérité qu’il rappelait sur la France ; car ce qu’il dit peut bien s’appliquer à la Tunisie.

Dans un entretien avec Yves Dentan, il notait ceci le 7 novembre 1964 : « La France d'aujourd'hui n'est pas un petit pays ni la puissante nation, orgueilleuse et conquérante. Ses possibilités de grandeur sont dans l'accomplissement de sa vocation la plus haute : le rayonnement spirituel. » Et il évoque de Gaulle, cet homme qui a contré la nécessaire marche du pays contre sa vocation rappelée par Mauriac, car « il croit à la mission de la France » à l'encontre de laquelle tout le monde allait. Ayant très bien compris où se situait l’intérêt de son pays, de Gaulle a incarné une « extraordinaire contradiction : cet homme a tout le monde contre lui, les salons, les syndicats et la plupart des partis ; jamais, pourtant, aucun pouvoir républicain ne fut, en France, aussi stable… »

Or, la Tunisie a déjà eu une sorte de petit de Gaulle : Bourguiba qui allait dans son sens, mais sans arriver à réussir comme lui. Aussi, bien plus que d’un nouveau Bourguiba, on a besoin d’un homme de la stature de Gaule, qui ait du Bourguiba certes, mais aussi des autres figures illustres de ce pays, comme Farhat Hached. 

Le temps est-il venu pour qu’une telle incarnation du peuple se hisse au pouvoir afin d'y réussir l’épiphanie de la vraie Tunisie aujourd’hui défigurée par les siens, alliés à ses faux amis, n’ayant en vue les uns et les autres que leurs intérêts mercantilistes ? On verra alors le meilleur que recèle le peuple de ce pays, retrouvant son âme.

 

(*) Nous republions les articles de Farhat Othman, avec son aimable accord. Cet article a été publié initialement sur son blog.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Exxon mobil achètera de la Sonatrach la totalité de la production de lubrifiant de la raffinerie d’Augusta pour les dix prochaines années

Toute la production de lubrifiant de la raffinerie d’Augusta, acquise par la société nationale des hydrocarbures, sera achetée par Exxon mobil pour une durée de dix années, a déclaré le conseiller du PDG de la Sonatrach lors d’une conférence de presse.

Discrimination public-privé: L’Etat veut casser le secteur privé des assurances

Les entreprises publiques d’assurance et AXA ont un pouvoir illimité de souscription des assurances entreprises PME-PMI, tandis que les compagnies privées sont limitées en la matière à moins de 500.000.000 DA

Violence et réalités parallèles, les tendances des programmes de télévision algériennes

Une semaine après le début du mois Ramadhan, le constat que fait un téléspectateur des chaînes de télévisions  algériennes, publiques et privées,  est que la tendance des productions cette année  est à l’anachronisme et le voyage dans le temps pour les séries comiques et à la violence pour les caméras cachés ainsi que  les feuilletons dramatiques.