Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 25 Février 2018

  •   Ihsane ElKadi
  • vendredi 27 janvier 2017 09:23

Davos, Fos Sur Mer; comment le monde et l’Algérie ont symboliquement changé en une séquence




La chronique hebdomadaire de El Kadi Ihsane sur El Watan se penche cette semaine sur la défense de la mondialisation par la Chine face aux visées protectionnistes de Trump, les défaillances de livraison de gaz naturel algérien à Engie et le lancement par l'Algérie du plus grand appel offre du monde pour produire de l’électricité solaire.


Trois évènements ont imprimé cette semaine la chronique du monde qui change. L’effet ciseau à Davos entre les deux premières économies du monde, les Etats et la Chine. La première complainte française qui pointe les défaillances de livraison de gaz naturel algérien et le lancement par l’Algérie du plus grand appel offre du monde pour produire de l’électricité solaire. Les trois évènements sont corrélés au même mouvement tectonique. La mondialisation en crise change la position des pièces sur son échiquier. Début 2017 est un moment charnière symbolique dans la partie. D’abord l’instant Davos. Le président de la Chine, Xi Jiping, y est venu pour la première fois. Pile poile le jour ou Donald Trump a renouvelé sa charge contre le déferlement de marchandises qui rentrent aux Etats Unis et qui détruisent les emplois américains. Xi Jiping a donc campé le rôle du grand défenseur du libre échange : « tout le monde sera perdant dans une guerre commerciale » a t’il prévenu. C’est une révolution copernicienne dans un écrin blanc à 2000 m d’altitude. L’économie qui incarne le capitalisme conquérant le monde tourne le dos à son crédo avec le protectionnisme agressif de Trump, tandis que l’économie émergeante que dirige encore un parti communiste reprend le flambeau pour dire tout le bien de la mondialisation. Ce croisement en ciseau des trajectoires des Etats Unis et de la Chine n’est pas le résultat d’un accident de conjoncture. La mondialisation a affaiblit une grande partie des américains et renforcé une grande partie des chinois. Elle a réduit l’écart entre les deux pays en trois décades à une allure jamais égalée dans l’histoire économique du monde. En 2017, les perdants de la mondialisation aux Etats Unis espèrent, en ayant porté au pouvoir un président populiste qui a surfé sur la peur de l’Etranger, renverser la trajectoire de ces trente dernières années. Ils ne se rendent seulement pas compte que, dans les règles du capitalisme mondial que leur pays à établit durant l’après guerre, le protectionnisme est l’arme des moins compétitifs face aux conquérants. Avec Barack Obama, les Etats Unis ont assumé pour la première fois le renoncement au statut de mono-puissance militaro politique régulatrice de la marche du monde et de ses conflits. Avec Donald Trump l’Amérique entre dans l’ère non assumée verbalement du renoncement à la domination économique du monde. Et bien sur la Chine fait le mouvement inverse. Elle est en confiance dans le libre échange. Elle est dans le cycle de sa puissance ou elle y gagne plus qu’elle n’y perd. L’industrie exportatrice américaine même forte du renfort des GAFAM (Géants des services numériques) n’arrive plus à vendre aux exclus de la mondialisation l’idée d’un lendemain meilleur grâce au libre échange. La passation symbolique de pouvoirs a bien eu lieu cette semaine. Pas entre Obama et Trump. Mais entre les Etats unis et la Chine.

Des livraisons de gaz annulées

Une autre passation symbolique s’est produite. En Algérie. Elle concerne le modèle énergétique algérien de demain. Point de départ du récit, la sortie du DG de GRTgaz l’organisme français en charge de la distribution du gaz dans le sud est de la France. Il a évoqué des « bateaux algériens annulés » sur le spot de Fos sur Mer, et une difficulté de son fournisseur algérien « avec sa production de gaz ». A tel point que par vague de froid persistante, la situation du Sud Est de la France en est devenue « inquiétante ». La réponse algérienne ne s’est bien sur pas faite attendre. Sonatrach s’est fondue d’un communiqué pour expliquer qu’elle n’avait aucune défaillance contractuelle et que les volumes additionnels de GNL demandés par le client Engie à Fos sur Mer (Marseille) n’ont pas été livré parce qu’ils n’étaient pas aussi bien rémunérés que par d’autres clients. En clair l’Algérie a préféré donner la priorité à des clients moins chiches sur le prix du Million de BTU. Le ministre de l’énergie Noureddine Bouterfa a nié qu’il existait un problème de production de son côté, et a même répondu à une question de journaliste ; qu’il ne comprenait pas pourquoi c’était à l’Algérie de s’inquiéter de cette tension sur les fournitures de GNL. Ce qui a laissé dire que Sonatrach voulait utiliser le contexte de cet hiver particulièrement rigoureux pour amener Engie (ex GDF Suez) à revenir à l’achat de volumes plus importants sous régime du contrat de longue durée. La vérité des chiffres contre dit sèchement tous ces scénarios. Sonatrach s’est ajustée durant 40 ans à la demande de son client français en trouvant sans problème le prix des volumes facultatifs prélevés. Les exportations algériennes ont baissé de 62 milliards de m2 en 2007 à 41 milliards de m2, notamment à cause d’une croissance hors norme de la consommation intérieure, encore 4,2% en 2015. Les livraisons de gaz par gazoduc à l’italien ENI sont passées de 23 Milliards de m3 par an il y’a six ans à 12 milliards de m3 en 2015. La défaillance d’approvisionnement était pendante avec la France. Elle ne prend certes pas l’allure d’un défaut contractuel, mais elle transgresse l’esprit du contrat. Faute de quantités disponibles. L’Algérie est symboliquement devenue cette semaine un fournisseur de gaz de taille moyenne. En attendant pire.

La lumière du solaire pour le meilleur

Le pire n’est jamais inéluctable. Le lancement du chantier de 4000 mégawatts d’électricité solaire en Algérie ouvre une première voie de salut pour rester exportateur de gaz naturel à 2030. Le gouvernement a adopté un décret définissant les conditions du cahier des charges du gigantesque appel d’offres pour produire et distribuer 4 GW d’électricité d’origine solaire à 2019. C’est le plus grand chantier, éclaté sur plusieurs sites dans le pays, d’électricité solaire au monde scellé en un seul appel d’offres. Une trop grande prise de risque financière et industrielle disent de nombreux spécialistes. Mais retenons aujourd’hui la puissante charge symbolique de la séquence. C’est dans la semaine où la France, en situation de pré-urgence, se plaint pour la première fois de l’inélasticité de l’offre de gaz algérien que son fournisseur Algérie fait enfin le grand saut vers l’électricité d’origine non fossile. Noureddine Bouterfa a affirmé que cette production de 4GW d’électricité solaire économiserait 62 milliards de M3 de gaz naturel d’ici 2030. En attendant le meilleur. Les 18 GW manquant pour boucler le programme d’énergie renouvelable à 2030. Et redevenir un géant énergétique de 3 e génération.


Évaluer cet élément
(4 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP divisé sur la formule qui transforme la contestation sociale en nouvelle situation politique

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

A ne pas manquer

Prev Next

Au nom de la sécurité des investissements, les véhicules assemblés en Algérie coûtent plus cher

« Le marché local est protégé par les pouvoirs publics et les constructeurs n’ont pas le droit d’augmenter les prix que dans la proportion des augmentations des coûts », selon le Conseiller au cabinet du ministre de l’industrie et des mines.

Algérie- L'inflation moyenne annuelle a atteint 5,2% jusqu'à janvier 2018

  En termes de variation mensuelle et par catégorie de produits, les prix des biens alimentaires ont connu une baisse de 0,9% en janvier 2018 comparativement à ceux de décembre 2017.  

Montage automobile : Les concessionnaires vont devoir chercher leurs équipementiers (responsable)

« La stabilité politique du pays et le cadre incitatif à l’investissement sont des atouts qui permettront d’attirer les équipementiers étrangers », selon un responsable du ministère de l’Industrie.