Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 24 Septembre 2017

  •   Rédaction Maghreb Emergent
  • jeudi 20 avril 2017 10:00

Pétrole- Pour le Koweït et l’Arabie saoudite, l’accord sur la réduction de la production sera vraisemblablement reconduit

L’accord de réduction de la production conclu en novembre 2016 au sein de l’Opep et celui conclu fin 2016 entre l’Opep et les producteurs non Opep ont eu un effet sensible sur les cours, en voie de se stabiliser selon le dernier rapport mensuel de l’Agence internationale de l’énergie. Leur influence demeure, cependant, limitée par l’importance grandissante de l’offre de pétrole américaine.

 

Les pays producteurs de pétrole, qu’ils soient ou non membres de l'Opep, « pourraient être amenés » en mai prochain à prolonger leur accord sur la réduction de l'offre et ce afin de réduire davantage le niveau des stocks. C’est ce qu’a déclaré aujourd’hui à Abou Dhabi, le ministre de l’Energie saoudien Khaled Al Faleh, cité par Agence France Presse (AFP).

« Nous pourrions être amenés à prolonger pour atteindre l'objectif (...) du niveau des stocks » dans les pays consommateurs, a ajouté le responsable saoudien qui s’exprimait lors d'un forum sur l'énergie dans la capitale émiratie. La décision finale, dans ce domaine, a-t-il, toutefois, précisé sera prise après l’évaluation des données du marché en avril et en mai 2017.

Même son de cloche du côté du ministre koweitien du Pétrole, qui a affirmé aujourd’hui, dans une déclaration rapportée par l’agence de presse Reuters, s’attendre à ce que l’accord Opep-non Opep soit prolongé. « Nous assistons à une amélioration remarquable du respect (de cet accord) qui montre l'importance (de sa) prolongation », a estimé Essam al Marzouk.

 

Des cours en voie de stabilisation

 

Pour rappel, l’Organisation des pays exportateurs de pétrole et d’autres importants producteurs, comme la Russie, ont conclu à la fin de l’année dernière un accord par lequel ils se sont imposés une réduction de leur production de brut entre janvier et juin 2017. Cet accord, dont l’objectif est de réduire l’offre mondiale de 1,8 million de barils par jour durant ces six mois, vise à stabiliser les prix, sur un marché qui s’était littéralement effondré en juin 2014. L’accord Opep-non Opep est venu prolonger un autre portant sur la réduction de leur production conclu entre les Etats membres de l’Opep.

Les deux accords ont eu un effet sensible sur les cours, qui ont pu passer la barre des 50 dollars le baril et qui sont en voie de se stabiliser selon le dernier rapport mensuel de l’Agence internationale de l’énergie. Leur influence demeure, cependant, limitée par l’importance grandissante de l’offre de pétrole américaine.


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Bentalha, thérapie de groupe au CPP pour dire l’innommable

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

Vidéos

Algérie - Les préjudices de la LFC 2009 d'Ouyahia équivalent les déficits de 2016 - Ferhat Aït Ali

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie- Le besoin de financement du Trésor pour l'année 2017 est supérieur à 500 milliards DA

Selon le gouvernement, le maintien des prix sur les marchés pétroliers, à leur niveau actuel, "accentuera les tensions sur la trésorerie de l'Etat, à court et à moyen termes".

Algérie- L’euro frôle la barre des 200 DA au marché parallèle

Dans le marché de change officiel au niveau des banques publiques, 1 euro se vend à 140 DA et coûte 131,9 à l’achat.

Complexe El Hadjar : mise à feu du haut fourneau N°2 après un arrêt de deux semaines

Le haut fourneau N°2 du complexe sidérurgique Sider El Hadjar (Annaba) a été mis à feu dimanche après 18 jours d’arrêt à cause du problème de pénurie d’eau nécessaire au processus de production, a affirmé dimanche à l’APS le Directeur-général du complexe, Chemseddine Maâtallah.