Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 18 Janvier 2018

  •   Rédaction Maghreb Emergent
  • jeudi 16 novembre 2017 15:22

Pétrole - Le prix du panier de référence OPEP s’est établi hier à 59,79 dollars le baril

Le panier de l’OPEP, un instrument de quantification concurrent du WIT et du Brent, comprend 14 types de pétrole de qualités différentes, dont, notamment, le Sahara Blend (Algérie), l'Iran Heavy (Iran), l’Es-Sider (Libye), le Basra Light (Irak), le Bonny Light (Nigeria), l’Arab Light (Arabie Saoudite), le Girassol (Angola) et le Mery (Venezuela).

 

 

Selon une information publiée sur le site web de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), le prix du panier de référence de l’OPEP, s’est situé hier mercredi à 59,79 dollars le baril, soit à un niveau légèrement inférieur à celui de la veille (60,52 dollars).

Pour rappel, le panier de l’OPEP, un instrument de quantification concurrent du WIT et du Brent, comprend 14 types de pétrole de qualités différentes, dont, notamment, le Sahara Blend (Algérie), l'Iran Heavy (Iran), l’Es-Sider (Libye), le Basra Light (Irak), le Bonny Light (Nigeria), l’Arab Light (Arabie Saoudite), le Girassol (Angola) et le Mery (Venezuela).

Dans son dernier rapport mensuel, l’OPEP s’est montrée optimiste quant à l’équilibrage en cours du marché pétrolier. Elle a tablé sur une hausse de la consommation  mondiale de 1,53 million de baril/jour à 96,94 mbj, contre 1,45 mbj prévus auparavant. Elle a noté une amélioration de la demande chinoise au 3e trimestre par apport aux prévisions initiales.

L’accord de baisse de la production conclu entre l’OPEP et des producteurs non-OPEP, notamment la Russie, est en vigueur jusqu’à mars 2018. Il devrait être prorogé à la fin du mois.

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



2 Commentaires

  • @Mokrane,
    L'article ne concerne absolument pas le Maroc mais il semblerait que ce soit votre obsession.
    Pour être un peu plus sérieux,je voudrais souligner que:

    1)Cette nouvelle d'une augmentation du prix du pétrole reste une mauvaise nouvelle pour l'Algérie qui ne fera pas les réformes structurelles indispensables.Les yeux des décideurs algériens restent braqués sur les succursales londoniennes et il suffit que les prix ré-augmentent pour que les caisses se remplissent un peu plus et c'est le statu quo.
    Les réformes sont repoussées indéfiniment.

    2)La balance des paiements du Maroc n'a jamais été une seule fois excédentaire depuis l'indépendance et le pays n'a jamais fait faillite.Nombre de pays développés ont une balance des paiements déficitaires.Là n'est pas le problème.

    3)Les chiffres du commerce extérieur du Maroc et de la balance des paiements sont consultables sur le site de l'office des changes marocain et ne sont pas du tout ceux que vous énoncez.
    -Importations:347 milliards de DH soit 36,7 milliards de dollars.
    -Exportations:271 milliards de DH soit 28,7 milliards de dollars(et oui,la balance des services qui comprend entre autres les recettes touristiques et les transferts de flux financiers des Marocains de l'étranger,ça compte et pour le Maroc elle est excédentaire...).
    A noter que la balance des services de l'Algérie est largement déficitaire...
    -Solde:-76 milliards de DH soit -8 milliards de dollars de déficit (ou -6,84 milliards d'euros) bien loin des 14,4 milliards d'euros que vous citez.
    -Investissements directs étrangers:19,5 milliards de DH soit 2 milliards de dollars.

    Tous ces chiffres sont en ligne sur le site de l'office des changes.
    De bons chiffres financiers pour un pays dont les exportations sont diversifiées,sans pétrole et avec beaucoup de travail...

    Rapporter azzedino31 jeudi 16 novembre 2017 20:30
  • Une mauvaise information pour le régime du Makhnez dont le déficit du commerce extérieur ne cesse de se creuser avec un montant de 14,4 milliards d'euros pour les neuf mois de l'année en cours et une prévision de déficit de 19 milliards d'euros pour la fin de l'année 2017 selon les analystes et autres experts internationaux.

    Rapporter Mokrane jeudi 16 novembre 2017 16:20
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...