Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 18 Juin 2018

  •   Nabil Mansouri
  • mercredi 13 juin 2018 15:34

Pétrole : inquiétudes sur la baisse de la production de l'Iran et du Venezuela

Dans son rapport mensuel sur le marché pétrolier, l'Agence internationale de l'énergie (AIE) a mis en garde, sur le déclin prévisible des productions pétrolières de l'Iran et du Venezuela.

 

L'AIE estime que les productions de ces deux pays pourrait être inférieure de 1,5 million de barils par jour (mbj) à ce qu'elle est aujourd'hui d'ici la fin de l'année prochaine.

L’agence envisage, dans le cas de l'Iran, une perte en termes d'exportations proche de celles enregistrées lors des précédentes sanctions, même si cela reste "incertain".

Pour ce qui est du Venezuela, l'AIE suppose dans son rapport, qu'il n'y aura aucun répit dans l'effondrement de sa production qui a déjà retiré du marché 1 mbj, ces deux dernières années.

"Pour combler ces pertes, nous estimons que les pays du Moyen-Orient appartenant à l'Opep pourraient augmenter leur production assez rapidement d'environ 1,1 mbj et que la production russe pourrait augmenter" au-delà de la hausse déjà anticipée.

L’OPEP, de son côté, a indiqué dans son rapport mensuel publié mardi 12 juin, que les perspectives pour le marché mondial du pétrole au deuxième semestre 2018 sont hautement incertaines même si l’effort de réduction des stocks a porté ses fruits.

Les stocks des pays développés ont été en avril inférieurs de 26 millions de barils à leur moyenne sur cinq ans, alors qu’ils étaient supérieurs de 340 millions de barils en janvier 2017,  indique l’OPEP dans son rapport.

Mais le marché pétrolier restera instable et vulnérable à des hausses de prix, dans l'éventualité de nouvelles perturbations et ce, même si le déficit de production de l'Iran et du Venezuela était comblé, selon l'AIE.

Pour 2019, la demande mondiale de pétrole devrait augmenter de 1,4 mbj, un niveau comparable à la progression de cette année, grâce à la croissance économique et à la stabilisation des cours. Ecrit l'AIE dans son rapport.


Évaluer cet élément
(3 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: Les grands choix économiques du pays analysés par Nour Meddahi (Audio)

  Nour Meddahi, professeur d'économétrie et finances à la Toulouse School of Economics revient dans l’entretien accordé à Radio M sur les choix économiques faits par l’Algérie pour atténuer les effets de la baisse des prix du pétrole sur les marchés internationaux, une baisse entamée dès l’été 2014.

Pétrole: Le Brent chute à 73 dollars

  L'Arabie saoudite et la Russie ont fait part de leur souhait d’augmenter leurs productions respectives.

L’Afrique, le Maghreb et les flux migratoires (contribution)

  Il s’agira de poser les véritables problèmes, concernant les flux migratoires venant d’Afrique,  pour  avoir de véritables solutions loin de la démagogie et de la surenchère car  le sujet  est  complexe, la responsabilité étant partagée  entre les dirigeants européens et africains.