Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 28 Mai 2018

  •   Aboubaker Khaled
  • lundi 12 mars 2018 19:24

Algérie: Le FMI recommande la suppression progressive de la subvention de l’énergie

Le représentant du FMI à Alger a émis des réserves quant à la manière adoptée par l’Algérie en matière de réduction des importations.

 

« Le Fonds monétaire international (FMI) est réticent quant au recours (par l’Algérie)  au financement monétaire extérieur pour financer les projets, parce que les expériences internationales montrent que ce financement est très souvent une source d’inflation, donc il y a un risque d’accélérer l’inflation dans le pays et le FMI préconise de ne pas l’utiliser », a déclaré lundi à Alger, le représentant du FMI, Jean-François Dauphin, lors d’une conférence de presse organisée dans le cadre de la visite de consultation effectué en Algérie du 27 février au 12 mars 2018.

Selon le représentant du FMI, si l’Etat est forcé à recourir au financement extérieur, il sera « important de limiter les montants à  emprunter et durée de l’endettement », et d’ajouter qu’il est « important que la Banque centrale joue son rôle de garant de la stabilité des prix et de réabsorber une partie de la liquidité injectée par le financement monétaire ».

A propos des subventions de l’Etat, particulièrement celles liées à l’énergie, Jean-François Dauphin, a souligné que « les subventions mises en place dans un objectif social sont profondément injuste, cela veut dire, que plus le citoyen est riche plus il est bénéficiaire ». Et de préciser ensuite que « les 20% des ménages qui sont riches en Algérie consomment six fois plus de produits énergétiques que les 20% des ménages les plus pauvres. Donc, elles vont à l’encontre de l’objectif que l’Etat veut atteindre ». « C’est pour cela que le FMI préconise un rééquilibrage progressif des soutiens de l’Etat à la population et retirer progressivement les subventions généralisées de l’énergie et enfin, essayer de le remplacer par d’autres formes de de transferts qui seront adressés directement aux populations qui en auront le plus besoin », a-t-il recommandé.

A propos des réserves émises par le FMI sur la limitation directes des importations appliquée par l’Etat, le chef de la délégation du FMI en Algérie a pris en exemple les expériences des autres pays à l’international et souligne que « ces mesures prises d’une manière quantitatives et administratives sur les restrictions à l’importation sont souvent inefficaces. Elles sont source de distorsion de l’économie, elles sont source de tensions inflationnistes et elles sont souvent contournées d’une manière ou d’une autre sur des marchés à l’intérieur du pays ».

Concernant les solutions que le FMI préconise à ce sujet, Jean-François Dauphin a déclaré que « l’objectif recherché est de rééquilibrer les comptes extérieurs et la meilleure manière de le faire, est d’opérer, d’un côté, un ajustement budgétaire qui permettrait de limiter la demande intérieure en importations, et d’engager, d’un autre côté, des réformes structurelles susceptibles de libérer le potentiel de croissance de l’économie et ensuite libérer le potentiel des exportations en favorisant les conditions d’émergence des secteurs exportateurs ».

 

 


Évaluer cet élément
(3 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Les conseils de l'institution"FMI" pousseront indéniablement à une révolte et une mise à feu ,le peuple réagira négativement c'est certain!
    *Pour palier à ce problème de levée des subventions ,il n'y a qu'une seule solution,
    1°changement de la monnaie (création d'un nouveau dinar)
    la masse d'argent thésaurisée depuis une quinzaine d'année par l'informel et les gros milliardaires'gros commerçants)
    2°La BCA pourra connaitre avec exactitude le montant de cette masse d'argent qui d'après les spécialistes se compte à + de 6000 milliards de DA(mais que le gouverneur actuel estime d'une façon aléatoire entre 1000 ou 2000 milliards de DA?????
    3°Lorsque cette masse sera sous les voûtes de la BCA ,l'ETAT augmentera le SMIG à 6xfois l'actuel (65.000da)et le minimum vital des personnes sans activité (revenu vital;à;45000 DA
    -A partir de là ,suppression totale de toutes les subventions(lait,carburant,gaz,farine,semoule ,café et sucre ;;;;;)
    *LA PAIX SOCIALE SERA GARANTIE
    *CETTE MESURE N'EST PAS UTOPIQUE:,elle est la sortie LIGHT des problèmes actuels,
    *L'ETAT connaîtra les fortunés n'ayant jamais payés d'impôts,les impositions sur cinq années d'arriérés feront remplir les caisses de l'état,la fausse monnaie sera absoute etc;;;;;;
    *En attente ces mesures draconiennes !
    BON VENT!

    Rapporter El haoues lundi 12 mars 2018 20:46
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: Les boulangers exigent une augmentation du prix du pain et menacent de faire grève

   Une baguette de pain à 13 dinars serait idéale pour garantir aux boulangers une marge bénéficiaire acceptable, selon la FNB.

Algérie:"Il faut rompre avec l’investissement social et passer à l’entreprenariat libre" (économiste)

  Selon M. Meddah, Les dispositifs d’aides à l’emploi (ANSEJ, ANGEM, CNAC…)  devaient en effet se limiter dans le temps pour céder la place graduellement à d’autres formes de conception afin de bien mener le passage vers l’entreprenariat libre.

Algérie: "Le problème du secteur de la santé a besoin d’une solution politique" (Chaoui)

  Nous sommes en phase de passage d’un paysage dominé par des maladies transmissibles à des maladies non transmissibles, selon le Pr. Farid Chaoui.