Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 23 Mai 2018

  •   APS
  • mardi 13 mars 2018 17:17

Algérie: Sonatrach rachète les parts d'ABB dans la société Sarpi

Ainsi, le groupe ABB est sorti de l’EPC, pas seulement en Algérie mais mondialement, a, à ce titre, rappelé le directeur d’ABB Algérie.

 

La Société algérienne de réalisation de projets industriels "Sarpi", une société par actions créée en juin 1992, en partenariat entre Sonatrach et ABB appartient désormais à 100% au groupe Sonatrach, après le rachat de 50% des parts d'ABB dans cette joint-venture.

Ainsi, un contrat a été signé mardi à Alger entre les deux partenaires pour la cession des parts d’ABB dans la la société Sarpi, à la compagnie nationale Sonatrach, et ce, en présence du P-dg de Sonatrach, Abdelmoumene Ould Kaddour et du Président du groupe ABB dans la région MENA, Joachim Braun.

Nous avons réalisé de grands et difficiles projets avec Sonatrach, durant ces 25 ans.Il y avait une relation spéciale entre ABB et Sonatrach", a tenu à souligner M. Braun. "Travailler avec le groupe Sonatrach est un honneur", a-t-il estimé ajoutant que les deux partenaires ont réalisé des projets ensemble tout en respectant les standards en termes de santé et de sécurité.

Selon lui, la cession des parts d’ABB à la compagnie nationale Sonatrach intervient en raison du changement du business model du pôle d’ABB ingénierie, approvisionnement et construction (EPC). Ainsi, le groupe ABB est sorti de l’EPC, pas seulement en Algérie mais mondialement, a, à ce titre, rappelé le directeur d’ABB Algérie, Tarek El Gani, ajoutant qu’il s’agit  de la nouvelle stratégie d’ABB.

A noter que la Société Sarpi qui exerce ses activités de réalisation d’installations industrielles dans le secteur des hydrocarbures et de l’énergie, est actuellement présente dans plusieurs régions en Algérie. Elle dispose de deux unités opérationnelles dont l’une est basée à Hassi Messaoud et l’autre à Hassi R’mel.

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • ils ont tiré un max de 25 ans ,en fait ,c'est l'accord qui expire et qui n'est pas renouvelé ;bon débarras !ils n'ont rien donné aux algeriens qui restent à SARPI

    Rapporter not ok mercredi 14 mars 2018 00:41
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Média : Les réalisateurs étrangers à la rescousse de la production publicitaire en Algérie

Ce mois sacré de Ramadhan, qui fait monter la fièvre publicitaire et affoler les annonceurs, est devenu désormais le mois de surconsommation par excellence. Des dizaines de spots publicitaires défilent sans cesse à longueur de journée, tentant par tous les moyens de séduire le grand public.

Les défis de la logistique de distribution (contribution)

  La gestion de la chaîne logistique de distribution permet de mettre en œuvre l’ensemble des éléments contribuant à la distribution des produits. Le flux et les stocks, les retours, l’emballage, les équipements, les services de transport, de manutention, les systèmes d’informations…Ce concept relativement standard de la supplychain est en train d’évoluer. Son champ d’intervention s’élargit de plus en plus et...

"Les banques algériennes ont une capacité limitée en matière de prise de risque" (expert)

  Pour l’expert la mentalité figure parmi les obstacles face au changement dans le domaine bancaire.