Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 26 Juillet 2017

  •   Hassan Haddouche
  • jeudi 31 mars 2016 12:06

Omar Berkouk redoute sur Radio M un "flop" pour les prochaines introductions d’entreprises à la Bourse d’Alger

La Bourse d'Alger peine à devenir une vraie place financière.

Pour cet expert financier algérien, les règles de fonctionnement actuel du marché financier sont responsables du manque d’engouement du public pour la Bourse : « Ce sont les professionnels qui doivent acheter et vendre en créant la volatilité et la valeur des transactions et qui font que le public, dans une deuxième étape, s’y intéresse ».

 

 

M. Omar Berkouk, qui était hier l’invité de Radio M., a commenté la prolongation jusqu’au 7 avril prochain de la période de souscription de l’action Biopharm en vue de l’entrée de l’entreprise pharmaceutique à la Bourse d’Alger. Pour cet expert algérien, l’objectif poursuivi par les propriétaires de Biopharm à travers cette opération est de « disperser le capital de l’entreprise » en faisant appel à un actionnariat populaire.

Le caractère, qu’il juge « poussif », de cette première souscription depuis près 3 ans à la Bourse d’Alger, pour une opération qui vise à collecter 6 milliards de dinars, témoigne, selon Omar Berkouk du « désintéressement des Algériens pour la Bourse ». Il y voit la conséquence de la léthargie du marché financier algérien au cours des dernières années et d’un manque de confiance dans ses mécanismes de fonctionnement actuels.

A l’origine de cette léthargie, Omar Berkouk pointe clairement, dans l’ordre, la responsabilité des autorités financières algériennes et celle des intermédiaires en opérations de Bourse (IOB), créés au cours des dernières années par les banques publiques sur injonction de la tutelle.

 

Les IOB sur la sellette

 

Pour tenter de régler le problème de l’animation du marché évoqué de façon récurrente par les dirigeants des entreprises actuellement cotées à la Bourse d’Alger Omar, Berkouk suggère, depuis plusieurs années déjà, aux autorités financières que les six IOB publics soient dotés d’un compte propre pour animer le marché : « Ce sont les institutionnels qui doivent amorcer la pompe. Ce sont les professionnels qui doivent acheter et vendre en créant la volatilité et la valeur des transactions et qui font que le public, dans une deuxième étape, s’y intéresse. »

Les propositions d’Omar Berkouk sont tout à fait précises. Elles consistent, pour les IOB publics, à « mettre 200 millions de dinars chacun et à assurer un rôle de teneur de marché tournant dans la semaine ». Au total donc, un investissement de départ de 1,2 milliard de dinars qui, pour lui, constitue un effort financier tout à fait supportable pour des banques publiques.

Des propositions qui, pour l’instant se sont heurtées à une fin de non-recevoir. « Les autorités financières algériennes, à leur tête la COSOB, affirment défendre un principe de commercialité et soutiennent le point de vue que le marché doit être tiré par la communication des entreprises cotées elles-mêmes ». Un manque flagrant de « volonté politique » pour l’expert financier algérien, qui affirme qu’il s’agit là d’une « démarche valable pour les marchés matures mais inappropriée pour le marché algérien » En Algérie, il en est convaincu, c’est un cocktail de volontarisme et de formation des ressources humaines qui est la clé du décollage du marché financier.

 

Quel avenir pour les prochaines introductions en Bourse ?

 

Omar Berkouk n’est pas vraiment inquiet pour la réussite de l’entrée en Bourse de Biopharm. « De toutes façons, dit-il, la BEA a garanti le placement des actions » et « les investisseurs institutionnels, dans le cas d’une opération de cette taille et s’agissant d’une entreprise particulièrement performante, n’auront certainement aucune réticence à pallier la défaillance éventuel du grand public ».

Les inquiétudes de l’expert algérien concernent surtout l’avenir et particulièrement celui de la dizaine d’introductions en bourse d’entreprises, en majorité publiques, annoncées par les autorités financières algériennes. Dans l’état actuel du fonctionnement du marché et compte tenu du manque d’engouement du grand public, il estime qu’elles courent carrément le risque d’ « être un flop » en se résumant à des « émissions publiques prises par des banques publiques ».  

Pour écouter l’émission, cliquer ci-dessous :


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

2 Commentaires

  • Un marché tiré par les institutionnels suppose le développement de l'activité de Gestion d'actifs chez ces mêmes institutionnels. Dans des pays voisins, l'Asset-mangement est un business qui pèse 30% du PIB. Nos institutionnels peuvent gagner en développant des capacités d'Asset-management pour optimiser les rendements et les risques de leurs portefeuille d'actifs ains que ceux de leurs clients. Ils peuvent aussi perdre. Mais il perdront certainement s'ils ne le développe pas.

    Rapporter Mohammed Khelfaoui dimanche 3 avril 2016 14:18
  • J'ai quelques questions à M l'expert au sujet du tourniquet des IOB:

    - Quand un IOB vend une action à un autre IOB, Est-ce qu'il signe un contrat pour qu'il l'a rachète après et avec quelle marge ? et s'il ne la rachète pas, il lui fait un procès ?

    - Est-ce que les IOB prennent leurs commissions sur ces opérations ? théoriquement, plus ils font ce genre d'opérations, plus ils gagnent de l'argent...

    - Et s'il n'y a pas de pigeons (c'est le vrai nom) pour prendre le relais, à quel moment ce tourniquet doit s'arrêter ?

    Il est étonnant qu'un expert propose ce que dans d'autres places financières est appelé "une manipulation des cours" et constitue un délit puni par la loi....

    Rapporter Truc jeudi 31 mars 2016 18:33
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

Sondage

Ahmed Ouyahia a appelé le gouvernement Tebboune à privatiser les entreprises publiques en difficultés. Vous pensez que cette mesure est :

Risquée car elle va encore renforcer les amis du clan présidentiel dans le monde des affaires - 34.4%
Nécessaire car les recapitalisations des entreprises publiques défaillantes par le trésor coutent trop chères à la collectivité - 39.2%
Impossible à réaliser car le gouvernement Tebboune n’a pas l’autorité morale pour l’engager si tel devenait son but - 18.3%

Total votes: 999

Vidéos

Le CPP part en vacances avec le routard du 5e mandat

A ne pas manquer

Prev Next

« Je suis prêt à parier que les USA subventionnent l’industrie du schiste »-Pr Aktouf (audio)

L’industrie du pétrole et du gaz de schiste aux USA se concentre sur les puits les plus rentables. « Or, les plus rentables, c’est  8% d’espérance de gain de rentabilité par puits alors que le conventionnel est à 30% et plus », explique le Pr- Omar Aktouf.

Algérie : Haddad s’explique par le chiffre et la lettre

    Selon lui, les accusations dont l’ETRHB fait l’objet seraient pour la plupart infondées.

62% des Algériens n’ont pas d’eau 24 heures sur 24 (ADE)

  Le problème se pose dans des villes qui souffrent de l’insuffisance de la ressource,  des installations ou des deux.