Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 22 Janvier 2017

  •   Yazid Ferhat
  • mercredi 13 avril 2016 17:40

Pour relancer la croissance des assurances, il faut augmenter les tarifs (DG d’Axa Algérie sur Radio M)

Adelane Mecellem, lors de son passage sur les ondes de Radio M (photo : Ahmed Sahara/Maghreb Emergent).

Pour Adelane Mecellem, il y a un potentiel assurable immense dans le secteur des TPE et des PME qui représentent 90% du tissu économique national, notamment en matière de responsabilité civile, risque incendie, dégâts des eaux, etc. « Il faudrait une assurance obligatoire pour ces entreprises », recommande-t-il.

 

 

Après la crise qui a affecté le secteur des assurances en 2015, avec la chute brutale des importations de véhicules, les assureurs doivent trouver de nouveau relais de croissance, a estimé Adelane Mecellem, le DG d’AXA Algérie, lors de son passage aujourd’hui à l’émission « l’Invité du Direct » de Radio M, la webradio de Maghreb Emergent.

La croissance du chiffre d’affaire du secteur avoisine, selon lui, les 1,6%, alors qu’elle était à deux chiffres avant 2014. M. Mecellem propose, pour booster, deux leviers. Il s’agit de trouver de nouvelles niches en ciblant une novelle clientèle et de procéder à une augmentation tarifaire sur les risques « sous-tarifés ».

Pour lui, il y a un potentiel assurable immense dans le secteur des TPE et des PME qui représentent 90% du tissu économique national, notamment en matière de responsabilité civile, risque incendie, dégâts des eaux, etc. « Il faudrait une assurance obligatoire pour ces entreprises », recommande-t-il, soulignant que l’informel peut être un obstacle empêchant ces entreprises d’aller vers l’assurance. Hors segment corporate, il juge que le produit multirisque habitation présente un grand potentiel, pour peu qu’on le rende « obligatoire », de même que les assurances santé et prévoyance collective.

En outre, M. Mecellem considère que l’orthodoxie tarifaire concernant certains produits comme l’assurance automobile pénalise les assureurs. « Il faudrait que les tarifs assurance automobile augmentent dans la partie garanties facultatives, le tarif de responsabilité civile étant réglementé », a-t-il préconisé. Et d’expliquer : «La dépréciation qui s’est traduite mécaniquement par une inflation doit être capturée dans la prime d’assurance. Il n’y a aucune raison qu’il y ait une inflation sur les prix du véhicule sans qu’il ait une inflation sur le tarif d’assurance ».

 

Des résultats en déca des objectifs fixés

 

M. Mecellem est revenu sur les résultats réalisé par AXA Algérie en 2015 qu’il juge « bons »mais pas à « la hauteur des objectifs fixés ». Selon lui, l’entreprise a réalisé une croissance de 16% de son chiffre d’affaires pour ses deux filiales (assurance-vie et assurance-dommages), dans un marché atone.

Après une forte croissance durant les deux premières années, AXA Algérie (qui est le fruit d’un partenariat entre le groupe français AXA, la Banque extérieur d’Algérieet le Fonds national d’investissement), a continué à renforcer ses structures et son backoffice avant d’aller vers une démarche sélective dans le choix des implantations en 2015 pour « ne pas subir une crise d’indigestion », a expliqué son DG.

M. Mecellem a noté une amélioration des indicateurs de rentabilité notamment pour le ratio combiné qui n’a cessé d’évoluer. « Mesurer l’amélioration de la rentabilité de la compagnie d’assurance c’est : combien de points par an de ratios combinés elle gagne. AXA Algérie a gagné une dizaine de point entre 2014 et 2015, avec l’objectif d’avoir une compagnie avec un ratio combiné de 90% », a-t-il expliqué.

AXA est entrée en activité en Algérie en décembre 2011. Elle détient actuellement 4% des parts de marché,2,6% dommages et 15% pour la filiale personnes. 

Pour écouter l'émission :


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

Les mesures du gouvernement algérien pour bancariser l’argent de l’économie parallèle ont échoué. Vous êtes favorable à quelle autre solution :

Vidéos

Algérie:"Il faut une stratégie globale pour développer le contenu en ligne"-Younes Grar

Vidéos

Les projections du gouvernement algérien sur la réduction des déficits sont irréalistes - Ferhat Aït

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie : Vers la naissance d’une industrie automobile sur les décombres des importations

Après Renault, c’est Hyundai et Volkswagen qui se sont lancés dans la construction d’usine de montage automobile en Algérie ; en attendant un probable accord avec Peugeot. La négociation de parts de marché contre des investissements qui était au principe de la création du statut de concessionnaire automobile dès le début des années 90 semble se concrétiser sous nos yeux et...

Mahmoud Ben Romdhane appelle au compromis pour aider la Tunisie à sortir de la crise

“Il faut un compromis historique basé sur la souveraineté nationale, la productivité, l’efficience et la compétitivité pour aider la Tunisie à sortir de la crise actuelle”, a déclaré, samedi, l’économiste et ex-ministre Mahmoud Ben Romdhane .

Algérie - L’usine Sanofi de Sidi Abdallah entrera en production en 2018 (responsable)

Avec un investissement de 10,6 milliards de dinars, soit près de 85 millions d’euros, l’usine Sanofi de Sidi Abdallah dans la daïra de Zeralda à l’ouest d’Alger enregistre un taux d’avancement des gros œuvres à 90%.