Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 22 Septembre 2017

  •   Hassane Haddouche
  • mercredi 1 juin 2016 13:09

Mouloud Hedir sur RadioM :"Accord avec l’UE, OMC : En essayant de gagner du temps, l’Algérie en perd" (audio-vidéo)

Mouloud Hedir, qui était cette semaine l’invité de Radio M, sait de quoi il parle. Ancien Directeur général du commerce extérieur, il a été aux premières loges à l’occasion de la préparation de l’Accord d’association Algérie –UE et a dirigé pendant plusieurs années la délégation algérienne aux négociations pour l’accession à l’OMC.

 

Mouloud Hedir commente la récente annonce d’une «révision» de l’Accord d’association avec l’Union européenne en insistant sur le fait que la démarche  des autorités algériennes porte pour l’instant seulement sur une «évaluation commune» des résultats de 10 années d’application avec la partie européenne. Pour l’expert algérien, la communication officielle, relayée d’ailleurs sur cette question par la plus grande partie des médias nationaux,  a voulu faire passer un message composé de 2 éléments principaux. Le premier indique que l’Algérie «n’est pas satisfaite» des résultats de cet accord. Le second est que la situation actuelle de crise financière que traverse le pays «influe négativement sur sa capacité à le mettre en œuvre ».

Pas de détournement des flux commerciaux en faveur de l’UE

Mouloud Hedir tient, sur ces différents aspects, à mettre en garde contre quelques idées reçues. Il souligne tout d’abord, chiffres à l’appui, que  «sur le plan commercial l’application de l’Accord d’association n’a pas donné lieu à un détournement de flux commerciaux. Depuis dix ans, la part des pays de l’Union européenne dans les importations algériennes s’est, en fait, sensiblement réduite au profit de quelques pays émergents ; Chine, Turquie et Brésil en tête». Simultanément, la part de l’UE dans les exportations de l’Algérie «a fortement augmenté et se situe aujourd’hui à un niveau proche de 70% ». L’argument commercial sera donc difficile à soutenir dans les prochaines discussions, d’autant plus que si les exportations hors hydrocarbures «stagnent , vers toutes les destinations», ce n’est pas en raison essentiellement d’une supposée fermeture des marchés européens mais «à cause de l’absence ou de l’insuffisance d’une offre nationale dans ce domaine».

Quel impact pour le démantèlement tarifaire ?

 L’argument budgétaire aura-t-il plus de chance de convaincre les partenaires européens? Pas sûr. Mouloud Hedir relativise d’abord le montant du manque à gagner pour le budget de l’Etat. «Environ un milliard de dollars en cumulé depuis la mise en œuvre du processus de démantèlement tarifaire ». On est loin des  milliards de dollars annuels évoqués par différentes sources, y compris gouvernementales. Ce qui ne devrait pas dispenser, selon Mouloud Hedir, le gouvernement de réaliser les «analyses d’impact actuel et surtout pour l’avenir  qui pour l’instant ne semblent pas avoir été effectuées par l’administration algérienne».

Les causes de sauvegarde plutôt que les licences d’importation 

L’expert algérien n’est pas davantage convaincu par la récente introduction de licences d’importation. «Une décision unilatérale  en contradiction avec les accords signés et qui risque de renforcer la réputation d’instabilité et d’imprévisibilité du cadre juridique du commerce algérien». Sur ce point Mouloud Hedir souligne que «l’Accord d’association comporte de nombreux instruments et clauses de sauvegarde qui ne sont pas utilisées et qui auraient pu  être invoquées dans le but d’introduire, en concertation avec les partenaires,  les ajustements rendus nécessaires par la forte réduction de nos revenus extérieurs». Plus généralement, l’expert algérien ne croit pas à l’efficacité d’une «gestion administrative des importations par les quotas» qui nous éloigne des enjeux véritables d’un commerce extérieur qui doit être mis au service du développement de l’économie.

Vers un report de l’échéance de 2020 ?

Dans ces conditions, Mouloud Hedir attire l’attention sur l’importance des prochaines négociations qui devraient permettre de faire le point de 10 ans d’application de l’Accord  avec le partenaire européen. Il recommande d’abord  au gouvernement algérien de «faire sa propre évaluation, contrairement à ce qui s’est passé en 2009». Mouloud Hedir souligne également que dans les termes actuels de cet accord «on a repoussé vers 2020 le démantèlement de toutes les positions tarifaires importantes». Une démarche qui pourrait se révéler «intenable en provoquant  des pertes importantes de recettes douanières à un moment où, précisément, les finances publiques de l’Algérie risquent d’être le plus fragilisées». L’expert algérien n’exclut d’ailleurs pas que, pour cette raison,  «l’échéance de 2020 pour la création d’une zone de libre échange soit de nouveau repoussée de quelques années. Surtout si les autorités algériennes savent mettre en avant, dès maintenant, les résultats très décevants du processus de Barcelone ».

«La démarche dilatoire : un mauvais calcul»

C’est précisément cette démarche à «caractère dilatoire» consistant à «allonger les délais» qui semble avoir de longue date la préférence des autorités algériennes. Aussi bien dans le cas de l’Accord d’association que, de façon presque caricaturale, dans celui de la négociation pour l’accession à l’OMC. «Mauvais calcul et mauvaise stratégie », selon Mouloud Hedir. L’esprit des accords commerciaux signés par l’Algérie consiste à fixer des échéances auxquels les opérateurs économiques aussi bien que les administrations concernées doivent se préparer en effectuant leur mise à niveau. Ce que pour l’instant ni les unes ni les autres ne semblent, dans la plupart des cas, s’être résolu à faire.

Extrait vidéo : 

http://bit.ly/1tjoTJA

Ecouter l’émission :  


Évaluer cet élément
(4 Votes)

Laissez un commentaire



2 Commentaires

  • Je ne comprend pas, pourquoi vous n'invitez jamais des experts ou des hommes d'affaires tunisiens ou marocains, des maghrébins tout court. et d 'ailleurs au CPP c'est la meme chose... on n"entend jamais une autre voix que des journalistes algériens. en fin de compte algerie emergente vous va mieux que Maghreb emergent.

    Cordialement.

    Rapporter tetouan mercredi 1 juin 2016 15:24
  • On veut nous faire croire encore qu'il faut laisser le marché libre et que tout rentrera dans l'ordre. C'est une attitude pour plaire aux importateurs algériens qui rejoint celle du fmi qui préconise à l'Algérie de ne pas trop restreindre les importations... Quant est ce qu'on comprendra que les règles du commerce international n'obéissent pas à Bisounours.. C'est la loi du plus fort qui y est de mise plutôt. Dans ces conditions le seul atout de l'Algérie c'est son marché et sa taille précisément qu'il faut utiliser pour imposer les intérêts du pays. Pas d'accès au marché algérien sans une contrepartie en investissements. Les licences quoi qu'en en dise sont une solution qui peut amener ses fruits.

    Rapporter Benhamri mercredi 1 juin 2016 15:05
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Mohamed Ali Deyahi: Pourquoi l'emploi des jeunes s'est dégrade en 2017 malgré tout les efforts...

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

Vidéos

Algérie - Les préjudices de la LFC 2009 d'Ouyahia équivalent les déficits de 2016 - Ferhat Aït Ali

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie - Ahmed Ouyahia : Le budget d’équipement pour 2018 sera augmenté, pas le budget de fonctionnement

Citant un rapport de l’Association des banques et des établissements financiers (ABEF) qu’il a reçu le 12 septembre dernier, le Premier ministre a déclaré : « Le total des crédits octroyés par les banques ne dépasse pas 8.467 milliards de DA répartis comme suit : 4.000 milliards de DA octroyées aux entreprises publics, 700 milliards attribuées aux PME l’ANSEJ, le reste étant attribué...

Algérie - Ouyahia annonce la création d'une instance indépendante de contrôle du "financement non conventionnel"

Placée sous la tutelle du Président Abdelaziz Bouteflika, l'instance présentera des rapports trimestriels (trois mois) au Président de la République pour le suivi et l'évaluation de tout ce qui est réalisé.

Algérie- Retraites - L’âge, les prestations et les cotisations devraient être bientôt réformés

Lors de son passage hier sur Radio M., Mohamed Ali Deyahi, directeur Afrique du Nord du Bureau international du travail, a rappelé l’exemple de la réforme marocaine qui a porté sur ces trois aspects réunis. Il a regretté, néanmoins, que cette réforme ait été décidée unilatéralement par l’Etat marocain, ce qui a donné naissance à d’importants mouvements de protestation.