Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 26 Septembre 2017

  •   Abed Charef
  • jeudi 16 juin 2016 17:47

L’introduction en Bourse de la cimenterie de Aïn El-Kebira a été déclarée infructueuse et retirée (sources boursières)

La Bourse d'Alger replonge dans l'incertitude après les espoirs suscités par le succès de l'introduction en bourse de Biopharm.

Ce fiasco risque de rendre plus difficiles l’introduction en Bourse de plusieurs entreprises publiques, dont des banques aussi importantes que la Caisse nationale d’épargne et de prévoyance, la Banque extérieure d’Algérie et le Crédit populaire d’Algérie.

 

L’introduction à la Bourse d’Alger de la Société des ciments de Aïn-Kebira (SCAEK) a été déclarée infructueuse et retirée, a appris Maghreb Emergent de sources au sein de la Bourse d’Alger.

La réglementation en vigueur prévoit que les introductions en bourse doivent être annulées si le seuil de 20% du montant total de la souscription n’est pas dépassé. Or, le 15 juin 2016, dernier jour de la souscription, la levée de fonds avait atteint à peine 5% des 18,95 milliards de dinars que cette entreprise espérait trouver sur le marché financier.

Pour rappel, ces 18,95 milliards de dinars représentent 35% du capital de la SCAEK. Le but de l’opération était de permettre à cette entreprise publique, filiale du Groupe industriel des ciments d’Algérie,  d’augmenter sa production de un à trois millions de tonnes, dans un marché algérien très prometteur, sujet à des pénuries chroniques et concurrencé par un marché informel prospère.

 

Un coup tordu contre le GICA?

 

Ni la SCAEK elle-même, ni l’entreprise-mère, le GICA, ni la Bourse d’Alger ne peuvent sortir indemnes de ce fiasco, qui montre l’impact de l’incohérence et des décisions bureaucratique sur la gestion économique.

Cet échec est le résultat de plusieurs facteurs. Le grand public n’a pas adhéré fortement à l’opération, même si l’essentiel des apports enregistrés provient de particuliers. A l’inverse, les souscripteurs institutionnels, banques et assurances, l’ont boudée. Est-ce par méfiance ou parce que ces acteurs du marché financier ont été sollicités pour financier en premier lieu le prêt obligataire? Les réponses divergent, et certains n’hésitent pas à parler d’un coup tordu orienté contre le GICA, l’entreprise-mère.

La cimenterie de Aïn El-Kebira a été “victime d’une conjoncture très défavorable”, commente un économiste. “L’argent public disponible a été orienté vers des placements prioritaires définis par le gouvernement. L’épargne des particuliers a elle aussi subi de fortes pressions”, a-t-il ajouté n’excluant pas “une méfiance” envers les entreprises publiques.

Par ailleurs, la cimenterie Aïn El-Kebira a probablement souffert d’un déficit d’image. Peu connue, dirigée par un encadrement peu médiatique, elle n’a pas réussi à séduire l’opinion. Du moins pas au niveau souhaité.

 

Incertitudes

 

Cette hypothèse semble confortée par un autre évènement récent, l’introduction en bourse, il y a trois mois, de l’entreprise Biopharm, opérant dans le médicament. Celle-ci a atteint son objectif de lever 6,2 milliards de dinars. Elle a rencontré un large écho auprès du public, qui a souscrit pour 5,4 milliards de dinars, ce qui représente 86% des sommes collectées, contre seulement 0.89 milliards de dinars pour les banques, selon les informations de Maghreb Emergent.

Le succès de l’opération Biopharm, la première depuis trois ans, avait secoué la bourse d’Alger de sa torpeur, laissant entrevoir un nouveau rôle pour elle dans l’animation du marché financier. L’échec Aïn El-Kebira la replonge dans la crise, alors qu’elle s’apprête à accueillir de grands groupes publics.

La Compagnie algérienne d’assurance et de réassurance (CAAR), le Crédit populaire d’Algérie (CPA), l’opérateur de téléphonie mobile Mobilis, la société Hydro Aménagement et le groupe Cosider seraient notamment candidats, selon M. Yazid Benmouhoub, directeur de la bourse d’Alger.

Toutes ces entreprises, notamment les banques, se retrouvent aujourd’hui dans l’incertitude. Rien ne leur garantit une opération sans interférence, à un moment où le gouvernement est à la recherche de fonds pour pallier le gouffre budgétaire.

 

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



3 Commentaires

  • Truc

    Le problème à mon avis se situe ailleurs :
    - les entreprises émettrices ne communiquent pas suffisamment( j'ai envoyé un mail Biopharm en ma qualité d'actionnaire ils ne m'ont jamais répondu ...)
    - absence d'IOB dignes de ce nom (Le seul IOB privé n' a même pas un site Internet,)
    - la Bourse d'Alger doit déployer un vrai système de transactions électronique (l'ère de passation d'ordre via des pigeons voyageurs est révolue)

    Rapporter djam samedi 18 juin 2016 14:41
  • 20% c le minimum du capital de l'entreprise et non pas de la souscription. Le montant à lever doit l'être en totalité car destiné à financer une deuxième ligne de production. La cosob auraît dû retarder la délivrance du visa. Grosse erreur.

    Rapporter Hocine kamal vendredi 17 juin 2016 18:21
  • Cet article est truffé d'erreurs....

    L'entreprise a un capital de 2 Mds et fait une augmentation de capital de 19 Mds (excusez du peu !). Elle est où l'augmentation en capital de 35% ?

    Il est dit que les banques ont acheté 14% de Biopharm. C'est faux, les banques n'ont pas le droit d'acheter des sociétés privées et les actions restantes de l'IPO ont été rachetées par la BEA qui en vertu d'un contrat de bonne fin est dans l'obligation de RACHETER TOUTES LES ACTIONS QUI N'ONT PAS TROUVE PRENEUR. Question à mille balles: Est-ce que les commissions d'introduction que tire la BEA couvrent la valeur du papier que Biopharm a émis ? A mon avis non. La BEA a racheté pour 890 md et doit recevoir dans les 200-300 mds (c'est pas détaillé dans la notice). Je pense que l'IGF ne devrait pas tarder à passer jeter un coup d'œil sur ces prouesses bancaires ...

    A mon avis, tout a été fait pour saboter cette introduction à l'image des privatisation des années 90 pour que la mafia du secteur public puisse continuer à se nourrir sur la bête. Exemple d'information sur l'IPO, j'ai cherché en long et en large sur la plaquette et la notice d'information le dividende que cette entreprise a donné ou compte donner à ses actionnaires. Nada, pas un traitre chiffre...

    Vendre une action à quelqu'un sans lui dire combien il va toucher, c'est quand même cocasse....

    Rapporter Truc vendredi 17 juin 2016 10:14
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Bentalha, thérapie de groupe au CPP pour dire l’innommable

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

Vidéos

Algérie - Les préjudices de la LFC 2009 d'Ouyahia équivalent les déficits de 2016 - Ferhat Aït Ali

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie : Nouvelle circulaire de la Banque Centrale pour mieux gérer les risques de blanchiment d’argent

 La Banque centrale de Tunisie (BCT) a publié, le 19 septembre 2017, une nouvelle circulaire adressée aux banques et aux établissements financiers, pour mieux gérer les risques de blanchiment d'argent et de financement du terrorisme, disponible sur son site web.

L’Algérie face à la crise : un Quantitative Easing pour quel Qualitative Easing? (contribution)

  Il n’y a pas de solutions miracles à une crise qui est la conséquence d’un aveuglement de plusieurs décennies, estime Othmane Benzaghou. Le recours au financement non-conventionnel n’est pas la panacée, le pays doit engager des réformes nécessaires parfois «douloureuses » mais qui peuvent sur cinq à dix ans inscrire l’Algérie dans sa modernité économique et celle de son environnement régional...

"La Tunisie vit au-dessus de ses moyens" selon le Pr Fatma Marrakchi Charfi (Entretien)

La Tunisie vit au-dessus de ses moyens, et la loi de finances 2018 constituera un véritable exercice d’équilibriste pour le nouveau gouvernement, confronté à une telle situation économique. C’est ce que pense Fatma Marrakchi Charfi, Pr universitaire en Sciences économiques, dans un entretien accordé à l’agence TAP.