Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 21 Septembre 2017

  •   Hani Ghoualmi
  • lundi 27 juin 2016 10:31

Samy Boukaila, cofondateur de CARE: «Rendre le dinar algérien convertible attirera les capitaux étrangers» (audio-vidéo)

«Le Premier ministre a lui-même dit qu’il n’était pas pour garder le Conseil National de l’Investissement.» C’est ce que M. Samy Boukeila a affirmé lors d’un passage sur Radio M, en faisant un débrief de la dernière Tripartite. Concernant la perte des recettes des exportations algérienne, Boukaila a expliqué comment une convertibilité du dinar peut constituer un effet attractif des capitaux étrangers.

 

Une convertibilité du dinar créera une attractivité des fonds étrangers nécessaires au financement de l’économie nationale, qui se trouve en manque de ressources financières. C’est l’idée que soutient M. Samy Boukeila, cofondateur de CARE et Pdg de BKL industrie.

Cette éventualité sera positive pour l’économie nationale sur le long terme, malgré le danger de fuite massive de capitaux vers l’étranger. « Il est vrai que le premier effet sera une fuite de capitaux massive » reconnait Boukaila,  « mais le fait de montrer aux détenteurs de capitaux (Algériens ou étrangers) que notre marché est libre, que l’entrée et la sortie de ce marché est libre, ils se rendront compte que le taux de rendement ailleurs est dérisoire par rapport à celui de notre pays» soutient-il.  Selon ce chef d’entreprise cette convertibilité est faisable et envisageable, car les rendements sur capitaux sont plus lucratifs en Algérie qu’ailleurs. « Parce que ce pays est encore à construire, parce que le taux  de croissance que nous attendons est de 7%. Aujourd’hui le taux de rendement (retour sur capitaux) peut atteindre les 15%. On trouve un taux de rendement meilleur en Algérie par rapport à des pays avancés » a soutenu M. Boukaila.

 Le manque de clarté de la Tripartite 2016

Le cofondateur de CARE est revenu sur quelques faits de l’actualité économique notamment, sur la dernière Tripartite et le « nouveau modèle économique » présenté par le gouvernement Sellal. « On nous a expliqué que ce n’est pas un nouveau modèle économique mais plutôt un nouveau modèle de croissance » souligne l’invité de l’Etretien. Cette précision terminologique (économique/croissance) reviendrait  à un souci doctrinal selon les représentants du gouvernement. Car en parlant de modèle économique on laisse place à un débat doctrinal, remettant en cause -entre autres- l’aspect social, selon les explications qu’a reçu M. Boukaila.

Selon Boukaila le gouvernement a eu une certaine prise de conscience par rapport à l’importance de l’acte d’investir. Toutefois, il regrette le manque de clarté en matière de mise en œuvre de ce « modèle ». « Dans la pratique, on n’a pas vraiment compris comment ça allait se faire » déclare-t-il, ajoutant que « tout ce qu’on a compris, c’est qu’il y aura un nouveau code de l’investissement pour faciliter l’acte d’investir ». Outre cet octroi d’avantages aux investisseurs, M. Boukaila a déclaré que le Premier ministre Sellal s’est dit opposé à la pérennisation du Conseil National d’investissement (CNI). En effet, selon Boukaila « le Premier ministre a lui-même dit qu’il n’était pas pour la garde du CNI » lors de la  Tripartite 2016.

Ecouter l’émission : 

Vidéo: http://bit.ly/28VugEQ


Évaluer cet élément
(6 Votes)

Laissez un commentaire



3 Commentaires

  • convertir le pouvoir d abord a faire appel aux compétences et non au copinage pour nommer tel ou tel
    le reste viendra quand l intelligence et l amour du pays remplaceront la bêtise et la rapine

    Rapporter momo lundi 27 juin 2016 19:41
  • C'est une bonne idée sauf qu'avant que les capitaux reviennent, l'Algérie sera ruiné par la fuite des capitaux. Il n'y aurait même pas des réserves de change pour acheter du blé. Même le FMI n'appelle pas à une convertibilité totale du Dinar, c'est dire...

    Le problème, c'est que à l'inverse des autres pays où les patrons ont en général fait les grandes écoles de gestion ou de commerce, en Algérie les patrons sont autodidactes et n'ont en économie que des connaissances très limités. C'est ce qui se passe dans ce pseudo club de réflexion qui n'a produit que des inepties économiques et veut présenter l'intérêt personnel de ses adhérents comme celui de l'Algérie....

    Rapporter Truc lundi 27 juin 2016 17:58
  • Avec un secteur bancaire d'un autre âge, des bandits au pouvoir, il ne manquerait plus que d'ouvrir grandes les portes à l'argent sale, pour l'aider à saigner définitivement le pays. Mr Boukaila affirme que les fonds transférés reviendront, car le rendement est meilleur chez nous qu'à l'extérieur, d'où il tire cette illusion? Bien sûr, en Algérie, il y a un potentiel de croissance important, pour peu que l'on libère le climat des affaires et qu'on laisse les gens investir et travailler. Avant d'attirer l'investissement étranger, commençons par laisser respirer l'investissement intérieur. Pour l'instant, c'est le gouvernement qui n'a pas confiance dans ses propres citoyens et dans ses propres lois. Et on voudrait qu'il inspire confiance aux étrangers. Tant que le capital algérien est en insécurité, les IDE ne viendront pas et ce n'est pas la politique de change qui y changera quoi que ce soit. Arrêtons de réfléchir en indigènes.

    Rapporter Ali Boron lundi 27 juin 2016 16:47
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Mohamed Ali Deyahi: Pourquoi l'emploi des jeunes s'est dégrade en 2017 malgré tout les efforts...

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

Vidéos

Algérie - Les préjudices de la LFC 2009 d'Ouyahia équivalent les déficits de 2016 - Ferhat Aït Ali

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie – Seuls 32,7% des demandeurs d’emploi ont pu être placés entre le 1er janvier et le 31 août 2017 (Anem)

Selon le directeur général de l’Agence nationale de l’emploi, Mohamed Tahar Chaâlal, 76% des personnes placées sont des hommes et seulement 23% des femmes. Expliquant l’écart, il a assuré que les femmes algériennes ont tendance à ne pas chercher un emploi mais n’a pas donné de chiffres montrant que les demandeuses d’emploi ont été, entre janvier et août 2017, moins...

Algérie - Le déficit commercial a baissé de plus de 40% sur les 8 premiers mois de l'année (Douanes)

Les exportations ont nettement augmenté, atteignant 23,51 milliards de dollars (mds usd) sur les 8 premiers mois de l'année 2017 contre 19,41 mds usd sur la même période de 2016 (+21,12%). Les importations, elles, ont connu une légère baisse en s'établissant à 30,84 mds usd contre 31,65 mds usd (-2,56%), en baisse de 0,81 mds usd.

Pour le commissaire du SILA, le "livre" "Battre les femmes: un outil de règlement des conflits conjugaux!" ne serait pas inutile

  L’année dernière, ce "livre" avait créé une grande polémique au Sila et le commissaire du salon, dans cet entretien à Ennahar TV, s’en est montré agacé, évoquant un « kotayyib » (petit livre) qui a provoqué un « gros tintamarre ». Sans ironie, il a expliqué qu’il pouvait être utile à ceux qui battent leurs femmes si violemment « qu’on a l’impression qu’elles ont été...