Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 18 Juin 2018

La demande pour le crédit à la consommation commence à s’accélérer-E. Wormser sur RadioM (audio)

Eric Wormser, DG de Société Générale Algérie (SGA) /Ph: Ahmed Sahara

Les premiers chiffres de SGA sur le crédit à la consommation relèvent que  le BBM (Blanc, brun et le mobilier) tient la tête du podium des produits sollicités, alors que le crédit auto ne représente que 15% des demandes.

 

Le crédit à la consommation a démarré lentement, mais la demande tend à s’accélérer ces dernières semaines. C’est ce qu’affirme Eric Wormser, DG de Société Générale Algérie (SGA) qui a passé des accords avec les différents fabricants de produits éligibles à ce crédit.

Lors de son passage sur le plateau de la webradio RadioM, M. Wormser explique ce démarrage timide par la nature même de ce produit qui est un crédit à la consommation affecté à la production nationale. Selon lui, il a fallu un travail « d’éducation et d’apprentissage à la fois pour nos clients et notre réseau pour préciser quels type de produits peut-on financer ».

Selon les chiffres qu’il a présentés, ce n’est pas le crédit automobile qui a été le plus sollicité mais plutôt le BBM (Blanc, brun et le mobilier).  Depuis le premier avril,  5 000 simulations ont été faites au niveau des agences de SGA et 1000 dossiers ont été décaissés pour un montant de 400 millions DA. Seulement, 15% de ces crédits ont été affectés à l’automobile, a-t-il précisé. Et d’ajouter que sur 1000 dossiers, la moitié des décaissements ont été réalisés ces trois dernières semaines.

Affirmant que la demande pour le crédit à la consommation va s’accélérer les prochaines semaines tant « la courbe de connaissance et d’apprentissage du réseau et des clients » pour ce produit est ascendante, M. Wormser explique le timide engouement pour l’automobile par les problèmes de disponibilité chez Renault Algérie au lancement du produit.

Mais, le crédit auto va véritablement décoller avec les nouveaux constructeurs qui s’apprêtent à s’installer en Algérie. En tant que « leader dans le financement structuré en Algérie » SGA compte passer des accords avec tous ceux qui ont manifesté leurs volontés d’investir dans la construction d’usines de montage en Algérie, a souligné M. Wormser

Extrait vidéo : 

 

Ecouter l'émission: 

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: Les grands choix économiques du pays analysés par Nour Meddahi (Audio)

  Nour Meddahi, professeur d'économétrie et finances à la Toulouse School of Economics revient dans l’entretien accordé à Radio M sur les choix économiques faits par l’Algérie pour atténuer les effets de la baisse des prix du pétrole sur les marchés internationaux, une baisse entamée dès l’été 2014.

Pétrole: Le Brent chute à 73 dollars

  L'Arabie saoudite et la Russie ont fait part de leur souhait d’augmenter leurs productions respectives.

L’Afrique, le Maghreb et les flux migratoires (contribution)

  Il s’agira de poser les véritables problèmes, concernant les flux migratoires venant d’Afrique,  pour  avoir de véritables solutions loin de la démagogie et de la surenchère car  le sujet  est  complexe, la responsabilité étant partagée  entre les dirigeants européens et africains.