Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 18 Juin 2018

  •   Haani Ghoualmi
  • jeudi 21 juillet 2016 16:17

Le risque pour le marché pétrolier en 2017 viendra de la reprise de la production irakienne (Abdelmadjid Attar, vidéo)

Abdelmadjid Attar (photo : Ahmed Sahara/Maghreb Emergent).

Il ressort de l’analyse de Abdelmadjid Attar, qui était hier l’invité du direct de Radio M, que l’anomalie du marché a été la hausse du prix du baril et non pas sa baisse observée depuis 2014 : « Le véritable choc pétrolier au cours des deux dernières décennies a été l’augmentation dépassant toutes les prévisions au cours de 2009 et 2014. »

 


Entre 40 et 60 dollars le baril, le marché pétrolier mondial a atteint son « point d’équilibre », juge Abdelmadjid Attar, qui était hier mercredi l’invité de Radio M, la web radio de Maghreb Emergent. Désormais, le prix du baril de pétrole, explique-t-il, est corrélé principalement à l’entrée dans l’ère des énergies renouvelables et à l’avancée technologique dans le développement des énergies non-conventionnelles : « L’évolution du prix du pétrole est à présent indépendante de tout acteur ou accord entre Etats (tel que celui signé entre la Russie et l’Arabie saoudite sur le gel de leur production, NDLR). »

L’ancien PDG de Sonatrach estime qu’à court terme, la tendance baissière des cours du pétrole pourrait être entraînée par l’éventuelle augmentation de la production libyenne, mais surtout de celle de l’Irak : « Pour les six prochains mois et pour 2017, le risque ne vient pas de l’Arabie Saoudite. Le risque vient d’une éventuelle augmentation de production de la Lybie, le retour de l’Iran (qui est déjà sur le marché produisant des centaines de milliers de barils/jour supplémentaires, NDLR), mais surtout de l’Irak ! »

Pour Abdelmadjid Attar, ce dernier pays, « qui produit plus de 4 millions de barils de pétrole/jour, est encore loin de son quota d’avant ». En plus, explique-t-il, « l’Irak a des gisements qui ont une capacité de production extraordinaire » et sont « beaucoup plus faciles à exploiter ».

 

« Le prix du pétrole est à son point d’équilibre »

 

L’évolution du marché pétrolier doit être appréhendée en termes de tendances observées sur une longue durée, souligne l’invité du direct de Radio M : « Ce n’est pas le prix d’un jour ou d’une semaine qui est important, c’est plutôt la moyenne trimestrielle ou semestrielle. »

S’agissant des dernières évolutions des cours pétroliers, M. Attar juge qu’« on ne peut pas parler de ‘’redressement’’ car le marché est toujours le même depuis pratiquement la fin 2015 », soutenant plutôt « qu’à cette fourchette de prix, le baril a atteint sa capacité de résistance sur le marché mondial ». Cependant, indique-t-il, un facteur récent pourrait entraîner l’augmentation du prix du baril. Il s’agit du désinvestissement dans l’amont pétrolier : « Si ce désinvestissement s’accentue, on aura une demande plus importante que l’offre. Ce qui donnera une augmentation du prix du baril. »
Il ressort de l’analyse de Abdelmadjid Attar que l’anomalie du marché a été la hausse du prix du baril et non pas sa baisse observée depuis 2014 : « Finalement le véritable choc pétrolier au cours des deux dernières décennies a été l’augmentation dépassant toutes les prévisions au cours de 2009 et 2014. Maintenant, on est en train de revenir à un prix raisonnable les 40 et 60 dollars. » 

Guerre économique entre énergie conventionnelle et non conventionnelle 

Outre la baisse de la croissance des pays de l’OCDE, la chute des prix du baril a été entraînée par l’émergence des énergies non conventionnelles. Effectivement, a déclaré l’ex-patron de Sonatrach sur les ondes de Radio M, la chute des prix est survenu « au moment où les USA ont commencé à s’auto-suffire en matière de gaz, arrivant même à exporter, en plus d’une production assez importante de pétrole de schiste ».
L’avenir des énergies carbonées ne sera pas uniquement tributaire de leurs prix sur le marché mondial. « Il y a eu des progrès technologiques extraordinaires », rappelle cet expert en énergie. « Les producteurs (de schiste, NDLR) se sont organisés malgré leurs endettement. Ils ont commencé à forer pas cher, à produire pas cher, à faire des économies », souligne-t-il ajoutant qu’actuellement, à 40 dollars le baril de brut, 50% des hydrocarbures américains non conventionnels sont commercialisés et rentables pour leurs producteurs. 
Abdelmadjid Attar estime qu’un prix du baril inférieur à 60 dollars est de nature à empêcher le pétrole et le gaz de schiste de submerger le marché mondial. C’est ce qui expliquerait la stratégie saoudienne de maintien d’un rythme de production élevé. Au-delà de 65 dollars le baril, au minimum « 70% de la production de schiste des USA reprendra », soutient-il. Selon lui, cette reprise de production n’engendrerait, toutefois, pas de bénéfices pour les producteurs mais elle leur permettrait de rembourser leurs dettes. « Aujourd’hui 40% des puits non conventionnels continuent à produire aux USA », rappelle-t-il encore.

 

Ecouter l'émission "L'invité du direct" :

 


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie: Les grands choix économiques du pays analysés par Nour Meddahi (Audio)

  Nour Meddahi, professeur d'économétrie et finances à la Toulouse School of Economics revient dans l’entretien accordé à Radio M sur les choix économiques faits par l’Algérie pour atténuer les effets de la baisse des prix du pétrole sur les marchés internationaux, une baisse entamée dès l’été 2014.

Pétrole: Le Brent chute à 73 dollars

  L'Arabie saoudite et la Russie ont fait part de leur souhait d’augmenter leurs productions respectives.

L’Afrique, le Maghreb et les flux migratoires (contribution)

  Il s’agira de poser les véritables problèmes, concernant les flux migratoires venant d’Afrique,  pour  avoir de véritables solutions loin de la démagogie et de la surenchère car  le sujet  est  complexe, la responsabilité étant partagée  entre les dirigeants européens et africains.