Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 19 Octobre 2017

  •   Hassane Haddouche
  • mercredi 2 novembre 2016 15:04

Smail Goumeziane : Il n’y aura pas de troisième âge pétrolier, il faut construire l’appareil productif national (audio-vidéo)

 L'économiste Smail Goumeziane à RadioM (Ph Youcef Abba)L'économiste Smail Goumeziane à RadioM (Ph Youcef Abba)

L’ancien ministre du commerce du gouvernement Hamrouche, qui plaide en faveur d’une « mémoire du développement économique » a lancé au cours des dernières années de nombreuses alertes sur les choix économiques effectués à l’époque des prix du pétrole élevés.  

 

« Beaucoup de pays ont engrangés des réserves financières importantes.  Pas nous ou pas assez. On n’aurait pas dû dépenser autant et sans doute de façon plus ciblée » souligne Smail Goumeziane qui était lundi, l’invité du Direct de Radio M. Ce qui n’empêche pas que les réserves financières constituées permettent quand même d’échapper aujourd’hui à l’étranglement qui était la conséquence du contre choc pétrolier  de 1986 : «  Nos atouts d’aujourd’hui sont surtout des atouts financiers avec des réserves  encore importantes.  Notre problème principal c’est que désormais en dehors des finances, nous n’avons pas d’autres atouts. A la fin des années 80, on savait, et nos partenaires étrangers le savaient aussi, que nous disposions encore de ressources  pétrolières importantes.  Aujourd’hui on sait qu’il n’y aura pas de troisième âge pétrolier ».   Un autre atout qui a « disparu » selon Smail Goumeziane est  celui du potentiel du secteur public.  « Un potentiel matériel mais surtout humain », estime  l’ancien ministre qui regrette de n’avoir  n’a pas été consulté dans l’élaboration du nouveau modèle de croissance  et commente : « C’est une longue tradition de l’administration algérienne de ne pas associer  les anciens cadres à la réflexion »

 

Comment construire l’appareil productif national ?

 

A propos de ce nouveau modèle de croissance justement, Goumeziane ne conteste pas que « le rétablissement des équilibres financiers macroéconomiques soit aujourd’hui une priorité ». Il s’inquiète cependant  des conséquences, « qui pourraient être enregistrées  d’ici quelques années, d’une réduction des investissements publics ainsi que de la réduction des importations sur l’emploi et  l’offre pour la production industrielle ».

La construction d’un appareil productif capable de réaliser une substitution significative aux importations voire de dégager des excédents à l’exportation  lui semble en effet le principal défi auquel doit faire face aujourd’hui l’économie algérienne. Dans ce domaine, il recommande de « développer des stratégies  par filières industrielles  qui ne doivent pas seulement être mises en œuvre au moment des crises  mais doivent être réfléchies sur 20 ou 30 ans ». Des stratégies dont  l’ancien ministre croit  retrouver  les contours, « à titre individuel, chez certains industriels du secteur privé comme les groupes Cevital ou Condor mais malheureusement pas dans les politiques publiques qui n’apportent d’ailleurs qu’un concours très limité à ces pionniers de l’industrie algérienne ; ce qui a pour conséquence  que le rythme de développement du secteur  privé algérien reste encore aujourd’hui très insuffisant  ».

 

Le rôle de la diaspora algérienne

 

Les récentes  interventions publiques de Smail Goumeziane ne sont pas passées inaperçues. Les analyses  de l’ancien ministre,   qui a achevé son parcours professionnel en tant qu’enseignant dans une prestigieuse université française,  chiffraient les « pertes occasionnées à l’économie nationales par les exportations invisibles de ses cadres à plus de 400 milliards de dollars » et ont été largement relayées par les médias nationaux.  Comment stopper cette hémorragie ? Comment, plus généralement, associer la diaspora algérienne au développement économique du pays ?  Goumeziane, qui a été ces dernières années au plus près de leurs préoccupations, se dit frappé  par  le fait que « de très nombreux entrepreneurs algériens de la diaspora sont désormais installés dans tous les domaines y compris les secteurs  de pointe. Beaucoup d’entre eux se demandent comment contribuer au développement de l’économie algérienne et ne trouvent aucun interlocuteur.   Certains  se sont même dit prêts  à monter leur propre banque ».  Evoquant l’exemple de nombreux pays émergents et particulièrement celui de la Chine,  Goumeziane souligne en outre  que «  les entrepreneurs de la diaspora sont aussi  un vecteur important pour attirer les investissements internationaux » et contribuer ainsi de façon déterminante à la construction de l’appareil productif national. 


Évaluer cet élément
(3 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Le pays est otage d un systeme qui rejette toute idee ou culture de l alternance, le pays est devenu une veritable ghanima entre les mains de clans qui ont pris gout au pouvoir a tous les niveaux de responsabilite et se partagent les privileges que peut offrir cette situation ! Associer l elite a la construction du pays veut tout simplement dire mettre en concurrence leurs capacites avec ce qu il y a comme privilege d impunite contre le savoir pur et dur !!! Cet edifice n a pas tenu face a la crise de 1986 mais ils n ont pas lache pour autant et se sont meme regenere!!! L ERE DU PETROLE semble certes en voie d achevement mais ils ne lacheront que lorsque l inevitable se reproduirait....il appartien a cette elite de passer a une offensive ciblee pour tenter de reconstituer une classe moyenne ordonnee et consciente des dangers que guettent le pays elle doit oeuvrer a changer completement le discours actuel et produire des concepts de rationalites et de normes susceptible de reorganiser l acte decisionnel et d exclure l impunite a tous les niveaux de responsabilites...UNE FOIS SENSIBILISEE LA SOCIETE SAURAIT PRENDRE SES RESPONSABILITES ET UN ETRE ACTEUR DE SON PRESENT ET DE SON AVENIR...

    Rapporter AMAR MOKHNACHE jeudi 3 novembre 2016 13:12
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

« Une inflation à 4 chiffres n’est pas souhaitable mais n’est pas exclue », Ahmed Benbitour

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Vidéos

Sonatrach a du retard à rattraper-Mourad Preure

A ne pas manquer

Prev Next

Maroc - 33 activistes du Hirak comparaîtront devant la cour d’appel de Casablanca le 23 octobre prochain

Ces détenus et d’autres ont été arrêtés suite aux contestations qu’a connues le Rif, au nord du Maroc et qui avaient été déclenchés par la mort d'un vendeur de poissons, broyé dans une benne à ordures fin octobre 2016 à Al Hoceïma. Selon le président de l'Association marocaine des droits de l'Homme, Ahmed Haij, leur nombre total se situe entre...

La privatisation ne touchera pas Naftal, Sonatrach, Sonalgaz, Air Algérie, SNVI et les banques publiques (Ahmed Ouyahia)

Pour le Premier ministre algérien, les banques publiques n’ont pas besoin de l’argent que leur rapporterait l’ouverture de 10 % de leur capital via la bourse. En revanche, a-t-il ajouté, la Bourse « a besoin de l’apport des chefs d’entreprises ».

Algérie - La CNEP, la BDL et la BADR lanceront leurs produits de finance islamique avant la fin de l’année (ministre)

Le ministre des Finances Abderrahmane Raouia, qui intervenait à l'Université du Forum des chefs d'entreprises (FCE), a rappelé que des banques, telles la Baraka, Al Salam, Trust ou encore AGB, proposaient déjà des produits islamiques.