Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Samedi, 25 Mars 2017

  •   Maghreb Emergent avec APS
  • mercredi 4 janvier 2017 13:45

Importations : L’étiquetage en langue arabe à l’étranger a coûté à l’Algérie plus de 584 millions d’euros en 2016

L’étiquetage en langue arabe réalisé à l’étranger pour les produits importés par l’Algérie est estimé à 584,175 millions d’euros en 2016, selon le ministère du Commerce. Alors qu’il ne coûterait que 81 millions d'euros,  s'il se faisait sur le sol national. Soit un surcoût de 500 millions d’euros.

 

 

Le coût d'étiquetage en langue arabe à l'étranger des produits importés par l'Algérie est de 3.000 euros pour chaque conteneur, apprend-on mercredi auprès du ministère du Commerce qui permet, désormais, de réaliser cet étiquetage sur le territoire national.

Selon une évaluation faite par ce ministère, l'Algérie a importé 556.355 conteneurs toutes marchandises confondues en 2016. Sur cette base, ce département ministériel indique que si l'on admet que 35% seulement de ce nombre de conteneurs a fait l'objet de contrôle de la conformité, soit 194.725 conteneurs, et en tenant compte que le coût minimum de l'étiquetage en arabe à l'étranger est de 3.000 euros pour un seul conteneur (selon l'avis des professionnels), le coût global supporté par l'économie nationale a été de 584,175 millions d'euros en 2016 (équivalent de 65 milliards DA), "ce qui constitue un surcoût pour le Trésor public".

Or, poursuit le ministère, le coût d'étiquetage serait beaucoup moins important s'il se faisait sur le sol national en étant estimé à 9 milliards de DA (soit l'équivalent de 81 millions d'euros). En outre, ce coût en devises sera encore plus important si l'on rajoute les frais supplémentaires engendrés par le blocage aux frontières (paiement des surestaries en devises), ce qui entraînera systématiquement un renchérissement des produits importés supporté par le consommateur final, note-t-il encore.

Réduire les coûts à l’importation

Pour rappel, l'étiquetage obligatoire en langue arabe des produits importés est désormais permis sur le territoire national, sauf pour les produits alimentaires préemballés périssables, a indiqué une instruction récente du ministre du Commerce, Bakhti Belaïb.

"L'instruction a pour objet de permettre aux opérateurs économiques de réaliser l'étiquetage en langue arabe sur le territoire national au niveau de leurs locaux ou dans les installations spécialisées d'une entreprise tierce", précise ce document adressé aux directeurs du commerce de wilayas.

Cette mesure vise à réduire les coûts à l'importation, de développer un nouveau segment d'activité sur le marché national (société de marquage, codage et étiquetage industriel) et de protéger le pouvoir d'achat des consommateurs, selon la même source.

L'étiquetage en langue arabe des produits importés, obligatoire depuis 2009, était réalisé dans le pays de l'exportateur, sachant que la non application de cette mesure entraînait le renvoi de la marchandise vers le pays expéditeur, une situation engendrant un coût en devises pesant sur l'économie nationale. 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

1 Commentaire

  • "J'ai appris une langue qui ne m'a même pas servit à monter un âne" C'est la réflexion d'un allemand qui a visité le Maroc après avoir étudié l'arabe artificiel et officiel en Allemagne et ceci dans les années 1940 , je crois.Cela résume tout. Des peuples honteux de leur langues maternelles (à l’exception des kabyles) peuvent-ils connaitre le progrès ,la liberté et la modernité ???

    Rapporter AKSIL vendredi 6 janvier 2017 15:13
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

Le paiement électronique est en cours de lancement en Algérie depuis octobre dernier.

Est ce que vous comptez recourir rapidement à internet pour payer des factures ? - 30.8%
Est ce que vous préférez attendre de vous assurer de la sécurité des transactions avant de commencer ? - 37.4%
Vous ne vous sentez pas concerné car vous n’avez pas de carte CIB ou son équivalent des chèques postaux ? - 25.2%

Total votes: 575

Vidéos

CPP du 18.3.2017 : Combien se vend une tete de liste pour la députation ? L’après Bouteflika a-t-il déjà commencé ? Wassim Youcef et pas Kamel Daoud ?

Vidéos

"L’Opep et ses partenaires doivent reconduire leur accord de baisse de production"- N. Zouioueche

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie : Grève générale dans le secteur de la santé publique le 05 avril prochain

La Tunisie se trouve entre les pressions du FMI et la résistance du syndicat UGTT qui montre des signes de colère. Dans le secteur de la santé, la grève générale est pour le 5 avril, rapporte TAP. Un avertissement au gouvernement qui s'apprête à présenter une "loi d'urgence économique" au parlement?

Maroc: El Othmani face à des arbitrages difficiles pour former son gouvernement

                                          Le chef de gouvernement marocain Saad Eddine El Othmani, issu du parti Justice et développement (PJD), est actuellement en train de négocier avec les cadres de son parti les potentiels ''ministrables'' au cours d'une réunion à Salé, près de Rabat.

Algérie : Cnan-Nord et Cnan-Med vont créer des joint-ventures avec des compagnies maritimes étrangères

    Les compagnies de transport maritime des marchandises Cnan-Nord et Cnan-Med, filiales du Groupe public de transport maritime (Gatma), prévoient de créer des joint-ventures avec des compagnies maritimes étrangères en vue d'optimiser l'exploitation des navires, a indiqué un responsable du ministère des Travaux Publics et des transports, dans un entretien accordé à l'APS.