Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 24 Juillet 2017

  •   Karim Sabeur
  • lundi 9 janvier 2017 18:22

Algérie- La directrice marketing de La Maison de la Volaille : "Nous comptons intégrer à notre réseau de grandes surfaces"

L’entreprise familiale fondée à Oran en 2015 est une chaîne de boucherie de volaille fine intégrée. Dans cet entretien, sa directrice marketing, Sabrina Graïne, revient sur la première année de l’enseigne et sur son proche avenir. 

 

 

Maghreb Emergent Il y a, actuellement, des points de vente à Oran, Mostaganem et Alger. Des installations sont-elles prévues dans d’autres villes ?

Sabrina Graïne : Tout à fait. Nous prévoyons, dans un premier temps, l’ouverture d’autres points de vente à Oran et à Alger. Puis, nous irons à la conquête de l’Est pour nous installer à Constantine, Annaba et probablement Sétif. Le choix de ces wilayas est dicté par le fait que nous y avons constaté que la demande exprimée est importante. 

Pour la nouvelle année, la société veut placer les produits dans les grandes surfaces. Lesquelles et dans quelles villes ? Où en sont les négociations ?

En ce qui concerne la distribution dans les grandes surfaces, les négociations ont déjà commencé depuis plusieurs mois. Elles sont désormais axées particulièrement sur une convention qui déterminera un réel cadre à la future collaboration dans ce cadre afin qu’elle soit la plus pérenne possible. Mais tant que rien n’est encore signé, nous sommes contraints de demeurer confidentiels quant au nom des enseignes. Cependant, nous tablons sur Oran, Mostaganem et Alger pour commencer cette nouvelle action.

Pour vendre dans les supérettes et dans les hypermarchés, il y a quelques préalables, notamment en ce qui concerne le packaging, comme l’éventualité de présenter le produit dans des pots pour s’adapter au nouveau mode de commercialisation. Comment ce projet se présente-t-il?

En effet, pour écouler nos produits dans d’autres points de ventes que dans les magasins sous notre propre enseigne, le conditionnement est un élément essentiel pour le maintien de la qualité des produits. La mise sous vide nécessite une période plus longue entre la fabrication et la consommation du produit. Nous avons déjà acquis une machine qui nous permet d’emballer certains produits. Ils seront proposés aux commerçants à un prix préférentiel pour qu’ils puissent les revendre à un prix attractif. Nous avons commandé une machine qui nous permettra de mettre tous nos produits sous barquettes et qui permettra de produire 25 barquettes par minutes. La date limite de consommation (DLC) sera d’un minimum de 4 jours (contrairement aux 2 jours proposés pour les produits périssables). La DLC des produits en pot est en cours d’analyse, et elle devrait être encore plus importantes que pour les sacs et les barquettes car les pots sont stérilisés et inoxydables.

La fidélisation de la clientèle figure dans la stratégie marketing de l’entreprise. Quels en sont les principaux axes ?

Le critère le plus important pour la fidélisation de la clientèle est de lui procurer de la satisfaction. Notre stratégie repose sur la proximité et l’interaction. Divers moyens sont mis en place : des questionnaires de satisfaction, une écoute active des critiques et une offre promotionnelle  pour certains évènements. Il s’agit aussi de rester innovant dans notre gamme de produits et de procéder à la mise en place d’un programme de fidélité pour remercier notre clientèle. A côté, nous œuvrons à mieux connaître les goûts des clients pour les satisfaire.

Propos  recueillis par Karim Sabeur

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

2 Commentaires

  • Tout à fait d'accord avec BOUCHKOURA,

    Ça fait vraiment plaisir de voir des gens qui travaillent professionellement et surtout.qui sont à l'écoute du client !

    Mais rien que lire.le mot FLN sa me donne des nausées !
    Nous on a pas connu.la guerre d'Algérie, on est née après !!
    Et ce partie est dépassé quand on sait que la population est de 80% de jeunes !!!

    Rapporter HamidOran mardi 10 janvier 2017 18:21
  • çà fait plaisir d'entendre cette Dame parler de son métier avec compétence. çà nous change de la langue de bois du FLN , des Ministres et des Mouhafedh ................

    Rapporter BOUCHKOURA lundi 9 janvier 2017 19:29
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

Sondage

Ahmed Ouyahia a appelé le gouvernement Tebboune à privatiser les entreprises publiques en difficultés. Vous pensez que cette mesure est :

Risquée car elle va encore renforcer les amis du clan présidentiel dans le monde des affaires - 34.4%
Nécessaire car les recapitalisations des entreprises publiques défaillantes par le trésor coutent trop chères à la collectivité - 39.2%
Impossible à réaliser car le gouvernement Tebboune n’a pas l’autorité morale pour l’engager si tel devenait son but - 18.3%

Total votes: 999

Vidéos

Le CPP part en vacances avec le routard du 5e mandat

A ne pas manquer

Prev Next

« Les attaques contre Haddad relèvent du show médiatique » (Belkacem Boukhrouf)

    Pour l'économiste, Belkacem Boukhrouf  « la gabegie comme la corruption sont dans les institutions, les lois et les usages politiques de l’Algérie ». D’où la nécessité, estime-t-il, de poser la question de savoir « qui a permis à Ali Haddad d’avoir toutes ses ramifications ».

Le marché pétrolier enregistre "une tendance vers un rééquilibrage" (producteurs)

  La volatilité du marché a été plus faible ces dernières semaines, selon le Comité de suivi des pays Opep et non Opep.

Le dinar tunisien sera sous pression, en cas de demande soutenue de devises (expert)

L’économiste ne pense pas que les recettes touristiques puissent doper les réserves en devises.