Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 22 Janvier 2017

  •   Rédaction Maghreb Emergent
  • jeudi 12 janvier 2017 09:35

Algérie - Pour le ministère du Commerce, la hausse des prix après l’augmentation de la TVA est "insignifiante"

Même les produits de base non subventionnés (pâtes alimentaires, quelques légumes secs...) n'ont pas été touchés par des hausses, a assuré le directeur général du contrôle économique et de la répression des fraudes auprès du ministère du Commerce, rappelant que l’Etat ne pouvait intervenir sur les prix des produits non subventionnés qui ne sont pas fixés par la loi.

 

"Parler de hausse générale des prix est un constat biaisé. La hausse n'a pas touché tous les prix", a tenté de rassurer, hier, Abderrahmane Benhazil, le directeur général du contrôle économique et de la répression des fraudes auprès du ministère du Commerce.

Selon Abderrahmane Benhazil, cité par Algérie Presse Service (APS), "les augmentations constatées pour quelques produits seulement sont insignifiantes". La hausse de la TVA "ne peut en aucun cas provoquer une flambée des prix", a-t-il ajouté.

Pour rappel, la loi de finances pour 2017 a relevé le taux de la TVA de 17 à 19%.

Même les produits de base non subventionnés (pâtes alimentaires, quelques légumes secs...) n'ont pas augmenté, a assuré le directeur général du contrôle économique et de la répression des fraudes auprès du ministère du Commerce. Il a rappelé que l’Etat ne pouvait intervenir sur les prix des produits non subventionnés qui ne sont pas fixés par la loi et dont la hausse, a-t-il expliqué, ne peut, par conséquent, être considérée comme une infraction.

Abderrahmane Benhazil a imputé la hausse es prix du café, des lentilles et des pois chiches, entre autres produits, à leur hausse sur le marché mondial. Les chiffres qu’il a donnés indiquent qu’entre la fin 2015 et la fin 2016 il a été constaté, sur ces marchés, une hausse du prix du café Robusta de 1.850 dollars/tonne à 2.150 dollars/tonne, du café Arabica de 2.811 dollars/tonne à 3.250 dollars/tonne, des lentilles de 946 dollars/tonne à 1.150 dollars/tonne et des pois-chiches de 1.168 dollars/tonne à 1.700 dollars/tonne.

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

Les mesures du gouvernement algérien pour bancariser l’argent de l’économie parallèle ont échoué. Vous êtes favorable à quelle autre solution :

Vidéos

Algérie:"Il faut une stratégie globale pour développer le contenu en ligne"-Younes Grar

Vidéos

Les projections du gouvernement algérien sur la réduction des déficits sont irréalistes - Ferhat Aït

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie : Vers la naissance d’une industrie automobile sur les décombres des importations

Après Renault, c’est Hyundai et Volkswagen qui se sont lancés dans la construction d’usine de montage automobile en Algérie ; en attendant un probable accord avec Peugeot. La négociation de parts de marché contre des investissements qui était au principe de la création du statut de concessionnaire automobile dès le début des années 90 semble se concrétiser sous nos yeux et...

Mahmoud Ben Romdhane appelle au compromis pour aider la Tunisie à sortir de la crise

“Il faut un compromis historique basé sur la souveraineté nationale, la productivité, l’efficience et la compétitivité pour aider la Tunisie à sortir de la crise actuelle”, a déclaré, samedi, l’économiste et ex-ministre Mahmoud Ben Romdhane .

Algérie - L’usine Sanofi de Sidi Abdallah entrera en production en 2018 (responsable)

Avec un investissement de 10,6 milliards de dinars, soit près de 85 millions d’euros, l’usine Sanofi de Sidi Abdallah dans la daïra de Zeralda à l’ouest d’Alger enregistre un taux d’avancement des gros œuvres à 90%.