Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 24 Mars 2017

  •   Ihsane El Kadi
  • vendredi 17 février 2017 18:23

Le rebond démographique algérien va peser sur sa sécurité alimentaire




La chronique hebdomadaire d’El Kadi Ihsane sur El Watan a établi un lien entre la reprise de la natalité en Algérie et les risques qui pèsent à terme sur sa sécurité alimentaire.

 

L’Algérie est elle fragilisée par le regain de sa courbe démographique ? La question se pose. C’est par la porte de la « sécurité alimentaire » quelle a été abordée cette semaine avec l’expert Omar Bessaoud, producteur d’une étude du même nom pour le compte du Forum des chefs d’entreprise FCE.

De quoi s’agit il ? D’un effort colossal dans l’augmentation de la production agricole depuis 15 années et le lancement du PNDA, le plan national de développement de l’agriculture, qui a rattrapé le sous-investissement des années 90. Doublement de la surface irriguée portée à un million de hectares. Croissance à deux chiffres dans la production de céréales, de lait, des huiles, des agrumes, et expansion de la production de la pomme de terre en passe de devenir un substitut au blé dur dans la ration calorique algérienne.Mais voilà, tout cet effort n’a pas empêché la facture d’importation du pays de passer de la moyenne des 2,5 milliards de dollars en début de période, à celle des 9 à 10 milliards de dollars en 2014-2106.

C’est bien sur la croissance démographique du pays qui a effacé les effets de l’expansion de sa production agricole. L’Algérie est un des rares pays dans le monde qui a renversé une transition démographique. C’est à dire qui a fait repartir une courbe de natalité après qu’elle ait obéit au mouvement quasi universel de sa baisse liée au développement matériel, à celui de l’essor de l’éducation des femmes et de leur employabilité. L’indice de fécondité moyen est remonté de 1,9 enfant par femme en âge de procréer il y a 15 ans à 3,1 enfants.

Dans la pyramide des âges, la population des 0 à 4 ans est supérieure à celle des 5 ans à 9 ans. La problématique de la sécurité alimentaire ressemble à celle du modèle énergétique. Insoutenable si la croissance de la consommation n’est pas contenue. Plus facile à faire pour la démographie que pour les économies d’énergie devant lesquelles tout le monde ou presque rechigne.

L’Algérie a conduit une politique de planning familiale efficace il y a trente ans. Elle était bien heureuse d’en rencontrer les effets dans le tunnel financier des années 90. Il serait peut être temps de reprendre ce chantier aujourd’hui. Il faudra nourrir 50 millions d’Algériens dans moins de 13 ans. L’expert Omar Bessaoud montre très bien dans son rapport les marges de croissance et les limites de la production agricole algérienne. Principale contrainte, le stress hydrique.

Il va aller croissant les prochaines années avec les prévisions de dérèglement climatique traduisible en réchauffement et baisse de la pluviométrie sur l’Afrique du nord. Bien sur la Suisse, importe pour 15 milliards de dollars de produits alimentaires pour ses 8 millions d’habitants ; et le Japon en importe pour 70 milliards. Tant que le modèle économique algérien permet de financer le complément de la ration alimentaire dans l’importation la sécurité est là. Mais pour combien de temps ?

L’Arabie Saoudite s’est détournée des fermes géantes

L’Algérie a donc besoin de poursuivre son effort d’investissement dans l’agriculture pour poursuivre la croissance de son produit agricole sous contrainte démographie haute. Au point de faire n’importe quoi ? Le modèle des grandes fermes sahariennes enflamme depuis quelques années les imaginaires en Algérie. Aucun bilan n’ a été tiré des expériences des périmètres en pivot de Gassi Touil et d’Adrar pour le blé et les produits maraichers. On sait qu’ailleurs elles ont mal tournée. Coût trop élevé, remontée des sels, dégradation des parcelles. C’est déjà le sort qui guette les grandes surfaces d’El Oued dédiés à la pomme de terre.

Omar Bessaoud, évoque le cas de l’Arabie Saoudite, pionnière dans l’agriculture saharienne, qui a pris le virage de la mise en valeur des terres ailleurs dans le monde. Lorsque leur location est possible. L’Algérie persiste à maintenir le cap sur les grands formats d’investissement. Elle pense même avoir décroché une timbale en attirant un investisseur américain, American International Agricole Group (AIAG) dans des partenariats avec des transformateurs algériens, le groupe Lacheb et Tifralait pour la production de volumes considérables de blés, de fourrages, de pomme de terre, de viande et de lait sur les deux sites de Brezina (El Bayadh) et Adrar.

L’expert financier Ferhat Ait Ali a pris sa calculette pour ajuster les objectifs de production annoncés avec le business plan correspondant. Cela dérape d’entrée. Dans une enquête publiée par Maghreb Emergent, il s’avère que les investissements tels que définis sont irréalisables. Ce qui a poussé à mieux se renseigner sur les capacités de déploiement du partenaire américain auteur d’une projection aussi farfelue. Il s’agit d’une coquille vide. Qui débute en Algérie sa carrière dans le business en général et dans ce type de business en particulier. La substitution à l’importation, la diversification de l’économie et la sécurité alimentaire ont il rendu, à ce point, aveugle une cohorte d’institutionnels algériens ?

Le contre-modèle proposé par l’expert Omar Bessaoud est celui de la consolidation de l’agriculture d’Oasis de qualité. C’est une autre vision du développement rural saharien qui s’appuie sur d’autres acteurs et travaille pour un autre type d’intégration avec la population locale. Elle déplait aux autorités algériennes ? Peut être parce qu’elle n’a pas la grandiloquence d’un projet qui, sur 25 000 m2, nécessite trois barrages de Keddara pour sa réalisation.

Souverainistes ou mondialistes

Le retour de l’Algérie à une politique nataliste plus restrictive ne fait pas partie des idées qui seront débattues durant les deux mois qui viennent pour les élections législatives. Les idées n’ont pas encore leur place dans le débat. L’heure est à la conquête des investitures. Dommage. Le débat des législatives peut devenir une grande occasion pour clarifier les trajectoires possibles du pays.

Dans un monde ou les grandes nations veulent se fermer (Brexit, Trump, Marine Le Pen) que doit faire l’Algérie ? Le cycle économique est un marqueur de tendance. Par phase d’excédents de la balance des paiements l’Algérie devient économiquement patriotique. Par phase de déficit, elle s’ouvre. C’est l’inverse qui est pertinent. D’autant que le pays n’a pas pris sa part de la mondialisation. Car tous les pays de la taille démographique de l’Algérie ayant choisit de s’intégrer à l’économie monde on en tiré plus de profit que ne l’a fait l’Algérie.

Un débat contradictoire sur l’avenir de l’Algérie pourrait donc ressembler à celui qui se tient en France : souverainiste (patriotisme économique) contre mondialistes (challenge de la conquête du monde) . En France les souverainistes ont des arguments contre les mondialistes. Pour eux l’Euro, l’Europe et la mondialisation ont affaibli les français. Est-ce que les patriotes économiques en Algérie peuvent en dirent la même chose ? Juste constater que 32 ans après le trou d’air de 1985, l’Algérie et son sort, sont toujours suspendus aux réunions de l’OPEP.


Évaluer cet élément
(3 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

1 Commentaire

  • Une analyse réaliste de la situation. Nous avons pourtant des potentialités. Non pas à l'export de produits agricoles vers l'Europe et en épuisant les nappes phréatiques du Sud, mais en développement l'agriculture pluviale (en sec).
    Le semis direct est une opportunité fantastique. Cette technique sans labour permet de semer plus vite, moins cher tout en améliorant les rendements et la marge de l'agriculteur.
    Il nous faut rapidement construire des semoirs pour semis direct. On revisite ainsi le dry-farming. Cela, concerne les céréales, les fourrages, les légumes secs et le colza.
    Un prototype de semoirs low-cost made in DZ a été mis au point par CMA-SOLA Sidi Bel-Abbès mais les essais traînent en longueur.
    Il faut aussi associer de petits constructeurs privés.
    Ce dossier devrait constituer LA MERE DES BATAILLES pour le MADR et la filière céréales. Investisseurs potentiels renseignez vous sur ce dossier. Les plans de ces engins sont en libre accès sur internet.
    Djamel BELAID. Ingénieur agronome.
    ps: voir les vidéos sur youtube sur "HCDS Djelfa" ou bien "semis direct ITGC Sétif".

    Rapporter Djamel BELAID lundi 20 février 2017 09:37
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Sondage

Le paiement électronique est en cours de lancement en Algérie depuis octobre dernier.

Est ce que vous comptez recourir rapidement à internet pour payer des factures ? - 30.8%
Est ce que vous préférez attendre de vous assurer de la sécurité des transactions avant de commencer ? - 37.4%
Vous ne vous sentez pas concerné car vous n’avez pas de carte CIB ou son équivalent des chèques postaux ? - 25.2%

Total votes: 575

Vidéos

CPP du 18.3.2017 : Combien se vend une tete de liste pour la députation ? L’après Bouteflika a-t-il déjà commencé ? Wassim Youcef et pas Kamel Daoud ?

Vidéos

"L’Opep et ses partenaires doivent reconduire leur accord de baisse de production"- N. Zouioueche

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie - La Direction de la Sûreté nationale tire la sonnette d'alarme sur l'ampleur de la contrefaçon locale

Cafés, pâtes alimentaires, margarine, eau d'oranger, miel, sucre vanillé, tabacs, détergents, produits cosmétiques, shampoings et parfums sont parmi les produits fabriqués localement victimes de contrefaçon locale, ont relevé des représentants de la DGSN lors de la seconde journée du séminaire sur la contrefaçon.

Opep : la réunion du comité de surveillance se tiendra dans un contexte pétrolier délicat

Lors de sa dernière réunion à Vienne, en janvier dernier, le comité de surveillance redoutait le non-respect des quotas de production fixés ; aujourd’hui, c’est surtout l’augmentation des stocks mondiaux d’or noir, principalement sous l’effet de l’augmentation de la production américaine, qui l’inquiète.

L’Observatoire tunisien de l’eau met en garde contre l’aggravation du stress hydrique en 2017

Entre 2016 et 2017, les ressources en eau dans les barrages tunisiens sont tombées de 1,426 milliard de m3 à quelque 700 millions de m3 seulement, selon des chiffres rendus publics par le ministre tunisien de l’Agriculture et des Ressources hydrauliques, le 7 mars dernier devant l’Assemblée des Représentants du Peuple.