Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 25 Février 2018

  •   Ihsane El Kadi
  • vendredi 10 mars 2017 17:19

Algérie: Aux limites de l’ajustement de la demande par la raréfaction de la voiture neuve

 Les algériens sont massivement expulsés du marché de la voiture neuve (dr)    

 

La chronique hebdomadaire d’El Kadi Ihsane sur El Watan monte en voiture pour expliquer l’ajustement en cours par le rabotage de la demande algérienne sur ce qui a été le marqueur social des années fastes.

 

 

Les importations de voitures seront soumises à un contingentement en 2017 encore. Il sera plus sévère que celui de 2016 passant de 90 000 véhicules à une fourchette entre 40 000 et 50 000 unités en 2017, selon le ministre du commerce par intérim Abdelmadjid Tebboune. D’autres produits d’importations connaitront le même sort. Mais tout le monde le pressent, ce qui se joue sur le marché de l’automobile va très au-delà de la simple protection d’une industrie naissance de l’assemblage automobile.

 

Face à la chute de ses revenus extérieurs le gouvernement a choisi d’auto-ajuster la demande domestique de biens et services importés d’une manière sélective. C’est un « luxe » que les 196 milliards de dollars de réserves de change du début du cycle permettent. En un mot le gouvernement conduit depuis la loi de finance pour 2016 un appauvrissement des classes moyennes sur le marché même qui a consacré leur enrichissement lors du cycle précédent, celui du pétrole cher : le marché de l’automobile.

 

Les plus de 500 000 nouvelles immatriculations de 2012, l’année des rappels de la fonction publique, incarnent le pic de consommation subventionnée au dinar officiel vitaminé par les réserves de change. C’est en priorité à ce pic que s’attaque l’ajustement version Sellal de l’offre à la demande solvable. Les algériens sont massivement expulsés du marché de la voiture neuve…  A une allure plus brutale que celle à laquelle tout au long des années 2000, ils y avaient été aspirés, avant le pic de 2012… 

 

Le signe premier de la réussite sociale des années Bouteflika est la voiture neuve. Au sens où il est massif. Alors que la villa, ou l’appartement de luxe dans la promotion immobilière, demeure liée encore aux élites d’argent ou de l’administration. C’est donc massivement sur ce levier qu’agit le gouvernement. La voiture neuve redevient un produit qui reflète le pouvoir d’achat des Algériens en dinar mondialisé. Proche du dinar du marché parallèle. Ce rabotage spectaculaire a été obtenu non pas seulement par la raréfaction de l’offre de voitures avec les quotas, mais tout autant par la libération de leurs prix de vente, ce qui les a fait sortir de la portée financière des classes moyennes. Le prix moyen du neuf a augmenté entre 40% et 70% selon les modèles en moins de 30 mois.

 

 Belaib Bakhti voulait anticiper la rareté

 

 Ce soufflet inflationniste dirigé par le gouvernement sur le véhicule neuf a permis également de sauver le business modèle de l’industrie de l’assemblage en Algérie. Il lui a instauré le seuil minimal de marge qui la rend envisageable pour les constructeurs étrangers. L’auto-ajustement sélectif du gouvernement Sellal, présente quelques avantages. Il permet de diffuser le sentiment que la dégradation de la situation sociale générale est contenue.

 

C’est un excès capricieux, l’accès à la voiture neuve, qui a été corrigé. Les autres besoins d’équipement des ménages sont saufs. Notamment ceux de l’électroménager liés aux logements, l’autre accès que veut préserver le gouvernement dans ses arbitrages de politiques publiques. Ce n’est pas mince. Toutefois, la régulation du marché automobile dans le sens d’un meilleur approvisionnement de la demande va rapidement devenir une exigence pressante.

 

D’abord parce que les transactions sur le marché de l’occasion se sont considérablement ralenties à cause de l’effet d’alignement des prix à la vente de l’occasion sur ceux du neuf. Ensuite parce que les politiques de la mobilité substitutives au ralentissement du recours à la voiture sont en retard dans les grandes villes. Enfin parce que l’industrie de l’assemblage locale va poser le même problème de cherté des produits assortis d’une faible attractivité, la gamme de l’offre n’étant pas suffisamment diversifiée.

 

Le gouvernement a peut-être bien manœuvré en décapitant le pic de consommation de la voiture. Il tomberait dans le travers inverse en maintenant l’accès à la voiture neuve devenir un challenge patrimonial majeur pour les Algériens. Il leur rappellerait les années 90. Les années où ils devaient trouver les combines pour aller acheter eux-mêmes une voiture à l’étranger.

 

La possibilité d’acheter de l’occasion compensait le différentiel de change entre dinar officiel et dinar parallèle.  La pression pour aller dans ce sens existe. Elle va se renforcer après le quota Tebboune. Un homme avait entrevu cette situation et l’avait anticipé en proposant le retour à l’auto-importation par les particuliers des voitures d’occasion de moins de trois ans. C’était le regretté Bakhti Belaib, que Abdelmadjid Tebboune a remplacé au ministère du commerce. 

 

Les surcapacités de production, problème en vue

 

La conjoncture algérienne des années contre-choc pétrolier 2014 est différente de celles du contre choc de 1986.   Pas seulement à cause du niveau de l’endettement incomparable et de celui des réserves de change. En 2017 à l’inverse de 1986, il existe des secteurs d’activité transformés par l’investissement privé. Cela permet de mieux résister à la crise des ressources budgétaires de l’Etat qu’il y a trente ans lorsque l’économie productive émargeait largement à la subvention publique.

 Ces secteurs actifs entrainés par le privé amènent une nouvelle génération de problème que l’Etat régulateur ne connait pas : les capacités excédentaires de production. Le secteur des boissons est sur le seuil d’y entrer. Celui des matériaux de construction y arrivera, pour le ciment, dès cette année 2017. La surproduction pourrait même atteindre 10 millions de tonnes de ciment dès 2019, prévient le directeur des relations publiques de Lafarge Holcim Algérie, détenteur de 40% de parts de marché.

 Le gouvernement Sellal apprend tout juste à raboter des excédents de demande en rendant l’offre rare et chère (voitures). Il doit apprendre vite à trouver une nouvelle demande pour une offre excédentaire s’il ne veut pas laisser enfler une bulle de production qui peut éclater et déstabiliser les acteurs des matériaux de construction.

 Cette nouvelle demande pourrait être celle de marchés extérieurs. Lafarge Holcim y travaille. Mais dans tous les cas les quantités prévisionnelles à écouler (marchés de l’Afrique de l’ouest surtout) ne concerneront que 5% du volume de production dans le meilleur des cas. Alors quoi ? Le développement de nouveaux usages au ciment, propose Lafarge Holcim, notamment dans l’utilisation des liants hydrauliques (utilisant le ciment) dans la construction et la rénovation des routes et autoroutes.

 Le béton décoratif (le ciment en est une matière première) est aussi un matériau en plein développement dans l’urbanisme (voieries, équipements) dans le monde. Il y aurait la place pour absorber jusqu’à près de 50% de l’excédent de production de ciment qui se dessine grâce à ces nouveaux usages. Deux filières se ressentiraient sans doute d’un tel virage technique chez les maitres d’ouvrages publiques pour les routes et les voieries. Voir du côté des granulats et du bitume. La résistance sera peut-être plus forte que celle des concessionnaires automobiles qui ne pourront pas importer plus de 50 000 unités en 2017.         

 


Évaluer cet élément
(6 Votes)

Laissez un commentaire



2 Commentaires

  • Pour le ciment , EKI n'a pas de souci à se faire; Le surplus de production sera vendu aux pays du SAHEL;C'est Bouchouareb qui l'a annoncé au journal de 20h la semaine derniére. Il avait meme souligné que la realisation de ces usines de ciment installées au Sud du pays ADRAR , Laghouat Biskra s'est faite sur instruction du President de la republique!.

    Rapporter KIMAGALEK vendredi 10 mars 2017 22:13
  • A trop vouloir forcer les règles de l'économie qui en temps et en pays normaux verrait le Dinar au niveau de la Roupie, le gouvernement à force de subventions généralisées par le Dinar, est confronté sans cesse à des problèmes de plus en plus insurmontables. Et le gouvernement réponde par la seule chose qu'il sait faire: la constitution et la distribution de rentes...

    Exemple. La banane subventionnée coutait 160-200 Da, la non subventionnée coute 400 Da. Evidement à 160 Da, elle saignait les devises et que fait le gouvernement? il interdit l'importation et veut la consacrer à 5 importateurs "professionnels de l'importation de la banane". Si ce n'est pas la rente, qu'est ce que c'est ?

    EKI s'inquiète des surproductions dans les boissons (un sponsor dans la gène ?) et dans les matériaux de construction et voudrait que l'Etat s'en mêle. Et si l'Etat ne faisait rien et laissait le libre jeu de la concurrence et que le marché se décantait de lui-même et que ne subsistait que ceux qui offrent une meilleure qualité ou de meilleurs prix ?

    Raymond Barre qui n'était pas la moitié d'un imbécile a dit un jour: " Il est illusoire de vouloir régler un problème économique par un bulletin de vote (il voulait dire par une décision politique), car l'économie se venge toujours..." En Algérie, la vengeance est touts azimuts...

    Rapporter Truc vendredi 10 mars 2017 19:46
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP divisé sur la formule qui transforme la contestation sociale en nouvelle situation politique

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

A ne pas manquer

Prev Next

Au nom de la sécurité des investissements, les véhicules assemblés en Algérie coûtent plus cher

« Le marché local est protégé par les pouvoirs publics et les constructeurs n’ont pas le droit d’augmenter les prix que dans la proportion des augmentations des coûts », selon le Conseiller au cabinet du ministre de l’industrie et des mines.

Algérie- L'inflation moyenne annuelle a atteint 5,2% jusqu'à janvier 2018

  En termes de variation mensuelle et par catégorie de produits, les prix des biens alimentaires ont connu une baisse de 0,9% en janvier 2018 comparativement à ceux de décembre 2017.  

Montage automobile : Les concessionnaires vont devoir chercher leurs équipementiers (responsable)

« La stabilité politique du pays et le cadre incitatif à l’investissement sont des atouts qui permettront d’attirer les équipementiers étrangers », selon un responsable du ministère de l’Industrie.