Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 25 Avril 2017

  •   Algérie Presse Service
  • samedi 18 mars 2017 11:05

Algérie: Les grossistes accusent : 70% de la production agricole échappe aux marchés de gros

 

 

 Le président de la Fédération nationale des marchés de gros de fruits et légumes Mustapha Achour a révélé jeudi à Alger que 60 à 70 % de la production agricole n'est pas acheminée dans les marchés de gros, ce qui entraîne un manque d'approvisionnement et une hausse des prix des produits.

 

 

Lors d'une réunion tripartite qui a regroupé des représentants des commerçants des marchés de gros de fruits et légumes de toutes les wilayas du pays en présence de représentants du ministère de l'Agriculture, M. Achour a refusé d'imputer la responsabilité de la hausse vertigineuse des prix de certains produits agricoles aux commerçants des marchés de gros, précisant que la spéculation a pris de l'ampleur au niveau des zones de production.

 Il a accusé certains agriculteurs de complicité avec les réseaux spécialisés dans le monopole et la spéculation de produits agricoles. Il a souligné que la production agricole est abondante mais le monopole des spéculateurs sur le produit au niveau des zones de production notamment les produits de base à large consommation, la propagation du marché parallèle, l'absence de contrôle et de répression sont autant de facteurs qui sont à l'origine de la pénurie dans les marchés de gros et de la hausse des prix.

Un maillon manquant

 Il a souligné la nécessité pour les pouvoirs publics d'intervenir dans les marchés de gros à travers leur dispositif de contrôle pour définir avec précision l'itinéraire du produit agricole. Nous avons découvert un maillon manquant entre la récolte et la commercialisation, étape à laquelle interviennent les spéculateurs et les intermédiaires de la vente, les produits étant directement orientés vers le marché illégal, a-t-il expliqué.

 L'orateur a appelé le ministère du commerce à élaborer un code rigoureux qui oblige les producteurs locaux et les importateurs à introduire leurs produits dans les marchés de gros, soulignant la nécessité d'imposer des sanctions sévères contre toute violation de l'itinéraire du produit.

 Il a précisé que les commerçants en gros sont innocents de toutes les accusations colportées sur leur compte (...) affirmant que ces commerçants sont en règle, payent leurs impôts et leurs cotisations à la CASNOS.

 M. Achour a critiqué par ailleurs les offices publics crées récemment pour réguler les marchés de légumes et de fruits affirmant que ces derniers assistent passivement à cette anarchie qui a gagné les marchés de gros et de détail.

 Les différentes interventions des représentants des wilayas pour les marchés de gros de fruits et légumes ont porté notamment sur la nécessité de mettre en place un cahier des charges national pour réorganiser les marchés de gros, définir avec précision la relation entre les producteurs (Agriculteurs) et les commerçants en gros et ouvrir des guichets bancaires au niveau de ces marchés.

 Ils ont appelé le ministère de l'Intérieur à l'ouverture des marchés de proximité fermés depuis des années, à lutter contre le commerce illégal en l'intégrant dans le tissu commercial organisé et à sanctionner sévèrement les spéculateurs.  A l'approche du mois de Ramadhan, la production sera abondante à condition de changer les comportements en matière de consommation, a rassuré M. Achour.

 

La représentante du ministère de l'Agriculture, du développement rural et de la pêche Mme Bellal Zahia a promis de soumettre toutes les préoccupations des commerçants des marchés de gros de fruits et légumes aux responsables de la tutelle.


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

L’alerte de Brahim Hasnaoui : La moitié des entreprises privées algériennes du BTP en péril

Sondage

L’Algérie occupe une flatteuse 38e place dans un classement onusien jugé sérieux sur le bonheur dans le monde. Comment expliquez-vous un tel rang :

Vidéos

Reda Amrani "L’Algérie doit aider Cevital à sauver le complexe de Piombino"

A ne pas manquer

Prev Next

"L’Algérie est un pays d'opportunités bridé par un environnement des affaires défavorable" - Ali Harbi (AHC Consulting)

    Ali Harbi, manager du cabinet AHC Consulting, membre de CARE (centre de réflexion et d’action autour de l’entreprise) et de Hawkama El Djazair considère qu’on fait une erreur stratégique en focalisant sur le nombre de créations des PME au lieu de se pencher sur leur viabilité. «Nous pourrons avoir moins de créations, mais des entreprises plus viables » dit-il. L’appui à...

INSAG Alger - Les entrepreneurs avertis: la révolution digitale est "incontournable", elle n'attendra personne

La révolution digitale est en marche accélérée, elle n'attend personne. Elle n'est plus un "choix" pour les entrepreneurs qui doivent impérativement l'intégrer et s'y adapter s'ils veulent la survie de leurs entreprises. C'est le message des experts aux entrepreneurs lors d'un séminaire de l'INSAG-Alger.

"L’Etat doit libérer le foncier pour la construction de nouveaux logements" - Brahim Hasnaoui (Audio-Vidéo)

    L’Etat algérien doit libérer le foncier et favoriser les entreprises privées algériennes spécialisées dans le BTP afin de répondre plus efficacement à la demande sur le logement, a indiqué sur Radio M, ce lundi, Brahim Hasnaoui, président-directeur général du Groupe des sociétés Hasnaoui.