Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 22 Mai 2018

  •   Algérie Presse Service
  • mardi 18 avril 2017 15:59

Le FMI relève ses prévisions de croissance pour l’Algérie sur 2016, ralentissement pour 2017

Le Fonds monétaire international (FMI) a relevé ses prévisions de croissance pour l’Algérie en 2016, un rebond qui sera suivi par un ralentissement en 2017, indique son rapport semestriel  sur les perspectives économiques mondiales publié mardi à Washington.



Le FMI précise que la croissance réelle du Pib de l’Algérie s’est établie en  2016 à 4,2% contre 3,6% dans sa prévision faite en janvier dernier, alors  que la Banque mondiale a prévu lundi une croissance soutenue à 3,8%. Cependant, le Fonds a abaissé sa prévision pour 2017 en tablant désormais  sur un tassement de la croissance à 1,4% contre 2,9% prévu en janvier. Cette tendance baissière se maintiendra en 2018 à 0,6%, selon les mêmes  projections.

Pour rappel, la Banque mondiale avait expliqué lundi que la baisse prévue  de la croissance en Algérie serait le résultat du rééquilibrage des  finances publiques dans un contexte baissier des cours de pétrole qui exige  une réduction et une rationalisation des dépenses publiques.

Cet assainissement va aider à réduire davantage les déficits budgétaire et  compte courant de l’Algérie mais va s’accompagner d’une baisse de la  croissance qui a été longtemps tirée par la dépense publique. Le FMi a ajusté à la hausse ses prévisions de l’inflation à 6,4% en 2016  contre 5,9% prévu auparavant et prévoit un taux de 4,8% en 2017 et 4,3% en  2018.

 

Hausse du chômage


Le solde du compte courant a représenté -16,4% du Pib en 2016, un peu plus  que ce qu’a projeté le FMI dans ses prévisions actualisées de janvier à  -15,1%. Le déficit du compte courant devrait ensuite se réduire davantage à -12,3%  en 2017 et à -10,2% en 2018. Le FMI s’attend, par ailleurs, à une hausse du chômage en Algérie en 2017  à 11,7% contre 10,5% en 2016. Ce taux devrait progresser en 2018 à 13,2%.

En attendant le rapport détaillé du FMI sur la situation économique du  pays, prévu en mai, la mission du Fonds qui a séjourné en mars dernier en  Algérie a présenté sa vision de surmonter le choc pétrolier. Tout en se félicitant de la résilience de l’économie algérienne, le FMI a  préconisé un "redressement graduel" de l’économie algérienne qui préserve  les acquis sociaux.

Il avait expliqué que l’Algérie pouvait se permettre d’engager un  redressement un peu plus progressif des finances publics étant donné son  niveau bas d’endettement et ses avoirs appréciables en réserves de change. Selon le FMI, l’Algérie pourrait envisager une gamme plus large d’options  de financements, y compris les emprunts extérieurs et la cession d’actifs  publics.

Le défi consiste donc à choisir une combinaison de politiques économiques  qui facilite l’adaptation économique durable au moindre coût en termes de  croissance et d’emplois, avait constaté le FMI.




Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

"Les banques algériennes ont une capacité limitée en matière de prise de risque" (expert)

  Pour l’expert la mentalité figure parmi les obstacles face au changement dans le domaine bancaire.

Algérie: 60 % des énergies renouvelables devraient être dirigés vers le secteur agricole

  Les petits agriculteurs constituent la catégorie ayant le plus besoin de l’énergie solaire pour assurer l’irrigation des terres.

E-commerce: De nouvelles possibilités pour l’économie algérienne (contribution)

  On aborde régulièrement l’e-commerce en Algérie, de la législation à développer pour protéger les consommateurs aux contraintes locales liées à cette activité, quel est l’impact des entreprises spécialisées dans ce domaine sur l’économie locale? Et quelles formations dispensent-elles à notre jeunesse?