Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 16 Octobre 2017

  •   Karim Sabeur
  • jeudi 25 mai 2017 14:50

Hassan Khelifati, à Radio M :« Le sous-provisionnement des compagnies est dû au dumping »

Ph. : Ahmed Sahara.

Le PDG D’Alliance Assurances estime qu’avec des centaines de milliers de véhicules importés et produits localement, le stock aurait dû booster le chiffre d’affaires des compagnies. Mais cela n’a pas été le cas en raison des nombreuses remises de la part des assureurs allant parfois jusqu’à plus de 80%. C’est ce qui lui fait dire que la solvabilité des compagnies est menacée car elles n’ont pas les capacités de faire face à tous les dommages notamment si l’on sait que la croissance du marché dommage est de 0,5% en 2016.

 

Hassan Khelifati continue de lancer les mises en garde contre les risques d’insolvabilité des compagnies d’assurance dont certaines seraient menacées de disparition si les normes de gestion notamment celles concernant les réserves techniques venaient à être appliquées.

S’exprimant hier sur Radio M il a estimé que l’autorité de contrôle doit jouer son rôle pour éviter un effondrement du secteur.

Le plus inquiétant, selon le PDG d'Alliance Assurances, est le dumping pratiqué par certains assureurs hors de toute logique commerciale notamment dans l’assurance-dommage qui domine le marché global à 92% avec en contrepartie beaucoup d’indemnisations qui ne sont pas perçues par les clients. Si l'autorité de contrôle introduite par la loi de 2016 ne joue pas son rôle, celui de regarder de plus près les bilans des compagnies c’est qu’il n’y a pas de réforme approfondie de cette loi pour aboutir à une indépendance totale de cette institution de contrôle.

Selon M. Khelifati, le ministère des Finances ne peut pas être à la fois actionnaire des compagnies et contrôleur de tout le secteur car cela pourrait créer une distorsion dans le secteur entre le public et le privé.

 

Une solvabilité en question

 

Revenant longuement sur le domaine de l’assurance automobile, le PDG D’Alliance Assurances regrette le comportement des compagnies. Il estime qu’avec des centaines de milliers de véhicules importés et produits localement, le stock aurait dû booster le chiffre d’affaires des compagnies. Mais cela n’a pas été le cas en raison des nombreuses remises de la part des assureurs allant parfois jusqu’à plus de 80%. C’est ce qui lui fait dire que la solvabilité des compagnies est menacée car elles n’ont pas les capacités de faire face à tous les dommages notamment si l’on sait que la croissance du marché dommage est de 0,5% en 2016. Une compagnie a même demandé à être reprise par Alliance Assurances, a-t-il souligné.

Il y a une éviction de 6 milliards DA qui échappent au secteur à cause de ces réductions et M. Khelifati revient à ce propos sur la politique de dumping et les déclarations du ministre des Finances dans le gouvernement Sellal, Hadji Baba Ammi.

M. Khelifati a demandé en décembre dernier aux compagnies d'assurance de remettre un audit sur leur solvabilité car il a pointé du doigt un sous-provisionnement dans le secteur. Les provisions ne sont pas importantes pour payer es sinistres, a-t-il indiqué : « Le dumping est corrélé au sous-provisionnement. »

 

Mise en garde

 

Les compagnies d'assurances ont été appelées ces derniers mois à la recherche de cabinets d'audit pour remettre un rapport sur cette question en ce mois de mai.

Certaines compagnies qui n'ont pas constitué les provisions selon le coût moyen réel auront des problèmes, avait prévenu le ministre car elles sont surveillées par la Commission de supervision des assurances. Alliance Assurances a engagé un cabinet d'audit pour remettre un rapport sur cette question en ce mois, a dit son PDG.

Le ministre des Finances de l’équipe Sellal, Hadji Baba Ammi était est monté au créneau pour mettre en garde les compagnies d'assurance contre des pratiques jugées périlleuses pour leur solvabilité, notamment celles qui conduisent à minorer le montant des engagements envers les assurés. Un audit externe est déjà commandé pour l'expertise du poste provisions techniques pour être achevé le 31 mai 2017 « à la veilles grandes vacances ».

M. Khelifati a souligné que la solvabilité des compagnies d'assurance est un enjeu crucial pour la sécurisation des acteurs et du système. Il a expliqué que les provisions techniques sont importantes en raison du décalage plus ou moins important entre la survenance du sinistre générateur du paiement de l'indemnité et le règlement effectif de cette indemnité.

Les sinistres à payer sont de 5 milliards DA, a indiqué l’invité de la Radio M, avec plus d’un million de sinistres déclarés chaque année et seulement 40% des dossiers sont réglés, ce qui est une cadence lente.

 

Ecouter l'émission

 

 

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

L’image "négative" de l’entreprise au sein de l’opinion publique fait mal à l’Algérie-Taïeb Hafsi

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

vous vous attendez à ce qu'il se contente de gérer l'austérité ? - 17.4%
vous pensez qu'il est capable d'aller plus loin et d'engager une modernisation de l'économie ? - 13.4%
Vous pensez qu'il sera pris de vitesse par la dégradation de la situation ? - 61%

Total votes: 1325

Vidéos

TSA, Boudjedra, Boukrouh, Nekkaz, le CPP défend l’expression puis descend dans l’arène

A ne pas manquer

Prev Next

La Chine veut acquérir directement 5% de Saudi Aramco

"Une série d'options pour l'entrée en Bourse de Saudi Aramco continuent de faire l'objet d'un examen attentif", a dit un porte-parole de la compagnie pétrolière.

Affaire Air-Algérie-SMI International : Mohamed Salah Boultif réagit

 M. Boultif attire l’attention sur le fait que le groupe canadien de travaux publics ait eu des démêlés avec la justice de son pays.

Les normes industrielles algériennes reconnues à l’étranger

Si un laboratoire accrédité par ALGERAC donne un certificat à une entreprise quelconque ses produits sont susceptibles d’être exportés en Europe sans subir un nouveau contrôle à la frontière.