Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 22 Mai 2018

  •   Maghreb Emergent avec APS
  • samedi 15 juillet 2017 19:34

Algérie- Les licences de moudjahidines ont servi à l’importation pour 530 millions USD de voitures en 5 mois

Les licences de moudjahidines ont replacé les licences d’importations délivrées aux concessionnaires. La totalité des 530 millions dollars d'importations de véhicules durant les 5 premiers mois de l'année en cours a été le fait des particuliers, avoue le ministre du Commerce.

 

Aucun véhicule n'a été importé avec la devise de l'Etat depuis janvier 2017, a indiqué samedi à Alger le ministre du Commerce, Ahmed Saci, lors d'un point de presse en marge d'une réunion avec les cadres de son secteur.

Interrogé sur les 530 millions dollars d'importations de véhicules enregistrés sur les cinq (5) premiers mois de l'année en cours, le ministre a expliqué que ces voitures avaient été importées par des particuliers avec leurs propres moyens financiers en utilisant les licences des moudjahidines: "C'est leur droit sachant que maintenant, on n'a pas permis l’importation des véhicules", a t-il ajouté.

S'agissant de l'octroi des licences importation des véhicules au titre de l'année 2017, le ministre s'est gardé de donner la date de livraison de ces licences, en laissant entendre que celles-ci restent tributaires des résultats de la commission installée par le ministère de l'Industrie, chargée d'établir un nouveau cahier des charges pour la construction automobile.

"Le travail se fait actuellement au ministère de l'Industrie pour requalifier le cahier des charges relatif à la construction automobile", a t-il poursuivi. "C'est un secteur qui est maintenant sous le coup des licences d’importations. Quand la licence sera libérée, les quotas connus et les conditions portées à la connaissance de tous les concessionnaires, on connaîtra alors les conditions dans lesquelles évoluera cet aspect de la distribution de véhicules", a-t-il déclaré.

"C'est un tout et c'est un travail qui sera mené d’une manière globale par le ministère de l’Industrie", a-t-il dit en guise de réponse à un journaliste qui l'interrogeait si les quotas des licences d'importation seraient définis une fois le nouveau cahier des charges sera établi. Et d'ajouter: "quand le travail de cette commission aura pris fin, tous ces questionnements trouveront les réponses au moment opportun".

Organiser le marché de l’occasion

Concernant l’aspect de la production industrielle des véhicules, il a fait valoir que le dossier était actuellement ouvert au niveau du ministre de l’Industrie et au niveau d'une commission de travail dont les résultats des travaux seront connus prochainement.

Selon lui, les travaux de cette commission vont permettre une organisation claire quant à l’industrialisation et la commercialisation y compris pour la vente des véhicules dans le marché parallèle.

Abordant les négociations avec l'OMC, le ministre a rappelé que douze (12) rounds de négociations avaient déjà eu lieu et qu'un autre était prévu durant l'année 2017en tenant à préciser que le principe à respecter est "la préservation du marché national et les composantes de l'industrie locale". 

Quant au respect des engagements commerciaux de l'Algérie avec ses partenaires commerciaux, M. Saci a soutenu que "l'Algérie est en train de préserver une industrie récente et ses équilibres financiers, et ce, sans toucher à ses relations avec d'autres pays".


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Ils existent encore ces moudjahid ?

    Ah mais c'est qu'ils sont riches ces moudjahid d'avec les sommes colossales qui leurs sont allouées depuis des lustres qui font envier les départements de la santé ou celui de l'éducation sans même parler de celui de la recherche qui est insignifiant.

    Faut reconnaître aussi qu'avec l'armada de faux moudjahid et ceux très vieux qui ne peuvent certainement plus conduire de véhicule automobile, il y aura toujours des personnes qui traversent la passoire à cabions tant ils sont épaulés, soutenus et pervertis pour faire tenir cette maudite famille révolutionnaire hacha les chouhadas qui eux, ont prouvé par leur sacrifice et leur patriotisme d'avoir défendu le pays.

    A qui veut-on faire croire que cette somme ait pu être dépensée pour l'importation de véhicules de ce type. Cela fait quand même plus de 4000 véhicules par mois importés et qui plus est d'où viennent ces montants en devises supposés dépensés par ces moudjahid ?

    Rapporter Vangelis dimanche 16 juillet 2017 01:21
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

"Les banques algériennes ont une capacité limitée en matière de prise de risque" (expert)

  Pour l’expert la mentalité figure parmi les obstacles face au changement dans le domaine bancaire.

Algérie: 60 % des énergies renouvelables devraient être dirigés vers le secteur agricole

  Les petits agriculteurs constituent la catégorie ayant le plus besoin de l’énergie solaire pour assurer l’irrigation des terres.

E-commerce: De nouvelles possibilités pour l’économie algérienne (contribution)

  On aborde régulièrement l’e-commerce en Algérie, de la législation à développer pour protéger les consommateurs aux contraintes locales liées à cette activité, quel est l’impact des entreprises spécialisées dans ce domaine sur l’économie locale? Et quelles formations dispensent-elles à notre jeunesse?