Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 25 Juillet 2017

  •   Abed Charef
  • lundi 17 juillet 2017 11:57

Les chemins de l’informel sont pavés de bonnes intentions

 

En instituant le « bon de transaction » dans l’agriculture et la pêche, le gouvernement prend un risque : augmenter la méfiance, sans rien gagner en contrepartie. Il confirme qu’une bonne mesure, seule, peut déboucher sur des réseaux désastreux.

 

Le ministère du Commerce a annoncé l’introduction, au dernier trimestre 2017, de la nouvelle formule du « bon de transaction », une méthode de facturation hybride destinée à assurer la traçabilité des produits et des opérations commerciales. Instituée par un décret de février 2016, la méthode a été depuis mise de côté, car inapplicable, avant d’être déterrée par le nouveau ministre du Commerce, M. Ahmed Saci. Celui-ci promet de la mettre en œuvre avant la fin de l’année, après une simplification des procédures.

Destinée aux fellahs, aux artisans et aux pêcheurs, le « bon de transaction » est supposé assurer un minimum de transparence dans des secteurs non contrôlés par l’administration. Mais si l’intention du gouvernement est louable, les effets attendus risquent d’être à l’opposé de ce qu’il prévoit, au cas où il arriverait à imposer cette mesure, ce qui est loin d’être acquis.

Le « bon de transaction » se présente comme une alternative à la facture, sans en contenir tous les composants. La facture inclut les taxes, notamment la TVA, alors que le « bon de transaction » n’a pas d’ambition fiscale. Il est juste destiné à la lutte contre la fameuse spéculation, un fourre-tout utilisé par l’administration pour expliquer son incapacité à réguler le marché.

Incompréhensions

Comment imposer à des centaines de milliers de fellahs, à l’activité irrégulière, une formule administrative sans réel intérêt économique? La mesure va générer des incompréhensions, des injustices, voire de la corruption. Elle va pousser une partie des acteurs à plonger  encore plus profond dans l’informel.

Pour quel gain ? Concrètement, aucun. Le bon de transaction n’est pas destiné à assurer des recettes au profit de l’Etat. A moins que le gouvernement ne vise, à terme, à introduire des impôts sur l’activité agricole. Dans ce cas, la méfiance envers les pouvoirs publics serait encore plus justifiée, avec un gouvernement qui ne serait pas en mesure d’avancer à visage découvert.

Mais l’histoire du pays est pleine de ces mesures qui ont débouché sur un résultat inverse de ce qui était souhaité, particulièrement quand l’exécutif prend des décisions velléitaires, insuffisamment mûries, juste pour faire face à une situation délicate.

Dégâts collatéraux

Les licences d’importation en sont un modèle. En théorie, la mesure peut répondre à une situation d’urgence, à condition d’être solidement encadrée. En Algérie, elle a, certes, permis de réduire la facture des importations de véhicules, mais à quel prix !

Elle a ainsi débouché sur l’importation de près de 50.000 véhicules depuis le début de l’année par des réseaux informels, contre zéro pour les circuits officiels. Quel gouvernement peut admettre que l’ensemble des importations des véhicules assemblés durant le premier semestre 2017 a été dûment poussé vers du quasi-informel ?

Entretemps, le pays a découvert le ridicule de l’industrie automobile locale, alors qu’une partie des réseaux de commercialisation et de services laborieusement mis en place est en train de disparaitre. Bilan : l’Etat s’est délesté de 530 millions de dollars d’importations de véhicules au profit des particuliers. Quand on sait qu’un véhicule importé par un particulier coûte au minimum 1.000 dollars de plus que celui importé par un concessionnaire, sans les garanties et les obligations de service, on mesure les dégâts.


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

Sondage

Ahmed Ouyahia a appelé le gouvernement Tebboune à privatiser les entreprises publiques en difficultés. Vous pensez que cette mesure est :

Risquée car elle va encore renforcer les amis du clan présidentiel dans le monde des affaires - 34.4%
Nécessaire car les recapitalisations des entreprises publiques défaillantes par le trésor coutent trop chères à la collectivité - 39.2%
Impossible à réaliser car le gouvernement Tebboune n’a pas l’autorité morale pour l’engager si tel devenait son but - 18.3%

Total votes: 999

Vidéos

Le CPP part en vacances avec le routard du 5e mandat

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie : Le Snateg écrit à Tebboune et parle de corruption à la Sonelgaz

  La direction de la Sonelgaz est accusée par le Snateg de violation des droits des travailleurs et d’entrave à l’activité syndicale.

Un conseil interministériel sur les exportations alimentaires utilisant des intrants subventionnés

Des incohérences  caractérisant le fonctionnement de certaines filières dont les produits sont éligibles à l'exportation ont été identifiées.

« Les attaques contre Haddad relèvent du show médiatique » (Belkacem Boukhrouf)

    Pour l'économiste, Belkacem Boukhrouf  « la gabegie comme la corruption sont dans les institutions, les lois et les usages politiques de l’Algérie ». D’où la nécessité, estime-t-il, de poser la question de savoir « qui a permis à Ali Haddad d’avoir toutes ses ramifications ».