Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 16 Octobre 2017

  •   Ahmed Bounour
  • jeudi 20 juillet 2017 17:32

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie (audio-vidéo)

Pasquale Ferrara lors de son passage sur Radio M (ph. : Ahmed Sahara/Maghreb Emergent).

Pour ce qui est des tensions que connaît le projet d’investissement du groupe algérien Cevital au niveau du complexe sidérurgique de Piombino, l’ambassadeur a tenu à dissiper tout malentendu. Il a assuré que le groupe algérien n’avait commis aucune faute, ajoutant que c’est le secteur italien de la sidérurgie qui est « compliqué ».

 

 

L’ambassadeur d’Italie à Alger, M. Pasquale Ferrara, qui s’exprimait ce matin sur Radio M, a évoqué le procès Saipem dans lequel le groupe Sonatrach est cité au même titre que l’ancien ministre de l’Energie, Chakib Khelil.

Tout en précisant qu’il ne pouvait trop s’étaler au sujet d’un procès encore entre les mains de la justice, M. Ferrara a tenu à rappeler les « changements » qui se sont produits au niveau du groupe Saipem. Il s’agit essentiellement du changement de son équipe dirigeante, a-t-il indiqué. Des changements qui ont donné lieu à plus de transparence, notamment en ce qui concerne la comptabilité, a-t-il ajouté.

Concernant l’affaire proprement dite de pots-de-vin dans laquelle est impliqué ce groupe en Algérie, l’ambassadeur italien à Alger s’est contenté de dire que la justice italienne travaillait très sérieusement sur ce dossier.

Pour ce qui est des tensions que connaît le projet d’investissement du groupe algérien Cevital au niveau du complexe sidérurgique de Piombino, l’ambassadeur a tenu à dissiper tout malentendu. Il a assuré que le groupe algérien n’avait commis aucune faute, ajoutant que c’est le secteur italien de la sidérurgie qui est « compliqué ».

D’après lui, les tensions répercutées par la presse émanent du souci des travailleurs de préserver leurs emplois. Le maire de la ville a, d’ailleurs, fait cause commune avec les 2.000 travailleurs du complexe, a-t-il ajouté signalant que M. Rebrab, le P-DG de Cevital, est particulièrement conscient de la situation.

Sur plan du financement du projet, il a évoqué, sans beaucoup de précisions, des « retards au niveau des banques ».

 

Ecouter l'émission

 

Vidéo :

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • On voit bien ce qu'ils font à nos investisseurs chez eux alors qu'eux sont traités comme des messies quand ils viennent nous jeter quelques miettes du gâteau qu'ils prennent en installant leurs fabriques (plus excatement leurs machines à sous).

    Rapporter Larbi jeudi 20 juillet 2017 18:16
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

L’image "négative" de l’entreprise au sein de l’opinion publique fait mal à l’Algérie-Taïeb Hafsi

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

vous vous attendez à ce qu'il se contente de gérer l'austérité ? - 17.4%
vous pensez qu'il est capable d'aller plus loin et d'engager une modernisation de l'économie ? - 13.4%
Vous pensez qu'il sera pris de vitesse par la dégradation de la situation ? - 61%

Total votes: 1325

Vidéos

TSA, Boudjedra, Boukrouh, Nekkaz, le CPP défend l’expression puis descend dans l’arène

A ne pas manquer

Prev Next

La Chine veut acquérir directement 5% de Saudi Aramco

"Une série d'options pour l'entrée en Bourse de Saudi Aramco continuent de faire l'objet d'un examen attentif", a dit un porte-parole de la compagnie pétrolière.

Affaire Air-Algérie-SMI International : Mohamed Salah Boultif réagit

 M. Boultif attire l’attention sur le fait que le groupe canadien de travaux publics ait eu des démêlés avec la justice de son pays.

Les normes industrielles algériennes reconnues à l’étranger

Si un laboratoire accrédité par ALGERAC donne un certificat à une entreprise quelconque ses produits sont susceptibles d’être exportés en Europe sans subir un nouveau contrôle à la frontière.