Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 11 Décembre 2017

  •   Ahmed Bounour
  • jeudi 20 juillet 2017 17:32

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie (audio-vidéo)

Pasquale Ferrara lors de son passage sur Radio M (ph. : Ahmed Sahara/Maghreb Emergent).

Pour ce qui est des tensions que connaît le projet d’investissement du groupe algérien Cevital au niveau du complexe sidérurgique de Piombino, l’ambassadeur a tenu à dissiper tout malentendu. Il a assuré que le groupe algérien n’avait commis aucune faute, ajoutant que c’est le secteur italien de la sidérurgie qui est « compliqué ».

 

 

L’ambassadeur d’Italie à Alger, M. Pasquale Ferrara, qui s’exprimait ce matin sur Radio M, a évoqué le procès Saipem dans lequel le groupe Sonatrach est cité au même titre que l’ancien ministre de l’Energie, Chakib Khelil.

Tout en précisant qu’il ne pouvait trop s’étaler au sujet d’un procès encore entre les mains de la justice, M. Ferrara a tenu à rappeler les « changements » qui se sont produits au niveau du groupe Saipem. Il s’agit essentiellement du changement de son équipe dirigeante, a-t-il indiqué. Des changements qui ont donné lieu à plus de transparence, notamment en ce qui concerne la comptabilité, a-t-il ajouté.

Concernant l’affaire proprement dite de pots-de-vin dans laquelle est impliqué ce groupe en Algérie, l’ambassadeur italien à Alger s’est contenté de dire que la justice italienne travaillait très sérieusement sur ce dossier.

Pour ce qui est des tensions que connaît le projet d’investissement du groupe algérien Cevital au niveau du complexe sidérurgique de Piombino, l’ambassadeur a tenu à dissiper tout malentendu. Il a assuré que le groupe algérien n’avait commis aucune faute, ajoutant que c’est le secteur italien de la sidérurgie qui est « compliqué ».

D’après lui, les tensions répercutées par la presse émanent du souci des travailleurs de préserver leurs emplois. Le maire de la ville a, d’ailleurs, fait cause commune avec les 2.000 travailleurs du complexe, a-t-il ajouté signalant que M. Rebrab, le P-DG de Cevital, est particulièrement conscient de la situation.

Sur plan du financement du projet, il a évoqué, sans beaucoup de précisions, des « retards au niveau des banques ».

 

Ecouter l'émission

 

Vidéo :

 


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • On voit bien ce qu'ils font à nos investisseurs chez eux alors qu'eux sont traités comme des messies quand ils viennent nous jeter quelques miettes du gâteau qu'ils prennent en installant leurs fabriques (plus excatement leurs machines à sous).

    Rapporter Larbi jeudi 20 juillet 2017 18:16
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

L'échéance 2019 ne nous détournera pas de la construction de la citoyenneté en Algérie

A ne pas manquer

Prev Next

Le marché de la téléphonie n’a pas été affecté par le contingentement des importations-Said Benmesbah (audio-vidéo)

Les représentants des marques de téléphonie mobile Algérie se sont très vite adaptés au nouveau contexte du marché qui impose le régime des quotas à l’importation, en s'orientant vers l'assemblage local.

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh (audio-vidéo)

Actuellement, les transactions de la finance islamique ne sont rentables ni pour les banques ni pour les citoyens, estime Hachemi Siagh, expert en finance internationale.

Kamal Kheffache (économiste):"L’Algérie manque de réactivité pour s’adapter aux exigences de la mondialisation"

Dans cette interview, l’économiste Kamal Kheffache considère que l’Algérie ne s’est pas adaptée aux exigences de la mondialisation » et que, en se fermant, elle ralentit « le développement économique ».