Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 23 Août 2017

  •   Rédaction Maghreb Emergent
  • jeudi 10 août 2017 13:00

Tunisie - En 7 mois, la balance commerciale a connu un déficit de près de 9 milliards de dinars

Le déficit de la balance commerciale hors énergie se limite à 6,505 milliards de dinars au moment où le déficit de la balance énergétique s’établit à 2,122 milliards de dinars (24,6% du total du déficit), contre 1,859 milliard de dinars durant les sept mois de l’année 2016.

 

 

Le solde de la balance commerciale de la Tunisie a enregistré un déficit de 8,628 milliards de dinars (un dinar tunisien = 0,354 euro), durant les sept premiers mois de l’année 2017, contre 6,856 milliards de dinars durant la même période en 2016, indique l’agence Tunis Afrique Presse (TAP), qui rapporte les statistiques publiées aujourd’hui par l’Institut national de la statistique (INS).

Ce déficit est expliqué par la divergence au niveau du rythme de croissance entre les importations (+18,8%) et les exportations (+15,9%), précise TAP. Cette divergence est due à au déficit enregistré avec certains pays, comme la Chine (-2,378 milliards de dinars), l’Italie (-1,156 milliard de dinars), la Turquie (-1,014 milliard de dinars), la Russie (-0,840 milliard de dinars) et l’Algérie (-0,2597 milliard de dinars).

Pour rappel, le déficit commercial de la Tunisie durant l’année 2016 était de 12,62 milliards de dinars contre 12,05 milliards de dinars en 2015.

En revanche, le solde de la balance commerciale a enregistré un excédant avec d’autres pays, principalement avec la France (+1,747 milliard de dinars), la Libye (+0,4434 milliard de dinars) et le Royaume-Uni (0,1502 milliard de dinars).

 

Un déficit moins important hors-énergie

 

D’autre part, le déficit de la balance commerciale hors énergie se limite à 6,505 milliards de dinars au moment où le déficit de la balance énergétique s’établit à 2,122 milliards de dinars (24,6% du total du déficit), contre 1,859 milliard de dinars durant les sept mois de l’année 2016.

Durant la même période, les exportations ont continué à augmenter avec une progression de 15,9%, ajoute TAP. En valeur, elles ont atteint 19,128 milliards de dinars, contre 16,507 milliards de dinars durant la même période de l’année 2016.

 

Les exportations de pétrole brut ont doublé

 

Les exportations de pétrole brut ont enregistré une augmentation de 0,8309 milliard de dinars contre 0,4039 milliard. Celles des produits agricoles et agro-alimentaires ont progressé de 12,9%. Dans le secteur des industries mécaniques et électriques les exportations ont progressé de 18%, dans le textile-habillement-cuirs de 13,2% et dans les industries manufacturières de 9,7%. Les exportations du secteur des mines, phosphates et dérivés a enregistré, quant à lui, une baisse de 14,8%, suite à la diminution des exportations en acide phosphorique (0,2531 milliard de dinars contre 0,3656 milliard).

 

Une hausse 18,8% des importations

 

Les importations ont atteint la valeur de 27,756 milliards de dinars contre 23,363 milliards de dinars durant la même période de l’année 2016, enregistrant une hausse de 18,8% contre 16,4% durant les six premiers mois de l’année 2017 et -0,7% durant la même période de l’année 2016.

Les exportations tunisiennes vers l’Union européenne (75,4% du total des exportations) ont augmenté de 19,9%. Avec les pays du Maghreb, elles ont baissé de 22,3% avec l’Algérie et de 10,7% avec la Libye. En revanche, les exportations vers le Maroc ont augmenté de 20,2%.

Pour les importations, les échanges commerciaux des biens avec l’Union européenne (54,3% du total des importations) ont enregistré une hausse de 21,4% pour s’établir à 15,061 milliards de dinars. La France et l’Italie maintiennent leurs premières places des principaux fournisseurs avec des parts respectives de 15,2% et de 15,8%. Les importations ont augmenté de 13,3% avec la France et de 29,9% avec l’Italie.

La Chine était le pays avec lequel la Tunisie avait enregistré le déficit commercial le plus important (-3,8439 milliard de dinars), suivie par d’autres pays dont notamment la Turquie (-1,4822 milliard de dinars) et la Russie (-1,3756 milliard de dinars).


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

La fabrication des panneaux solaires coûterait très cher à l’Algérie-Pr Omar Aktouf

Sondage

L’Algérie a battu ce mois de juillet un nouveau record du pic maximum appelé (PMA) en électricité. Le PMA oblige Sonelgaz à un investissement de plus de 500 milliards de dinars par an.

Vous êtes d’accord avec ces dépenses à cause d’un pic de consommation de quelques jours par an car l’électricité est un droit constant ? - 26.7%
Vous pensez que cela est trop couteux pour le pays et qu’il vaut mieux se discipliner et arrêter la course financière derrière le PMA ? - 35.6%
Vous pensez que la croissance du PMA va se ralentir si les couts des investissements sont plus supportés par les usagers dans l’avenir ? - 28.7%

Total votes: 565

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie : "La situation risque de devenir, à très court terme, économiquement ingérable et socialement explosive" - Elyes Jouini

 La Tunisie "prise dans un tourbillon destructeur de valeur" connait un dérapage budgétaire qui nécessite des emprunts de plus en plus lourds ce qui monopolise la capacité financière des banques et étouffe l'investissement, estime l'ancien ministre des réformes économique et actuel vice-président de l'Université Paris-Dauphine Elyes Jouini.

Algérie – Le retour d’Ouyahia pourrait se traduire par une relance des privatisations

  A l’arrêt depuis 2007, le processus de privatisations des entreprises publiques va-t-il être relancé par Ahmed Ouyahia? La loi de finances 2018 pourrait remettre au gout du jour le très controversé art 66 de la LF 2016.

Algérie- Trois arrêtés vont fixer le mode d'emploi de la pêche et la commercialisation du corail

Trois (03) arrêtés interministériels devant relancer la pêche au corail à travers le littoral seront "prochainement" promulgués pour fixer toutes les procédures juridiques et mesures relatives à l'exploitation de cette ressource maritime, au traitement et à la traçabilité des quantités pêchées jusqu'à la commercialisation.