Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mercredi, 23 Août 2017

  •   Maghreb Emergent avec APS
  • samedi 12 août 2017 09:12

Algérie : Chlef croule sous les tomates : Une partie de la production jetée dans les Oueds

 

La wilaya de Chlef a enregistré cette saison une production record de tomates industrielles, avec  l’augmentation de la surface exploitée qui est passée de 600 ha à 1.076 ha, conjuguée à un rendement à l’hectare estimé entre 850 et 900 qx. Faute d’unités de transformation, une partie de la production risque la destruction.

 

La filière de la tomate industrielle à Chlef a enregistré, durant cette saison, un bond considérable dans sa production dû à une hausse du rendement à l’hectare estimé entre 850 et 900 qx, ainsi qu'une augmentation de la surface exploitée de 600 ha à 1.076 ha actuellement.

Face à cette production en hausse, la wilaya de Chlef ne compte qu'une seule unité de transformation privée, qui peine à gérer le surplus de production provoquant le mécontentement des agriculteurs, irrités devant les longues files d’attente et inquiets des dégâts occasionnés à leur production, a-t-on constaté.

Cependant des efforts sont consentis par la direction des services agricoles (DSA) de la wilaya, selon le responsable du secteur, Mokhtar Belaid, afin de promouvoir une industrie de transformation et agroalimentaire dans cette région, dont la production prévisionnelle de tomate industrielle, pour la présente campagne, est estimée à 807.000 qx, au vue des conditions climatiques régnantes et de la hausse constatée au volet rendement, a-t-il affirmé.

Après s'être félicité des indices de production positifs de la filière, il a déploré le problème de transformation posé dans la wilaya, qui ne compte en tout et pour tout qu’une seule unité, accueillant en plus de la production de Chlef, celles d’Ain Defla et de Relizane.

Pour ce responsable, la tension enregistrée sur l’unique unité de transformation de la wilaya est due "à un murissement précoce de la récolte de tomate industrielle, dont le volume de production a dépassé toutes les prévisions, grâce notamment à l’usage des techniques du goûte à goûte et des engrais, conjuguées aux bonnes conditions climatiques", a-t-il expliqué. Il a annoncé, en outre, une action de la DSA visant l’organisation de la récolte, ainsi que le recensement des pertes déclarées par les agriculteurs.

Selon le chargé du service commercial, Sadek Meriem Khorafa, l’unité de transformation en question a procédé au relèvement de ses capacités par la création d’une deuxième chaine de production, lui permettant ainsi l’accueil de 1.300 tonnes de tomates/jour, sachant que cette unité a conclu des contrats avec 198 agriculteurs de Chlef, Ain Defla et Relizane.

"Pour éviter un tassement de la production, un programme spécial a été fixé afin de permettre aux Fellahs de récolter leurs productions suivant les capacités de transformation de l’usine, les deux s’étant accordé sur une récolte de 12 qx/ha/J", a-t-il fait savoir. Néanmoins, les agriculteurs, rencontrés par l’APS dans les files d’attente formées devant l’unité de transformation, ont exprimé leur mécontentement à l’égard de leurs pertes, estimant la tomate non récoltée à 60%.

Ils ont également évoqué les désagréments causés aux gros tonnages, dont l’attente dans les files peut aller jusqu’a 48h. Une durée qu'ils assurent suffisante au pourrissement des tomates. "De grandes quantités sont jetées dans les Oueds au vu des chaleurs régnantes", ont-ils déploré.

Vers la création d’une coopérative des producteurs de la tomate industrielle

Selon le président de l’Association de la tomate rouge, des producteurs de la tomate industrielle, Mohamed Benyamina, des mesures ont été prises afin de gérer cette crise et préserver l’intérêt des producteurs de la filière, par la création notamment d’une coopérative des producteurs de la tomate industrielle, qui aura pour mission la gestion de ce type de problèmes ainsi que la défense des droits des agriculteurs.

Cette même coopérative se chargera, également, a-t-il ajouté, de fixer un programme pour la culture de la tomate de façon à ce que sa récolte ne se fasse pas dans la même période, et ce dans un souci de réduction des files d’attente devant l’unité de transformation. Il s'agira également d'œuvrer à l'encadrement des contrats signés avec les unités de transformation et le développement de la filière en général.

S’exprimant sur le surplus de production enregistré et le rejet de grandes quantités de tomates dans les Oueds, M. Benyamina, a évoqué "la faiblesse de la capacité d’accueil de l’unité de transformation, qui devait, selon lui, entamer l’accueil du produit depuis juin dernier, afin de réduire les pertes des agriculteurs, qui ont dû abandonner 60 % de leurs récoltes".

"Des sorties sur terrain sont actuellement effectuées par la DSA au niveau des exploitations agricoles touchées afin de constater de visu les dégâts occasionnés aux "Fellahs", et élaborer un rapport qui sera soumis au ministère de tutelle", a encore fait savoir le responsable du secteur, Mokhtar Belaid, qui a appelé chaque partie à assumer ses responsabilités.

La culture de la dustrielle à Chlef est essentiellement concentrée dans les régions d’Ouled Ben Abdelkader, Ouled fares, El Karimia et Oued Fodda, avec une surface globale estimée à près de 1.076 ha, dont la production a atteint durant la campagne 2015-2016, 475.000 qx.


Évaluer cet élément
(3 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Ces tomates auraient pu etre valorisees en tomates sechees, ce qui necessite tres peu de moyens et pourrait rapporter des millions, si les chiffres publies dans l'article sont vrais.

    Tous les grands pays producteurs de tomates comme l'Italie ou la Turquie sechent et revendent leur excedent de tomates fraiches et ils gagnent des millions chaque annee de cette maniere.

    Rapporter Patriot DZ dimanche 13 août 2017 09:04
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

La fabrication des panneaux solaires coûterait très cher à l’Algérie-Pr Omar Aktouf

Sondage

L’Algérie a battu ce mois de juillet un nouveau record du pic maximum appelé (PMA) en électricité. Le PMA oblige Sonelgaz à un investissement de plus de 500 milliards de dinars par an.

Vous êtes d’accord avec ces dépenses à cause d’un pic de consommation de quelques jours par an car l’électricité est un droit constant ? - 26.7%
Vous pensez que cela est trop couteux pour le pays et qu’il vaut mieux se discipliner et arrêter la course financière derrière le PMA ? - 35.6%
Vous pensez que la croissance du PMA va se ralentir si les couts des investissements sont plus supportés par les usagers dans l’avenir ? - 28.7%

Total votes: 565

Vidéos

L’ambassadeur italien à Alger a évoqué sur Radio M le procès Saipem et l’investissement de Cevital en Italie

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie : "La situation risque de devenir, à très court terme, économiquement ingérable et socialement explosive" - Elyes Jouini

 La Tunisie "prise dans un tourbillon destructeur de valeur" connait un dérapage budgétaire qui nécessite des emprunts de plus en plus lourds ce qui monopolise la capacité financière des banques et étouffe l'investissement, estime l'ancien ministre des réformes économique et actuel vice-président de l'Université Paris-Dauphine Elyes Jouini.

Algérie – Le retour d’Ouyahia pourrait se traduire par une relance des privatisations

  A l’arrêt depuis 2007, le processus de privatisations des entreprises publiques va-t-il être relancé par Ahmed Ouyahia? La loi de finances 2018 pourrait remettre au gout du jour le très controversé art 66 de la LF 2016.

Algérie- Trois arrêtés vont fixer le mode d'emploi de la pêche et la commercialisation du corail

Trois (03) arrêtés interministériels devant relancer la pêche au corail à travers le littoral seront "prochainement" promulgués pour fixer toutes les procédures juridiques et mesures relatives à l'exploitation de cette ressource maritime, au traitement et à la traçabilité des quantités pêchées jusqu'à la commercialisation.