Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 19 Juin 2018

  •   Rédaction Maghreb Emergent
  • mercredi 6 septembre 2017 15:08

Algérie - Les dettes des bénéficiaires des aides Ansej avant mars 2011 pourront être rééchelonnées (officiel)

Aux termes d’une convention signée aujourd’hui par cinq banques publiques, l’Ansej et la CNAC, pour bénéficier de ce rééchelonnement, le jeune entrepreneur doit prouver que le matériel existe toujours, être adhérent au Fonds de garantie sans être, pour autant, encore indemnisé par ce fonds et, enfin , rembourser une partie de 5 à 10% à l'avance du montant de crédit.

 

 

Les dettes et les agios réservés éligibles à l’efficacement, nés des crédits accordés aux promoteurs Ansej avant mars 2011, seront retraitées. C’est ce que stipule une convention signée aujourd’hui à Alger entre les banques publiques, l'Agence nationale de soutien à l'emploi des jeunes (Ansej) et la Caisse nationale d'assurance chômage (Cnac).

Selon l’agence Algérie Presse Service (APS), qui a rapporté l’information, cette convention a été signée pour l’ensemble des banques publiques par Boualem Djebbar, le président de l’ABEF (association professionnelle des banques et des établissements financiers) et a été également signée par les responsables de cinq banques publiques concernées par ces créances, à savoir : la Banque de l'Agriculture et du développement rural, le Crédit populaire d' Algérie, la Banque nationale algérienne, la Banque de développement local et la Banque extérieure d’Algérienne.

 

Conditions

 

Le ministre des Finances, Abderrahmane Raouia, qui était présent à la cérémonie de signature de la convention, a justifié celle-ci par le régime de l’Ansej sous lequel les crédits concernés ont été accordés avant mars 2011 aux jeunes entrepreneurs : « Ceux qui (ont eu des crédits, NDLR) avant le régime de 2011 ont eu des difficultés financières. Cette convention va permettre d'effacer les agios qui sont les intérêts en retard et aussi un rééchelonnement de la dette bancaire. ».

Pour bénéficier du rééchelonnement, a expliqué le président de l 'ABEF, cité par l’APS, le jeune promoteur doit prouver que le matériel existe toujours, être adhérents au Fonds de garantie sans être, pour autant, encore indemnisé par ce fonds et, enfin , rembourser une partie de 5 à 10% à l'avance du montant de crédit.

 

 


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Maroc: la croissance de l'économie devrait s'établir à 3,6% en 2018 (Banque centrale)

  L'inflation devrait atteindre 2,4% en 2018, avant de revenir à 1,4% en 2019.

Opep: L’Algérie s’oppose à une augmentation de la production pétrolière

  L’OPEP et ses partenaires se sont engagés depuis début 2017 à respecter des quotas de production spécifiques.

"Il faut revoir le système algérien de sécurité sociale"-CEE-(Audio)

  Les animateurs du Café d’experts économiques de Radio M, Mustapha Goumiri et Ferhat Ait Ali sont revenus sur la Loi de finances complémentaires 2018 et particulièrement sur la question du financement du système national de la sécurité sociale.