Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 18 Janvier 2018

  •   Nadir Allam
  • mercredi 13 septembre 2017 14:11

Notre usine de Sétif produira 2 millions de pneus/an à partir de 2018 (groupe Iris)

L’investissement est de l’ordre de 21 milliards de dinars (189 millions de dollars), a indiqué Nazim Saib, directeur de marketing du groupe.

 

 

Le coût de l’investissement dans la méga-usine de pneumatiques qu’entend ouvrir à Sétif le groupe Iris se situera à hauteur de 21 milliards de dinars (189 millions de dollars). C’est ce qu’a indiqué aujourd’hui, dans une rencontre avec des journalistes, Nazim Saib, le directeur de marketing du groupe. Cet investissement a été consenti, a-t-il ajouté, dans l’objectif d’alimenter le marché local mais aussi d’exporter notamment vers l’Afrique, l’Europe et le Moyen-Orient.

IRIS est la marque commerciale de l’entreprise algérienne Saterex, créée en 2004, et spécialisée dans la fabrication des produits électroniques et électroménagers. 

L’usine, a précisé Nazim Saib, entrera en production d’ici le début de l’année 2018, avec une capacité de production de 2 millions de pneus/an, touts calibres confondus.

A présent, la partie génie civile de l’usine est achevée et toute l’infrastructure réalisée, assure Nazim Saib. Et d’ajouter : « Nous sommes en pleine phase d’équipement qui sera achevée d’ici la fin de l’année en cours. A partir de là, nous enterrerons dans la phase de production et par la suite la phase de commercialisation. »

Pour rappel, tel que rapporté par la presse algérienne en avril 2016, le coût de l’investissement dans cette usine de pneumatiques se situait autour de 13 milliards de dinars, soit 8 milliards de dinars de moins que le chiffre annoncé par Nazim Saib.


Évaluer cet élément
(10 Votes)

Laissez un commentaire



2 Commentaires

  • Qui va confier sa vie et celle de sa famille à IRIS. Ce genre de projet (dont le degré d'intégration ne peut pas être élevé car la matière premiere est importée) aurait du être fait en partenariat. Le partenaire apportant le financement en devises et surtout la garantie du produit!!

    Rapporter conseil aux banquiers preteurs jeudi 14 septembre 2017 08:53
  • C'EST une bonne idée à condition que les normes de fabrication soit suivis et respecter pour pouvoir gagner des marchés et contré l'importation qui nous coût la peau des fesses.

    Rapporter Rekis jeudi 14 septembre 2017 06:48
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...