Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 18 Janvier 2018

  •   Aymen Zitouni
  • mercredi 13 septembre 2017 15:40

Marchés publics : Ahmed Ouyahia met l'accent sur une application stricte de la clause de la "préférence nationale"

L’en-tête de l’instruction d’Ahmed Ouyahia datée du 7 septembre dernier (illustration publiée par Alg24).

Selon une instruction du Premier ministre datée du 7 septembre 2017, l’application stricte de la préférence nationale, énoncée par le Code des marchés publics, vise non plus seulement à promouvoir les produits algériens mais « à préserver la souveraineté économique et financière de notre pays » afin d’éviter un « plan d’ajustement structurel ».

 

Le Premier ministre Ahmed Ouyahia a adressé, le 7 septembre 2017, une instruction aux ministres, aux walis ainsi qu’aux dirigeants des groupes industriels (publics), ainsi qu’à d’autres destinataires, leur demandant de veiller, dans le cadre des commandes publiques, à la mise en œuvre de l’article 83 du Code des marchés publics (promulgué en septembre 2015).

L’article 83 en question accorde « une marge de préférence d’un taux de 25% aux produits d’origine algérienne/et ou aux entreprises de droit algérien, dont le capital est détenu majoritairement par des nationaux résidents, pour tous les types de marchés visés à l’article 29 ». L’article 29 auquel il renvoie stipule : « Les marchés publics portent sur une ou plusieurs des opérations suivantes : la réalisation de travaux, l’acquisition de fournitures, la réalisation d’études et la prestation de services. »

La correspondance publiée par le site ALG 24 souligne bien que cette préférence nationale doit s’appliquer à toutes les opérations des marchés publics énumérés dans l’article 29.

Le Premier ministre a insisté, dans ce texte, sur l’application de cette mesure. Pour lui, si cette « insistance » s’expliquait, par le passé, « par une volonté de développer l’appareil productif de marchandises et de services, il est question aujourd’hui de préserver la souveraineté économique et financière de notre pays » afin d’éviter un « plan d’ajustement structurel ». Il a chargé le ministre des Finances de veiller, par les différentes commissions de marchés publiques, au suivi de l’application des dispositions de cette instruction.


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Aussi,il a lieu d'avantager les jeunes promoteurs Ansej on leur attribuant des points supplémentaires.

    Rapporter Amichi vendredi 15 septembre 2017 14:18
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...