Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 25 Février 2018

  •   Abderrahmane Mebtoul (*)
  • mardi 19 septembre 2017 08:49

Algérie - Planche à billets et marche vers le FMI : une crise de gouvernance (Contribution)

 

 Dans cette contribution, le Pr A Mebtoul répond aux arguments d'Ouyahia et insiste sur le fait qu’à l’heure actuelle, l’Algérie n’est pas en situation de «crise financière » mais en état de « crise de gouvernance ». Il faut reformuler le projet de révision de l'article 45 de la loi sur la monnaie et le crédit, souligne-t-il en insistant sur le fait que sans correction majeure de la politique économique, la conjonction de la crise de gouvernance et de la crise financière va nous conduire « droit au FMI ».

 

 La vertu d’un grand dirigeant est sa modestie et l’arrogance le signe  de son incompétence. La pire des erreurs  pour un responsable n’est pas de se tromper mais de persister dans l’erreur  en croyant détenir le monopole de la vérité.  Je propose, sur la base d arguments  objectifs de rédiger l’article  45 de la loi sur la monnaie et le crédit d’une manière précise car l’actuelle  formulation est très vague.

 

 1.-Rappel du contenu de l’ordonnance d’aout 2003  et  de l’avant projet  de la  loi sur la monnaie et le crédit

 .La loi sur la monnaie et le crédit a été instaurée par la loi 90-10 du 14 avril 1990, modifiée par l’ordonnance 03-11 du 26 aout 2003 et récemment par l’ordonnance 10-04 du 26 août 2010. Elle ne concerne que l’article 45  dont la mouture de 2003 stipule : « la Banque d’Algérie peut, dans les limites et suivant les conditions fixées par le Conseil de la monnaie et du crédit, intervenir sur le marché monétaire et, notamment, acheter et vendre des effets publics et des effets privés admissibles au réescompte ou aux avances ».

 Dans le nouveau ’avant projet, il est stipulé «Art 45 bis : nonobstant toute disposition contraire, la Banque d’Algérie procède, dès l’entrée en vigueur de la présente disposition, à titre exceptionnel et durant une période de cinq années, à l’achat directement auprès du trésor, de titres émis par celui-ci, à l’effet de participer notamment :

- A la couverture des besoins de financement du trésor,

- Au financement de la dette publique interne

- Au financement du Fonds National d’Investissement (FNI). 

Ce dispositif est mis en œuvre pour accompagner la réalisation d’un programme de réformes structurelles économiques et budgétaires devant aboutir, au plus tard, à l’issue de la période susvisée, notamment, au rétablissement :

 -Des équilibres de la trésorerie de l’État ;

 -De l’équilibre de la balance des paiements.

Un mécanisme de suivi de la mise en œuvre de cette disposition, par le trésor et la Banque d’Algérie, est défini par voie réglementaire »

 

 2.-Crise financière et recours à la planche à billets : les arguments d’Ahmed  Ouyahia

 

1.- Tout retour à l’endettement extérieur» pour faire face à la crise actuelle est exclu. «Ce n’est pas dogmatique. Si on choisit d’aller à l’endettement extérieur, on aura besoin de 20 milliards de dollars annuellement pour couvrir un déficit équivalant à 2000 milliards de dinars, avec des retombées d’une telle éventualité sur le pays et sa politique économique et sociale.

 2..-Le financement non conventionnel,  n’est pas une invention algérienne. Les grandes puissances mondiales le font toujours, à l’image des États-Unis, qui empruntent auprès de la Réserve fédérale, du Japon et de la Banque centrale européenne qui a injecté 2000 milliards d’euros dans les banques des pays de l’Union.

 3.-Les fonds qui seront empruntés par le Trésor auprès de la Banque d’Algérie «ne seraient pas source d’inflation, puisqu’ils seront destinés à financer exclusivement l’investissement public. En premier lieu, les fonds qui seront empruntés par le Trésor auprès de la Banque d’Algérie ne sont pas destinés à alimenter la consommation, mais bien à financer l’investissement public. Ce qui ne sera donc pas source d’inflation. En second lieu, le Trésor fait face actuellement à une dette publique qui ne dépasse pas les 20% du Produit intérieur brut (PIB). Il dispose ainsi d’une marge raisonnable d’endettement»,  en faisant une comparaison avec «un pays européen qui, disposant des finances publiques les plus solides, a aussi une dette publique proche de 70% du PIB». «Il y a même un pays qui a une dette publique dépassant les 100% de son PIB.

 4.-Concernant l’effondrement du dinar, ce dernier baisse en valeur avec la baisse des réserves de change,  la valeur du dinar ayant  reculé de 25 à 30% ces dernières années.

 5.-En conclusion, selon le premier ministre  le recours au financement non conventionnel sur une période de 5 ans «permettra à l’Algérie de s’assurer la sauvegarde de son indépendance financière et la poursuite des réformes à une cadence qui ne lui engendrera pas des problèmes importants». La mise en œuvre de cette démarche,  permettra aussi d’éviter «une importante augmentation des taxes dans le cadre du projet de loi de finances 2018,

 

3.-Quelques précisions et recommandations

 -La  modification de la loi sur la monnaie et le crédit n’est pas une opération technique mais a des incidences sociales politiques et sécuritaires.  Sans le retour à la confiance, de profondes réformes structurelles,  et à une vision stratégique, la modification du seul article 45 de la  loi sur la monnaie et le crédit,  n’aura aucun impact sur le développement futur du pays, reportant dans le temps les problèmes fondamentaux.

 -La modification de l’article 45  permet  à la Banque d’Algérie de financer directement le trésor en  levant le verrou de l’émission monétaire.

-Pour le cas Algérie, Il faut distinguer le financement de la partie dinars et de la partie devises ou le financement non  conventionnel concerne la partie dinar.

- La dérive inflationniste  à la vénézuélienne  par la planche à billets (solution  de facilité) sans contreparties productives,  obligera les banques primaires à relever leurs taux d’intérêts au moins de deux points supérieurs au taux d’inflation pour éviter la faillite, ce qui va pénaliser le secteur productif.

 -Sans maîtrise, elle va réaliser une épargne forcée  au détriment des revenus fixes qui verront inéluctablement la réduction de leur pouvoir d’achat, prenant ainsi la forme d’un  impôt indirect.

- Pour convaincre, il faut comparer ce qui est comparable. Il faut relever que les pays développés cités par Ouyahia ont un potentiel productif  important, une forte canalisation de l’épargne des citoyens, une  sphère informelle marginale, une bourse des valeurs performantes  et une monnaie internationale convertible. Rien de comparable pour l’Algérie.

- Il faut donc se référer,  afin de ne pas  renouveler leurs  expériences négatives, au Venezuela et au Nigeria,  pays rentiers comme l’Algérie, au cas des dirigeants communistes roumains  qui avec zéro dette extérieure ont laissé une économie en ruine.

 - Il faut donc préciser dans l’article 45  pour le financement non conventionnel la nature sectorielle de  la destination de ce financement,  le ratio de l’émission monétaire,  année par année, avec des quantifications précises, selon différents scénarios, en références à la trajectoire budgétaire et aux indicateurs macro économiques  et macro-sociaux du pays, des cinq prochaines années.

 C’est une démarche qui relève de la sécurité nationale qui commande la mise en place d’une comité de contrôle indépendant  auprès du président de la république qui sera chargé du suivi  afin d’éviter toute dérive inflationniste. Il faut éviter de fonder une politique économique sur  des modèles économétriques appliqués aux pays développés  déconnectés des réalités nationales, comme c’est le cas de certains experts , qui avaient pronostiqué en 2014 le retour  d‘un cours du pétrole à plus de 80 dollars. 

 L’Algérie a un répit de seulement trois ans pour changer de cap et éviter de vives tensions sociales 2018/2020. Même si le niveau des réserves de change a baissé, l’Algérie en ce mois de septembre 2017, ne connait pas encore de crise financière mais une crise de gouvernance.  Le vrai risque est qu’en l’absence d’une correction de la politique économique actuelle – notamment industrielle dont le résultat est mitigé- est que l’on aille droit vers le FMI à horizon 2019/2020 avec la conjugaison d’une crise financière et d’un crise de gouvernance. Ce qu’aucun  patriote ne souhaite.

 

 

(*)Professeur des   universités, expert international

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

(NB) Le titre est de la rédaction


Évaluer cet élément
(5 Votes)

Laissez un commentaire



2 Commentaires

  • Voilà une analyse censée et réaliste.Merci.

    Rapporter nabilkarim mardi 19 septembre 2017 22:59
  • Mr MEBTOUL le principal problems de l'ALGERIE n'est pas de governance,Mai's de legitimite du pouvoir de fait;imaginez juste un instant que l'ALGERIE soit un pays democratique au sens propre du terme que la constitution instaure une vraie citoyennete pour corollaire Liberer et mobiliser tout le potential humain ,materiel et physique de la nation vers un horizon de prosperite,de bonheur et de paix.

    Rapporter Mr GHILI mardi 19 septembre 2017 15:28
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP divisé sur la formule qui transforme la contestation sociale en nouvelle situation politique

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

2017 a été marquée par la répression des ahmadites et des migrants (directrice d’Amnesty Algérie, sur Radio M)

A ne pas manquer

Prev Next

Tunisie : Les réserves en devises baissent à 82 jours d'importation, "un niveau plus qu’alarmant"

L'expert en économie Moez Joudi juge le niveau  de stock des réserves plus qu’alarmant. 

Tourisme : 2,5 millions d’Algériens ont visité la Tunisie en 2017 (OTT)

Pas moins de 2,5 millions de touristes algériens ont visité la Tunisie au cours de l’année 2017, une affluence représentant 35% de l’ensemble des touristes ayant visité ce pays voisin, a indiqué à l’APS le directeur de l’Office tunisien du tourisme (OTT).

Les flux commerciaux entre le Maroc et l’Espagne ont dépassé 14 milliards d'euros en 2017

L'Espagne est le premier partenaire économique du Maroc, pour la sixième année consécutive, "tant en importations qu'en exportations".