Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 11 Décembre 2017

  •   Aboubaker Khaled
  • mercredi 20 septembre 2017 09:32

Algérie-Planche à billets: la comparaison d’Ouyahia avec les États-Unis et l’Europe est "farfelue" (Ferhat Aït Ali) Audio- Vidéo

 

 L’impact inflationniste du financement non conventionnel aura lieu mais ne sera pas dans un premier temps "exagéré",a souligné Ferhat Aït Ali dans l’émission l’invité du direct. Il a qualifié la comparaison faite par Ouyahia avec les États-Unis ou l’Europe de «farfelue».

 

 

 

 L’économiste a dit son scepticisme au sujet des annonces d’Ouyahia sur la destination du financement non-conventionnel (rembourser l'emprunt, refinancer le FNI, couvrir les engagements du trésor) sur un délai cinq ans.

 Ces affectations, a-t-il observé, ne figurent pas dans le projet de révision de la loi. Cette émission monétaire dit-il avec humour, le cas d’une personne sommée par le juge de payer un chèque sans provision se propose d’émettre un autre chèque.

 L’emprunt obligataire est allé « droit au financement du déficit »

 Pour lui, on est dans la situation curieuse où l’on va emprunter pour rembourser une dette. «Cela peut se concevoir même dans le commerce, la Bourse sert à cela. Si nous étions dans une économie ouverte, avec un système financier et une sphère productive réelle de services,  de biens, d'idées, connectée sur le système  international, le Trésor peut se refinancer couvrir les dettes actuelles ainsi en attendant des jours meilleurs ».

 Mais, observe-t-il, ce n’est pas le cas en Algérie et en l’état actuel des choses, «on n'est pas sur que l'émission monétaire sera affectée là où le gouvernement le dit. ». Ferhat Aït Ali rappelle que  le fameux emprunt obligataire « était censé financer des projets générateurs de nouveaux revenus… Il est allé tout droit au financement du déficit. »

 Au sujet de l’impact inflationniste de ce recours à la planche à billet, l’économiste estime qu’il ne sera pas exagéré dans l’immédiat. « Cet argent va couvrir des trous qui s'il étaient comblés avant généraient de l'inflation, on y est déjà avec 7,7% »

 

Une dévaluation automatique

 

strong> 

 

 Dans un second temps, cet argent injecté va créer des tensions inflationnistes, car la garantie à l'international va baisser. « Quand  on prête de l'argent au Trésor pour qu'il dépense alors que la production locale est limitée et si cela ne s’accompagne pas d’une baisse des importations et que cela continue à s’impacter au même rythme sur les réserves de change, nos garanties en devises pour la masse monétaire émise baissent. La dévaluation est automatique, technique ».

 Pour lui, la comparaison faite par Ouyahia avec les pays développés (USA, Europe, Japon) qui ont eu recours au financement conventionnel  est tout simplement « farfelue ».

«Cette comparaison est farfelue, si on fait une comparaison avec les pays, on se retrouve avec 5% de similitudes négatives. La Fed et la BCE sont intervenus pour renflouer le système bancaire en crises banques durant la crise des supprimes. Ce n'est pas le cas en Algérie, où c'est le gouvernement qui sollicite la Banque d’Algérie qui est devenue un de ses appendices. »

 Les États-Unis et l’Europe exportent de l’inflation, l’Algérie en importe

 Autre argument qui rend caduc la comparaison d’Ouyahia avec les pays cités. Dans les émissions de la Banque centrale européenne et la réserve fédérale américaine (Feld), une partie de l’inflation de ces pays est exportée.

 «On ne peut pas comparer un pays comme l’Algérie qui est importateur net de tous les effets négatifs de toutes les autres monnaies sur sa monnaie intérieure, à des pays qui ont justement ont cette capacité d’exporter les effets négatifs de leur politiques monétaire. Cette comparaison n’a pas lieu d’être dans l’absolue».

 


Évaluer cet élément
(5 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Cet économiste a certes raison, mais il oppose la théorie à des décideurs qui eux sont confrontés à une situation réelle qui est la situation financière actuelle de notre pays l'Algérie. Autrement dit, le gouvernement n'a dans l'immédiat aucun autre levier producteur d'effets rapides autre que celui du recours à la ''planche à billets''. Toute autre mesure anti-crise n'aurait produit ses effets bénéfiques au mieux qu'à moyen terme, or la décision prise procurera instantanément un arrêt de l'hémorragie des banques et des entreprises nationales en renflouant leurs caisses et en épongeant leurs déficit; de plus, le déficit budgétaire sera comblé. Une fois ces trois outils renfloués, le gouvernement aura des outils sains qu'il pourra utilisé dans un second temps dans une stratégie plus profonde et qui prend plus de temps consistant en un traitement plus pointu. En résumé, le gouvernement n'a pas mis la charrue avant les boeufs en prenant la mesure qui s'imposait au vu de la situation du pays et n'a jamais dut qu'il s'en tiendrait uniquement à cette première décision de recourir à la ''planche à billets''. En effet, d'autres mesures à effets plus lointains suivront à coup sûr. Ce sont les journalistes qui comme d'habitude n'ont pas saisis la pertinence de la démarche gouvernementale qui pourtant saute au cerveau de n'importe qui désire user de ses méninges.

    Rapporter jacques mercredi 20 septembre 2017 19:16
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP remet la visite de Macron à l’endroit et la Fetwa de Trump à l’envers

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

L'échéance 2019 ne nous détournera pas de la construction de la citoyenneté en Algérie

A ne pas manquer

Prev Next

Le marché de la téléphonie n’a pas été affecté par le contingentement des importations-Said Benmesbah (audio-vidéo)

Les représentants des marques de téléphonie mobile Algérie se sont très vite adaptés au nouveau contexte du marché qui impose le régime des quotas à l’importation, en s'orientant vers l'assemblage local.

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh (audio-vidéo)

Actuellement, les transactions de la finance islamique ne sont rentables ni pour les banques ni pour les citoyens, estime Hachemi Siagh, expert en finance internationale.

Kamal Kheffache (économiste):"L’Algérie manque de réactivité pour s’adapter aux exigences de la mondialisation"

Dans cette interview, l’économiste Kamal Kheffache considère que l’Algérie ne s’est pas adaptée aux exigences de la mondialisation » et que, en se fermant, elle ralentit « le développement économique ».