Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 17 Octobre 2017

  •   El Kadi Ihsane
  • samedi 7 octobre 2017 10:21

Algérie, le budget 2017 est sauvé, et maintenant attendons 2019

 

 

La chronique hebdomadaire d’El Kadi Ihsane sur El Watan fait une lecture politique du projet de loi de finances pour 2018.

 Le projet de loi de finance pour 2018 propose une nouvelle animation du statu quo stratégique algérien en contexte de contre choc. Intéressant à décortiquer. Le projet de LF du gouvernement Ahmed Ouyahia suggère de maintenir un seuil soutenable de croissance par la commande publique tout en poursuivant le démantèlement du soutien aux prix des produits jugés non essentiels, les carburants. Le budget de l’équipement repart symboliquement à la hausse après deux années de coupes. 400 milliards de dinars seront réservés aux arriérés des entreprises de réalisation sinistrés depuis deux ans par les impayés du trésor public. La frange des économistes qui a le plus insisté, depuis 2014, sur le nécessaire maintient d’un effort d’investissement public pour ne pas gripper trop vite la machine, va t’elle se satisfaire de ce correctif dans la trajectoire de l’austérité ? C’est là qu’interviennent l’autre contrainte et la cohorte d’économistes qui l’observe en premier.

Le budget de l’Etat ne peut pas poursuivre un soutien à l’activité par une hausse des dépenses cela sape en plus l’avenir par le creusement des déficits publics. Entre partisans de la priorité au soutien à la croissance qui protège contre une dérive du chômage à court terme, et les partisans de la priorité au contrôle des équilibres macro-financiers qui préserve le cadre de la croissance à long terme le projet de la LF de 2018 n’a pas choisit. D’ou l’illusion d’une nouvelle animation. En fait du statu quo.  Il n’y a ni choc expansif qui redonne du plan de charge à  large échelle (scénario impossible) ni choc récessif du budget qui rétablit l’allocation des ressources par la compétition des utilisations (scénario redouté).  Un entre deux qui ressemble furieusement à une phase attentiste de conservation de balle pour attendre la mi-temps et opérer aux changements dans le secret des vestiaires.

La garantie de pouvoir  refinancer le trésor public en levant de nouveaux fonds auprès de la banque d’Algérie avec l’amendement de la loi monnaie et crédit autorise donc le gouvernement à poursuivre en basse intensité le plan d’équipement de l’Etat. Une prolongation de vie du modèle de croissance des années Bouteflika. En mode mobilité réduite. Qu’il ne faut pas bouder. Car l’autre modèle n’est pas là. Pire encore, ou mieux. Son émergence est encore retardée par les marges résiduelles qu’offre le pétrole à plus de 50 dollars et un sous-endettement public permissif  pour financer les déficits en conclave domestique. L’épisode qui vient de se terminer au sénat, relayé par la LF 2018, est donc celui d’un rush d’urgence. Obtenir, y compris en prenant le risque de paniquer les algériens, les près de 600 milliards de dinars pour boucler le budget de l’année. Et ouvrir une ligne de refinancement sans plafond pour cinq ans. Pour quoi faire ?  De la petite croissance (1,2 prévisionnel 2018) et du moins grand déficit public avec une plus grande rigueur dans les dépenses et l’ambition d’élargir les recettes ordinaires des impôts. Un compromis attentiste qui recrache dans un document officiel le pouls politique du pays. Faible.

Tares de la consanguinité

Cette chronique affirme depuis longtemps que la gouvernance politique actuelle est incapable de changer de modèle de croissance.  Elle a le secret espoir d’être démentie pour le bien des jeunes citoyens algériens. Mais elle doit bien se résoudre, à la fin de la journée, que l’actualité de chaque semaine reconduit le trait.  Il n’ y avait aucun ministre vendredi après midi à l’ECHRA de Ain Benian pour l’inauguration des premières journées de l’industrie pharmaceutiques, organisées par l’UNOP, l’organisation professionnelle de la filière du médicament. Il s’agit là pourtant du lieu ou le gouvernement peut évaluer un des rares succès de sa politique industrielle de ses dix dernières années. L’UNOP couvre 48% en valeur et 60% en volume de la demande en médicaments du marché algérien. En 2008, elle était à 20% de parts d’un marché alors plus étroit. A la clé d’une telle expansion une mesure de protection adaptée (et déjà éprouvée en Tunisie) qui interdit l’importation des molécules produites in situ. Ce modèle peut il continuer à gagner ? A quel prix ?  Une demande de parrainage de l’événement était parvenue au palais du gouvernement il y ‘a plus de six mois. Du temps de Abdelmalek Sellal. Rien.

Trois ministres au moins, celui de la santé, celui de l’industrie et celui du commerce, auraient gagné à venir personnellement s’enquérir de la conjoncture auprès des opérateurs du secteur. Pour bien comprendre que la politique de prix actuelle, si elle aide à sauver la CNAS, menace à court terme l’attractivité de la filière et son développement.  Apprendre qu’une bulle productive est entrain de se former avec 150 unités pharmaceutiques nouvelles en cours de réalisation.  Et voir que les molécules innovantes à forte valeur ajoutée échapperont à ce modèle de substitution à l’importation si sa gouvernance n’est pas mise à jour. Aucun ministre pour soutenir l’ambition la plus forte aujourd’hui pour sortir par le haut de cette crise : exporter. La Jordanie le fait pour 350 millions de dollars en médicaments. L’Algérie  exporte pour 3 millions.  La diversification à laquelle « pense » le gouvernement est là. Dans le gap qu’il faut combler pour que les investissements en Algérie, y compris et surtout ceux en partenariat avec les majors étrangers, soient dimensionnés aussi pour l’exportation.

Les membres du gouvernement ne veulent pas se montrer en compagnie des grands laboratoires algériens et étrangers basées en Algérie dans un tel événement ?  C’est pourtant par ce dialogue entre l’Etat et le Business que passe la voie de sortie de la mono-exportation. Au lieu de quoi Ahmed Ouyahia a réservé sa première sortie « économique » au pole pétrochimique d’Arzew. Tout dans l’ancienne économie. La matière première, les acteurs, essentiellement publics, et la connexion financière, Sonatrach est le 1er contributeur de l’Etat. A la tripartite ou il refuse les syndicats indépendants comme ailleurs, le premier ministre privilégie le traitement endogamique. Le résultat porte les tares récessives de la consanguinité.

Benkhalfa et la réforme

Ce n’est pas tous les jours que les ministres technocrates pointent la limite d’une action désincarnée politiquement. Abderrahmane Benkhalfa ministre des finances éphémère dans le gouvernement Sellal III, a affirmé cette semaine sur RadioM qu’il ne fallait surtout pas céder à la panique. « La crise du budget n’est pas la crise de l’économie ».  A condition d’engager, en même temps que le financement non conventionnel, « le paquet des réformes qui liberent l’économie ». Pourquoi lui n’a-t-il pas pu les engager lorsqu’il était aux affaires ?  Parce que « ce n’est pas l’affaire d’une ou deux mesures mais d’une politique globale de réformes ». Avec des indicateurs de valeurs qui ne soient pas distordu : le prix des biens et des services, le taux d’intérêt, et le taux de change. Leçon d’économie classique. Si le travail, le capital, l’argent, la devise, ne sont pas payés à un prix proche de leur vérité de marché, tout se dérègle. Il y’a du gaspillage, de l’éviction et de la perte d’attractivité pour faire de la croissance. Rétablir quelque peut ce paramètre de valeur, pour redonner une chance à la production et à l’exportation face à l’importation, ce n’est pas un job de ministre. C’est un programme politique portée par une coalition au long cours soutenu dans l’opinion. Il attendra les hirondelles.

 


Évaluer cet élément
(4 Votes)

Laissez un commentaire



2 Commentaires

  • "..Un entre deux qui ressemble furieusement à une phase attentiste de conservation de balle pour attendre la mi-temps et opérer aux changements dans le secret des vestiaires..."

    Dans cet exemple, l'auteur aurait pu ajouter qu'on est mené au score par 3 ou 4 buts d'où sur qui est compté le temps qui passe...

    Rapporter Hayy ibn Yaquadhan samedi 7 octobre 2017 17:10
  • Autant les chroniques de Mr El Kadi sont habituellement très claires, autant celle ci est hermétique...

    Rapporter ighil samedi 7 octobre 2017 11:24
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

L’image "négative" de l’entreprise au sein de l’opinion publique fait mal à l’Algérie-Taïeb Hafsi

Sondage

Ahmed Ouyahia est de retour à la tête du gouvernement dans un contexte de crise des finances publiques

vous vous attendez à ce qu'il se contente de gérer l'austérité ? - 17.4%
vous pensez qu'il est capable d'aller plus loin et d'engager une modernisation de l'économie ? - 13.4%
Vous pensez qu'il sera pris de vitesse par la dégradation de la situation ? - 61%

Total votes: 1325

Vidéos

TSA, Boudjedra, Boukrouh, Nekkaz, le CPP défend l’expression puis descend dans l’arène

A ne pas manquer

Prev Next

La Chine veut acquérir directement 5% de Saudi Aramco

"Une série d'options pour l'entrée en Bourse de Saudi Aramco continuent de faire l'objet d'un examen attentif", a dit un porte-parole de la compagnie pétrolière.

Affaire Air-Algérie-SMI International : Mohamed Salah Boultif réagit

 M. Boultif attire l’attention sur le fait que le groupe canadien de travaux publics ait eu des démêlés avec la justice de son pays.

Les normes industrielles algériennes reconnues à l’étranger

Si un laboratoire accrédité par ALGERAC donne un certificat à une entreprise quelconque ses produits sont susceptibles d’être exportés en Europe sans subir un nouveau contrôle à la frontière.