Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 20 Novembre 2017

  •   Ahmed Bounour
  • mardi 17 octobre 2017 07:38

« L’Algérie est sur le point d’atteindre l'autosuffisance en produits agricoles » (ministre)

Le ministre signalé que très peu de produits agricoles sont aujourd’hui importés par l’Algérie. Des produits tels que « le blé, le lait et parfois les viandes ».

 

« L’Algérie est sur le point d’atteindre l'autosuffisance en produits agricoles », a déclaré, hier, le ministre de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche, Abdelkader Bouazgui en marge d’une visite qu’il effectuait dans la wilaya de Mostaganem.

"Nous sommes sur le point d’atteindre l’autosuffisance en produits agricoles concrétisée entre 70 et 75 % et nous allons parvenir à 100 %", a-t-il clairement déclaré estimant que les conditions étaient désormais  favorables pour atteindre cet objectif.

M. Bouazgui s’exprimait lors d’une rencontre tenue à l’université de Mostaganem à laquelle participait, entre autres, le représentant de l’Organisation mondiale de l’agriculture et de l’alimentation (FAO) en Algérie, Nabil Assaf.

Le ministre a assuré que l’agriculture contribue actuellement à la croissance économique du pays précisant que la valeur de la production agricole en Algérie est passée de 500 milliards de dinars en 2000 à 3.000 milliards de dinars actuellement. Le ministre n'a pas donné d'autres chiffres pour appuyer ses dires au sujet de l'augmentation de la production agricole du pays.

"Ceci est une preuve de l'existence d'une réelle richesse dans notre pays permettant de réduire la facture d’importation des produits agricoles ", a-t-il indiqué, cité par l’APS.

Il a d’ailleurs signalé que très peu de produits agricoles sont aujourd’hui importés par l’Algérie. Des produits tels que « le blé, le lait et parfois les viandes ».

Le ministre n’a pas hésité à parler d’une véritable révolution que l’Algérie aurait opérée dans le secteur de l’agriculture, précisant que le monde rural s’est totalement transformé, devenant « plus productif et plus dynamique ». "Ce qui a été réalisé et les résultats obtenus à ce jour par le secteur de l’agriculture est une véritable révolution qui a eu un impact positif en termes de produits agricoles".

 


Évaluer cet élément
(11 Votes)

Laissez un commentaire



4 Commentaires

  • Parler sans donner des chiffres est à la portée de tout le monde et plus particulièrement de tous les ministres algériens qui chantonnent toujours la même rengaine : "paroles, paroles, paroles ..... "

    En conséquence, il ne risque pas de se tromper.

    Les produits qui continent à être importés, dixit ce ministre, constituent une bonne part du déficit commercial. Bien évidemment, la pluviométrie y est pour quelque chose, d'où l'orientation vers l'imploration d'Allah dès ce vendredi et ce à chaque fois, mais aussi insuffisance de barrages dont la construction a été négligée.

    Il est trop facile de mettre tout sur le dos d'Allah lorsqu'on a été imprévoyant surtout en cette période de réchauffement climatique.

    Rapporter Vangelis mardi 17 octobre 2017 22:00
  • ça c'est de la phraseologie et du blabla destinés à l'audience de la châine Ennahar. Le progrès qui a été fait en matière de production agricole est indéniable, mais le ministre peut-il nous donner des statistiques concretes de la production des différents produits par rapport à la consommation nationale ?

    Rapporter san4 mardi 17 octobre 2017 10:06
  • "la valeur de la production agricole en Algérie est passée de 500 milliards de dinars en 2000 à 3.000 milliards de dinars"

    Les prix ont triplé depuis les années 2000. Donc, c'est normal que la valeur augmente!!!
    Le ministre évite de parler de quantité! Et en plus, il oublie un point important, depuis 2000 la population aussi a augmenté!

    Rapporter Amine G. mardi 17 octobre 2017 08:59
  • Sauf que Mr le Ministre oublie le blé tendre, la poudre de lait, le maïs et le soja pour nourrir vaches veaux et mouton. il oublie l'huile et le sucre (produits bruts raffinés en Algérie mais importés).

    Rapporter Djamel BELAID mardi 17 octobre 2017 08:23
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

«Une augmentation des tarifs d’électricité en 2018 n’est pas impossible »-Badache

A ne pas manquer

Prev Next

Plus de 220 millions de personnes sous-alimentées en Afrique subsaharienne (FAO)

Au cours de la première décennie du millénaire, l'Afrique subsaharienne a réalisé des progrès remarquables dans la lutte contre la faim mais la situation a changé entre les années 2015 et 2016.

Pendant ce temps au Maroc: L’industrie du cinéma est une chose sérieuse

Le nombre croissant de tournages qui ont rapporté quelque 280 millions de dirhams (3,4 milliards de dinars) qui ont été investis par des étrangers en 2016.

Algérie : Les partis de l’opposition réagissent à l’annulation de l’Impôt sur la fortune

Les partis politiques de l'opposition critiquent le retrait par la Commission des Finances et du Budget de l’Assemblée populaire nationale (APN) de l'impôt sur la fortune du projet de loi de finances 2018. Ils  qualifient cette démarche de "décision populiste " qui intervient dans le contexte des élections locales.