Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 19 Novembre 2017

  •   Samy Injar
  • mercredi 18 octobre 2017 14:38

Algérie: PLF 2018, l’impôt sur la fortune met à jour un fantomatique impôt sur le patrimoine de 1993

 

 Le projet de loi de finances pour 2018 évoque une incidence de 260% sur le montant recouvert mais ne dit rien sur les recettes escomptées.

Le projet de loi de finances pour 2018 explique que l’impôt sur la fortune qu’il propose a été « institué »  dans la loi de finances pour 1993 dans le cadre de la réforme sur la fiscalité conduite par le gouvernement de Belaid Abdeslam.  Il s’agit en réalité dans la mouture proposée pour 2018 par le gouvernement d’Ahmed Ouyahia d’un changement d’appellation  et d’un réaménagement de son assiette et de ses taux.

L’exposé des motifs du projet de loi de finances pour 2018 déclare explicitement que suite à d’incessantes demandes des parlementaires ces dernières années, «  il est proposé de changer l’appellation de l’impôt sur le patrimoine en impôt sur la fortune, dans le but de permettre à l’opinion publique de mieux assimiler cet impôt qui touche la classe riche ».

Par ailleurs, le projet de loi tente de remédier à un rendement manifestement désastreux de l’impôt sur le patrimoine (aucun chiffre communiqué) en butte à « diverses difficultés, caractérisées par la non déclaration par les personnes soumises à l’ISP, de leurs biens … ».  L’impôt sur la fortune, dans sa nouvelle appellation, fait sortir les habitations principales de son assiette, fait baisser son seuil d’imposition à 50 000 000 de dinars et réaménage son barème en doublant les taux du fantomatique impôt actuel sur le patrimoine.

Une simulation dans l’exposé des motifs  fait passer une imposition d’un patrimoine de 350 millions de dinars, de 2 millions de dinars de recettes fiscales sous le régime actuel à 5,25 millions de dinars sous le futur ISF. Le texte se prévaut d’une plus value de 260 %  mais ne donne pas le chiffre global de la plus value escomptée par cette mise à jour d’un impôt datant de 24 ans.

 

 

 

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Montant recouvré et non pas recouvert

    Rapporter Karim samedi 11 novembre 2017 19:07
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

«Une augmentation des tarifs d’électricité en 2018 n’est pas impossible »-Badache

A ne pas manquer

Prev Next

Rencontre Me Ksentini- Bouteflika : La présidence de la République dément "catégoriquement"

"La présidence de la République dément catégoriquement, autant la véracité de l'audience que celle du contenu qui lui est accolé et considère qu'il s'agit là de pures affabulations".

Des champions nationaux [ LE BLOG ECO ]

Comment construit-on un tissu industriel performant ? La question paraît simple mais elle est au cœur de vastes débats académiques et politiques depuis plusieurs décennies.

Pour Hafid Derradji, Bouteflika n’a pas reçu Farouk Ksentini pour parler du 5e mandat

  Les déclarations de l’ex-président de la Commission nationale consultative pour la promotion et la protection des droits de l’homme (CNCDDH), dissoute, Me Farouk Ksentini indiquant que le président de la République Abdelaziz Bouteflika souhaite briguer un 5è mandat ont fait réagir le célèbre commentateur sportif Hafid Derradji.