Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 20 Novembre 2017

  •   Rédaction HuffPost Algérie
  • jeudi 19 octobre 2017 13:32

Algérie - La CNEP, la BDL et la BADR lanceront leurs produits de finance islamique avant la fin de l’année (ministre)

Abderrahmane Raouia intervenant à l’université du FCE (ph. : HuffPost Algérie).

Le ministre des Finances Abderrahmane Raouia, qui intervenait à l'Université du Forum des chefs d'entreprises (FCE), a rappelé que des banques, telles la Baraka, Al Salam, Trust ou encore AGB, proposaient déjà des produits islamiques.

 

 

La Caisse nationale d’épargne et de prévoyance (CNEP), la Banque du développement local (BDL) et la Banque algérienne de développement rural (BADR) lanceront avant la fin de l'année 2017 leurs produits de finance islamique, a annoncé aujourd’hui le ministre des Finances, Abderrahmane Raouia, qui intervenait dans le cadre de la 3e édition de l'Université du Forum des chefs d'entreprises (FCE) à la SAFEX, à Alger.

Abderrahmane Raouia a expliqué que les démarches visant à introduire la finance islamique ont déjà été lancées dans ces banques et que les cadres des trois banques ont déjà bénéficié de plusieurs cycles de formation et de préparation, pour diversifier les produits de finance alternative.

Le ministre des Finances a ajouté que "le lancement de la finance islamique est imminent au niveau de ces trois banques publiques. "Quatre autres banques commerciales suivront durant 2018", a-t-il rappelé.
Lors de son intervention, M. Raouia a rappelé que la finance islamique est déjà codifiée par la loi sur la monnaie et le crédit, et également par des textes de la Banque d'Algérie visant à réguler les établissements proposant ces services. Il a rappelé que des banques proposaient déjà des produits islamiques telles la Baraka, Al Salam, Trust ou encore AGB, expliquant que les trois banques publiques concernées proposent depuis plusieurs années des formules sur la base de ces textes. Il a cité, parmi ces produits, "Rassmali" et "El Badil" de la CNEP et la BDL, respectivement.

Le ministre a profité de son intervention pour énumérer les produits de la finance islamique qui seront, comme dans plusieurs pays, introduits en Algérie, à savoir les "sukuk" (obligations dans la finance conventionnelle), les "murabaha" (achat-vente), les "ijara" (équivalent du leasing) et les "musharaka" (équivalent du capital risque). Des produits-types que la CNEP, la BDL et la BADR lanceront incessamment pour diversifier leurs offres, a-t-il dit.

Rappelant que la pratique des taux d'intérêt est interdite dans le cadre de la finance islamique, le ministre a déclaré que cette finance alternative permettrait sans aucun doute de mobiliser de nouvelles ressources financières et de bancariser une nouvelle clientèle. "Cette nouvelle approche devrait répondre aux préoccupations des citoyens et permettrait de drainer des épargnes et des participations au développement économique", a-t-il conclu


Évaluer cet élément
(4 Votes)

Laissez un commentaire



3 Commentaires

  • Bonjour le financement touche quel geanre de projet et quelles seront la garantie.

    Rapporter BAHMANI AHMED dimanche 12 novembre 2017 12:51
  • Les anglais qui ne sont pas musulmans l'ont fait il y'a de cela plus de 10 ans

    Gageons que le faux Moudjahid de Djamel OULD ABBES, le cireur de pompes de Abdelmadjid SIDI SAID et l'oligarque d'Ahmed OUYAHIA ne vont pas nous rabattre les oreilles en nous disant que le Président BOUTEFLIKA EST SENSIBLE AUX DEMANDES DES MUSULMANS EN MATTIERE FINANCIERE

    Cordialement, GUENZET SOFIANE, inventeur des technologies de la biométrie et du Système Monétique Biométrique SAOIB 31 er applications dérivées

    Rapporter GUENZET SOFIANE vendredi 20 octobre 2017 16:01
  • Probleme: sans assurance takaful..il est IMPOSSIBLE DE COMMERCIALISER les produits bancaires islamiques en algerie!

    Pourquoi raouia n'a til fait aucune allusion du takaful en algerie..?!

    Rapporter Hanane77 jeudi 19 octobre 2017 20:55
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

Le CPP n’a pas comparé Bouteflika à Mugabe, mais n’en pense pas moins

Sondage

Le discours de Ahmed Ouyahia sur les déficits publics a provoqué une chute du dinar sur le marché parallèle de la devise. Est ce que vous avez l'intention de

Transformer en euros ou dollars votre épargne en devises ? - 31.8%
Ne pas céder à la panique car l'inflation sera encore maitrisée en 2018 ? - 11.2%
Plaider pour un changement de monnaie afin de bancariser l'argent informel ? - 50.9%

Total votes: 1822

Vidéos

«Une augmentation des tarifs d’électricité en 2018 n’est pas impossible »-Badache

A ne pas manquer

Prev Next

Plus de 220 millions de personnes sous-alimentées en Afrique subsaharienne (FAO)

Au cours de la première décennie du millénaire, l'Afrique subsaharienne a réalisé des progrès remarquables dans la lutte contre la faim mais la situation a changé entre les années 2015 et 2016.

Pendant ce temps au Maroc: L’industrie du cinéma est une chose sérieuse

Le nombre croissant de tournages qui ont rapporté quelque 280 millions de dirhams (3,4 milliards de dinars) qui ont été investis par des étrangers en 2016.

Algérie : Les partis de l’opposition réagissent à l’annulation de l’Impôt sur la fortune

Les partis politiques de l'opposition critiquent le retrait par la Commission des Finances et du Budget de l’Assemblée populaire nationale (APN) de l'impôt sur la fortune du projet de loi de finances 2018. Ils  qualifient cette démarche de "décision populiste " qui intervient dans le contexte des élections locales.