Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 20 Avril 2018

  •   Nadir Allam
  • vendredi 20 octobre 2017 12:14

Algérie : La TAP ne sera pas supprimée, selon le ministre des Finances

 Des banques algériennes sont prêtes pour lancer des produits de la finance islamique, selon le président de l’ABEF.

 

Lors de son intervention à l’université d’été du FCE (Forum des chefs d’entreprise), le ministre des Finances a fait savoir que son département, conjointement avec le FCE, organisera des assises sur la fiscalité et le financement locaux.  Ce faisant, il souligné l’impossibilité de mettre fin à la Taxe sur l’activité professionnelle (TAP), vieille revendication du FCE, en expliquant qu’elle constitue l’une des principales sources de financement des collectivités locales. 

« Eliminer les entraves à l’investissement, tel que la TAP  prendra du temps, et nécessitera impérativement de trouver une compensation à cette manne qui représente 200 milliards de dinars injectés directement au budget des collectivités locales », a-t-il dit.

La Cnep, la BADR et la BDL sont prêtes pour la finance islamique

La finance islamique va officiellement entrer en scène. « La finance islamique contribuera au développement économique dans la mesure où elle intervient dans la mobilisation des ressources détenues par les operateurs. Et ce, par l’émission de bons Soukouk , comme produits d’épargne et de crédit. C’est un financement qui peut apporter une croissance certaine à l’économie nationale, ce qui explique qu’il soit retenu dans la loi de finances 2018 », a annoncé le ministre des finances, hier.

Abderrahmane Raouya a ajouté que « cette orientation sera suivie de différentes actions de soutien, à savoir, la concrétisation d’accords avec la banque islamique de développement (BID), l’établissement d’une stratégie de développement de la finance islamique, basée sur un encadrement fiscale, comptable et juridique spécifique et la diversification des offres islamique en harmonie avec les attentes des entreprises ».

Il s’agit entre autres, de développer des offres dites IJARA (Leasing), la MOURABAHA (Achat-vente), et la MOUCHARAKA (Participation au capital). Cette démarche vise, selon le ministre des finances, à bancariser les fonds circulant dans l’informel qui sont détenus par des citoyens musulmans hostiles aux mécanismes de fonctionnement des banques considérés comme « usuriers ». Dans ce sillage, M Boualem Djebar, président de l'ABEF (Association professionnelle des banques et des établissements financiers), a indiqué que les banques sont prêtes pour lancer des produits de la finance islamique, notamment la Cnep Banque, la BADR et la BDL.

 

 

 

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Pétrole: Le prix du Brent monte à près de 75 dollars, à son plus haut niveau depuis 2014

  Les stocks de pétrole brut ont reculé selon les chiffres publiés mercredi par l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA).

L'enquête britannique pour corruption viserait un marché impliquant l'aéroport d'Alger, selon Ultra Electronics

     En mars 2018, la SGSIA a lancé un appel d’offres pour une solution informatique de gestion aéroportuaire et la société britannique, après soumission, a obtenu le marché. 

Bamako rappelle ses diplomates en Algérie pour consultation au sujet de la situation des ressortissants maliens

  Le ministre malien des Affaires étrangère a « demandé à ses concitoyens qui ne se sentent pas en sécurité de quitter l'Algérie ».