Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 18 Janvier 2018

  •   Amar Ingrachen
  • lundi 13 novembre 2017 09:45

Algérie:« Le FNI devrait être exclu du financement non-conventionnel » (Nour Meddah)

 

Selon M. Meddahi, « le FNI devrait financer ses investissements en vendant certains de ses actifs comme sa participation dans le groupe Djezzy ».

 

Nour Meddahi, qui a été l’un des rares experts à défendre le recours à la planche à billet persiste à croire que cette option, à condition qu’elle soit adossée à des réformes structurelles profondes, tient la route. Toutefois, sur la question du financement conventionnel en direction du FNI, M. Meddahi trouve que l’idée n’est pas pertinente et considère « le FNI devrait être exclu de cette opération et devrait financer ses investissements en vendant certains de ses actifs ».

« Dans le texte de loi sur le crédit et la monnaie, il est fait mention de financement non conventionnel en direction du FNI. Etant donné les montants en jeu, et comme l’objectif principal du financement non conventionnel est de soutenir la croissance, nous pensons que le FNI devrait être exclu du financement non conventionnel et devrait vendre certains de ses actifs pour dégager des liquidités pour financer ses nouvelles opérations. Nous ne connaissons pas la composition du portefeuille du FNI mais clairement il n’y aucune raison à ce que le FNI garde sa participation dans le groupe Djezzy. Il devrait vendre ses actions à travers la Bourse », écrit-il dans une longue contribution publiée par Maghreb-Emergent.

Mais, sur ce sujet, nombre d’experts ont exprimé des réserves quant à l’engagement du Gouvernement à allouer une partie du financement monétaire au FNI. Selon eux, « le FNI n’a été évoqué par le Gouvernement Ouyahia et ses soutiens que pour justifier le recours à la planche à billets et pour faire croire qu’une partie de la monnaie qui sera créée sera destiné à l’investissement ».  Cette vision laisse penser que « la dotation du FNI » ne représente pas un enjeu pertinent pour le Gouvernement. Mai il reste que, officiellement, loi du sur la monnaie et le crédit vise à financer le déficit budgétaire de l’Etat et  la dette publique d’une part, et les projets du Fonds National d’Investissement (FNI), d’autre part.

 

 

 

 


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...