Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 18 Janvier 2018

  •   Karim Sabeur
  • mardi 14 novembre 2017 16:07

Algérie: « Le gouvernement compte maîtriser davantage l’inflation » (Raouia)

Une inflation de 5,5 % est prévue en 2018 et qui baissera à 3% en 2020, selon le ministre.

 

Lors des réponses du gouvernement aux préoccupations des députés à l’issue des débats sur la loi de finances de 2018, le ministre des Finances, Abderrahmane Raouia a réaffirmé ses engagements sur de nombreux aspects à l’économie nationale et il a notamment mis l’accent sur l’investissement productif.

Selon le ministre, l’objectif du gouvernement dépasse ce dernier élément et vise aussi une maîtrise des dépenses et une diversification de l’économie tout en maintenant la politique sociale du gouvernement.

Le ministre a souligné qu’il a enregistré que les interventions des députés ont mis l’accent sur la protection de l’économie nationale. Il a répondu en maintenant que le recul des prix du pétrole impose de poursuivre les efforts pour réduire le déficit budgétaire sans toucher en rien le pouvoir d’achat des ménages.

Le ministre considère qu’il est nécessaire de rappeler que le projet de loi de finances émane des choix du plan d’action du gouvernement visant les objectifs d’une meilleure gestion des impôts et l’accompagnement des investissements ainsi que la promotion de la production nationale et les exportations hors hydrocarbures.

Le ministre considère que les agrégats économiques, la réforme bancaire et le foncier ont été, « à juste titre », parmi les préoccupations des députés. A ces derniers, il envoie quelques messages positifs considérant qu’un taux de croissance de 4% est prévu par la loi. Divers secteurs vont y contribuer, selon lui, comme le commerce, les hydrocarbures et les travaux publics « grâce à une hausse prévue des dépenses ».

Le ministre a fait référence aux prévisions des institutions internationales, comme le FMI, qui pourrait revoir ses analyses en faveur de l’Algérie après avoir recueilli des informations sur l’état de l’économie du pays.

Une économie toujours dominée par les hydrocarbures dans un contexte où le marché pétrolier est considéré comme « perturbé à cause des éléments géostratégiques et à cause de la production de l’énergie non conventionnelle », selon le ministre. 

Ce dernier a aussi souligné que le gouvernement compte maîtriser davantage l’inflation source de la dégradation du pouvoir d’achat. Une inflation de 5,5 % est prévue en 2018 pour baisser à 3% en 2020, selon lui.

Abderrahmane Raouia revient aussi sur le sort de Sonelgaz et de Sonatrah disposant, selon lui, de plans d’investissements qui vont dynamiser davantage l’économie.

En ce qui concerne les banques, il promet qu’elles vont poursuivre l’octroi de crédits aux entreprises dans l’objectif de générer davantage de revenus pour l’Etat à travers la fiscalité en évitant d’opter pour des impôts touchant directement les couches nécessiteuses.

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...