Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 19 Janvier 2018

  •   Amar Ingrachen
  • mardi 14 novembre 2017 21:40

La France veut retrouver sa place de partenaire principal de l’Algérie (Bruno le Maire)

 

Bruno Le Maire considère que  la diligence avec laquelle les autorités algériennes ont fait avancer le dossier PSA est un « signal positif » qui augure  d’un avenir prometteur pour les relations algéro-françaises.

 

 « Notre part de marché en Algérie est passée de 24% en 2000 à 10% aujourd’hui. Nous devons redresser la barre. Bien sûr, il y a toutes sortes d’explications qui sont compréhensibles : nous savons que la Chine est particulièrement offensive en Algérie, nous avons la concurrence de l’Italie, de l’Espagne, de la Turquie», a reconnu Bruno le Maire, ministre français de l'Economie et des Finances, à la clôture de la 4ème  session du COMEFA  à Alger.

Toutefois, cette situation est « inadmissible » et pour lui, il convient d’inverser la tendance au plus vite. En effet, il considère que ce retard peut et doit être rattrapé car il y va de l’avenir économique de la France et de l’Algérie.  « Je considère que, pour la France, l’Algérie est un partenaire économique majeur. Nous avons 500 entreprises implantées en Algérie qui emploient 40.000 salariés directs et près de 100.000 salariés indirects. Comme nous sommes ici pour nous dire les choses avec franchise, je considère que la tendance n’est pas bonne. Avec mon ami Youcef Yousfi, nous sommes décidés à inverser cette tendance », a-t-il indiqué en précisant que c’est  aux « Français et aux Algériens de reprendre les choses en main ».

Evoquant la signature d’un accord pour l’installation de Peugeot en Algérie, M. Le Maire s’est montré très satisfait en parlant de « signal positif ». « Je voudrais vous remercier d’avoir fait avancer les choses en quelques jours sur le dossier de PSA pour nous permettre de faire cette signature pour l’installation d’une usine PSA à Oran. Je crois que c’est exactement ce genre de signal positif, concret, que nous pouvons nous adresser les uns aux autres », a-t-il dit.

 


Évaluer cet élément
(2 Votes)

Laissez un commentaire



1 Commentaire

  • Le véritable développement économique de l'Algérie passe impérativement par une rupture du lien ombelicale avec cette France néo-colonialiste.

    Rapporter Mohamedz mercredi 15 novembre 2017 00:24
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

comment Bouteflika pousse déjà Ouyahia vers la porte & comment Tiguentourine a sonné la chute du DRS

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Docteur Ali Belkheiri: "Il y a des secteurs qui vont beaucoup recruter en A

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie : Les militants du FFS à Ghardaia tous acquittés

  Le FFS avait  interpelé  par le biais  d’une question orale le ministre de la justice garde des sceaux, Tayeb Louh, le 09 janvier  passé, sur  la présentation  de ces cadres et militants du FFS à Ghardaia devant le tribunal criminel.

Maroc : la réforme du régime de change est une décision "souveraine" (Banque centrale)

Initialement prévue pour juillet dernier, cette réforme, qui vise à élargir la fluctuation du dirham marocain, avait été retardée par le gouvernement pour "des études supplémentaires".  

Algérie : Ouyahia n a pas encore dit son dernier mot au sujet des privatisations

Le FLN, le RND et même le FCE sont d’accord pour respecter la décision du président subordonnant à son accord les privatisations.