Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Dimanche, 21 Janvier 2018

  •   Ahmed Gasmia
  • vendredi 17 novembre 2017 08:28

"La future usine d’équipements de Sonatrach et GE sera bénéfique pour l’Algérie" (Preure)

Le capital de la société mixte baptisée Sonatrach General Electric Petrolum Equipment Company (Sogepec SPA), est de 4 milliards de dinars. 

 

« L’usine de fabrication d’équipements destinés au secteur pétrolier que devrait ouvrir conjointement Sonatrach et Baker Hugues General Electric (BHGE), en Algérie, sera très bénéfique pour le pays », estime l’économiste Mourad Preure, commentant la récente signature d’un contrat dans ce sens par les deux groupes.

De son point de vue, il ne s’agit pas de l’ouverture d’une simple usine mais d’une première démarche dans le sens de la mise en place d’un véritable tissu industriel, en appoint à un secteur pétrolier nécessitant sans cesse des équipements en tout genre.

 « La construction de cette usine signifie que les équipements qui y seront fabriqués seront achetés en dinars. C’est aussi un projet très bénéfique pour le pays parce qu’il pourrait être à l’origine d’une dynamique réelle de transfert de technologies », explique l’économiste. Il signale, au passage, que ce genre d’usine « fait forcément des petits », d’où la possibilité de la mise en place d’un tissu industriel spécialisé.

Il est question, selon M. Preure,  de tirer profit de l’expertise de General Electric en créant aussi des ponts entre  ce groupe et nos universités. « Il faut développer en Algérie une chaîne de valeurs allant de la conception à la fabrication», conseille l’économiste qui précise que cet objectif ne peut être atteint sans le concours de firmes de l’envergure de General Electric.

M. Preure explique l’intérêt témoigné par la firme américaine pour le marché algérien par de recherche de nouveaux marchés alors que le montant des investissements dans le domaine de l’exploration a brutalement chuté à travers le monde depuis 2014.

 « Il faut que Sonatrach profite de cette situation pour développer aussi bien les activités liées aux services pétroliers qu’à l’industrie des équipements », assure l’expert.

« Sonatrach a la possibilité d’être dans le top10 des compagnies pétrolières mondiales mais pour atteindre cet objectif, il faut qu’elle mette en place une séquence stratégique à travers des partenariats avec  des opérateurs spécialisés dans les services pétroliers et les équipementiers. C’est le moment de profiter de la crise », insiste-t-il.

A noter que le capital de la société mixte baptisée Sonatrach General Electric Petrolum Equipment Company (Sogepec SPA), est de 4 milliards de dinars.  Elle sera basée à Oran et est présentée comme la première du genre en Afrique.

 

 

 


Évaluer cet élément
(3 Votes)

Laissez un commentaire



4 Commentaires

  • voila l'histoire se renouvelle,BRC 2,on est content voire meme fier,selon notre expert SH va acquerir en DA,c'est vrai, mais a quel prix l'Algerie va payer ses produits?? la ou les matieres premieres,les representants du partenaires etc..seront debourses en devises.A quel prix va t'on acquerir ces matieres qui entrent dans la fabrication des futurs equipements?quel est le taux d'integration?,
    pour ce qui est du transfert de technologies,vous savez et nous savons tous qu'il n'y a jamais eu de transfert de technologies.pour la reussite de telles operations il y'a un tres tres grand travail a faire et qui consiste en la preparation des esprits des gens qui auraient en charge la mise en oeuvre de telles operations et a tous les niveaux.
    en dernier arreter s'il vous plait de nous empoisonner avec le plus grand ,le plus beau,le plus large,le plus plus gros d'Afrique!!!jusqu'a preuve du contraire les projers de ce genre et portant ce qualificatifs n'ont jamais rien rapporte a l'Algerie

    Rapporter REGUIG samedi 18 novembre 2017 12:50
  • Yehtek saha bienveillant!! Ce mourad preure est pourtant un ancien. Il ne peut ignorer les aldim,aldia,Algeo,alfor,ensp,alfluide une dizaine de filiales de sonatrach créée par des grands stratèges. Ajoutez y la BCL base logistique de béni mered... Ne trompez pas ceux qui ne savent pas,on est encore en vie.

    Rapporter Mobencous samedi 18 novembre 2017 03:43
  • "Plus le monsonge est gros, plus il passe" comme
    disait Geobbels.
    La vache à lait est sur le point de passer à l'abattoir.

    Rapporter Rachid boumahdi vendredi 17 novembre 2017 15:32
  • Parlez nous plutôt d'Aldim issue d'une JV Sonatrach-Société américaine pour la fabrication des têtes de ouits usine sise à Rouiba depuis plus de ans
    Parlez nous de ses equipements dernier cri uniques en Algérie
    Dites nous pourquoi aucun media n'a filmé la fabrication de ses têtes de puits utilisés les foreurs de Sonatrach

    Rouiba, c'est proche d'Alger Visitez là

    Rapporter Bienveillant vendredi 17 novembre 2017 08:52
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

comment Bouteflika pousse déjà Ouyahia vers la porte & comment Tiguentourine a sonné la chute du DRS

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

La hausse du prix des carburants ? - 52.1%
La taxe à 30% et plus du matériel informatique ? - 33%
L’augmentation du prix du tabac ? - 10.1%

Total votes: 1704

Vidéos

Docteur Ali Belkheiri: "Il y a des secteurs qui vont beaucoup recruter en A

A ne pas manquer

Prev Next

Un accord d'exploitation du champ de Rhoude el Krouf signé entre Sonatrach, Alnaft et Cepsa

  Le gisement de Rhoude El Khrouf ( RKF) a été découvert au sein du périmètre contractuel du champ de Rhoude Yacoub, en septembre1992, suite au forage du puits RKF1 et a été mis en production le 31 mai 1996.

Algérie : Ouyahia répond aux critiques de Chakib Khelil

L’ex-ministre de l’Energie a critiqué, entre autres, le recours au financement non conventionnel, qu’il considère comme générateur d’inflation. 

Algérie: La commission chargée d'élaborer la liste des métiers pénibles a été installée

Selon le ministre, le nombre de retraités comparé aux cotisants est d’un retraité pour 2,5 cotisants alors que cette moyenne devrait être d’un retraité pour 5 cotisants.