Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Mardi, 22 Mai 2018

  •   Algérie Presse Service
  • jeudi 7 décembre 2017 08:00

Algérie - Les recettes de la fiscalité pétrolière ont augmenté de 25% pendant les 7 premiers mois de l’année

Loi de finances 2017 (LF2017) a été élaborée sur la base d'un prix référentiel de baril de pétrole à 50 dollars alors qu'entre janvier et fin octobre 2017, le prix moyen du baril de pétrole brut s'est établi à 51,7 dollars contre 43,5 dollars sur la même période de 2016.

 

 

Les recettes de la fiscalité pétrolière effectivement réalisées sur les 7 premiers mois de 2017 ont enregistré une hausse de 25,03% par rapport à la même période de 2016, tandis que le déficit du Trésor a reculé de plus de 65%, a appris l'APS auprès du ministère des Finances.

Entre janvier et fin juillet 2017, les recettes fiscales pétrolières recouvrées ont augmenté à 1.275,05 milliards de dinars (mds DA) contre 1.019,8 mds DA sur la même période de 2016.

Cette hausse intervient dans le sillage de l'augmentation des cours pétroliers, sachant que la Loi de finances 2017 (LF2017) a été élaborée sur la base d'un prix référentiel de baril de pétrole à 50 dollars alors qu'entre janvier et fin octobre 2017, le prix moyen du baril de pétrole brut s'est établi à 51,7 dollars contre 43,5 dollars sur la même période de 2016.

Pour rappel, la LF 2017 a tablé sur une fiscalité pétrolière de 2.200 mds DA sur toute l'année en cours. Ainsi, le taux de réalisation jusqu'à fin juillet est de 58%.

Quant aux ressources ordinaires, elles ont enregistré une forte hausse de l'ordre de 71% en se chiffrant à 2.752,1 mds DA jusqu'à fin juillet 2017 contre 1.606,75 mds DA sur les 7 premiers mois de 2016.

Dans le détail, les ressources ordinaires effectivement enregistrées sont composées de recettes fiscales ordinaires avec 1.608,6 mds DA sur les 7 premiers mois 2017 (contre 1.503,31 mds DA sur la même période de 2016), de recettes ordinaires avec 159,44 mds DA (contre 100,42 mds DA), des recettes d’ordres, dons et legs avec 12 millions de DA (contre 22 millions de DA) ainsi que des recettes exceptionnelles avec 984,05 mds DA (contre 3 mds DA).

Ainsi, les recettes budgétaires globales (fiscalité pétrolière et ressources ordinaires) effectivement réalisées ont atteint 4.027,14 mds DA entre janvier et fin juillet 2017 contre 2.626,54 mds DA sur la même période de 2016, en hausse de plus de 53%.

La LF 2017 a prévu des recettes budgétaires annuelles de 5.635,5 mds DA. Le taux de réalisation est donc de 71,5% sur les 7 premiers mois.

Pour ce qui est des dépenses budgétaires effectivement engagées entre janvier et fin juillet 2017, il est constaté un léger recul de l'ordre de  1% par rapport à la même période de 2016.

En effet, elles se sont établies à 4.595,77 mds DA contre 4.637,54 mds DA, et ce, avec des dépenses d'équipement qui ont diminué à 1.592,33 mds DA contre 1.775,85 mds DA (-10,3%).

Par contre, les dépenses de fonctionnement ont augmenté à 3.003,44 mds DA contre 2.861,7 mds DA (+5%). La LF 2017 a prévu des dépenses budgétaires de 6.883,2 mds DA (des dépenses de fonctionnement de 4.591,8 mds DA et des dépenses d'équipement de 2.291,3 mds DA). Le taux de réalisation est ainsi de 67% jusqu'à fin juillet 2017.

Pour ce qui est du solde du Trésor public, son déficit a fortement diminué sur les 7 premiers mois de l'année en cours comparativement à la même période de l'année précédente.

Son déficit s'est établi à 734,6 mds DA contre un déficit 2.133,53 mds DA sur la même période de 2016, en baisse de 65,5%.

La LF 2017 a prévu un déficit du Trésor public de 1.297 mds DA sur l'année en cours.

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

"Les banques algériennes ont une capacité limitée en matière de prise de risque" (expert)

  Pour l’expert la mentalité figure parmi les obstacles face au changement dans le domaine bancaire.

Algérie: 60 % des énergies renouvelables devraient être dirigés vers le secteur agricole

  Les petits agriculteurs constituent la catégorie ayant le plus besoin de l’énergie solaire pour assurer l’irrigation des terres.

E-commerce: De nouvelles possibilités pour l’économie algérienne (contribution)

  On aborde régulièrement l’e-commerce en Algérie, de la législation à développer pour protéger les consommateurs aux contraintes locales liées à cette activité, quel est l’impact des entreprises spécialisées dans ce domaine sur l’économie locale? Et quelles formations dispensent-elles à notre jeunesse?