Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Lundi, 23 Avril 2018

  •   Aboubaker Khaled
  • dimanche 10 décembre 2017 16:15

"Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie"- Hachemi Siagh (audio-vidéo)

Actuellement, les transactions de la finance islamique ne sont rentables ni pour les banques ni pour les citoyens, estime Hachemi Siagh, expert en finance internationale.

 

« Le gisement monétaire de la finance islamique est surestimé en Algérie ». C’est ce que pense Hachemi Siagh, expert en finance internationale. Dans l’mission de l’Invité du direct de RadioM, l’expert financier a insisté sur le fait que le grand public méconnait la finance islamique et ses mécanismes. Cela s’ajoute au manque de confiance des citoyens envers les banques et la nouvelle réglementation (loi sur la monnaie et crédit) qui « rend les transactions bancaires trop lentes ».

Pour lui,  la mise en place d’une finance islamique nécessite des ajustements à appliquer à court terme et à moyen terme. A titre d’exemple, lorsque l’Algérie a donné l’agrément à trois banques privées pour ouvrir des guichets de finance islamique, elle n’a pas pris en considération certains mécanismes importants, comme « la réduction des frottements fiscaux entre la finance classique et la finance islamique ». Or, c’est « une procédure nécessaire », soutient-il.

Selon Hachemi Siagh, les transactions islamiques sont totalement différentes des transactions financières classiques, « c’est-à-dire, dans la transaction financière il y a des prêts et des crédits, par contre, dans la finance islamique, les transactions sont purement commerciales ». Et d’expliquer : «  quand un client veut acheter un produit, la banque ne peut pas financer directement le demandeur si le client veut acheter lui-même ce produit, alors que dans la norme islamique, c’est la banque qui l’achète et le revende au client à travers des contrats concomitants ».

Ainsi, cette spécificité de la finance islamique implique une double taxation. Les transactions par financement islamique sont soumises à « une double TVA (Taxe sur la valeur ajoutée), parce qu’il y a deux opérations à vente et achat : celle du producteur pour la banque et celle de la banque au client. « Elles sont soumises aussi à un double droit d’enregistrement, un doublement de la Taxe sur la publicité foncière et un doublement des émoluments », détaille Hachemi Siagh en insistant sur le fait que « ces transactions ne sont rentables ni pour les banques ni pour les citoyens ».

La solution pour l’expert financier international serait de « réduire les frottements fiscaux entre les deux procédures (finance islamique et finance classique), cela pour pouvoir parler d’une rentabilité financière, comme l’ont fait déjà d’autres pays ».

 


Évaluer cet élément
(3 Votes)

Laissez un commentaire



2 Commentaires

  • Que le gisement monétaire de la finance islamique en Algérie soit surestimé ou sous-estimé n’a pas d’importance, l’important c’est que la demande et les attentes des citoyens soient réelles et que les banques islamiques inventent de nouveaux produits financiers qui encouragent l’épargne

    J’ai personnellement inventé des produits financiers innovants qui combinent judicieusement ingénierie financière et ingénierie fiscale qui sont tout à la fois spéculatif et éthique et en parfaite conformité avec les recommandations de la religion musulmane

    Autrement dut et comme dirait le poète chinois YAN SOF GUET ZEN :« il ne faut pas perdre de vue que l’argent est juste une vue de l’esprit et que pour avoir une juste vue de l’argent il faut avoir de l’esprit »

    Cordialement, GUENZET SOFIANE, inventeur des technologies de la biométrie et du Système Monétique Biométrique SAOIB 31 et applications dérivées

    Rapporter GUENZET SOFIANE mardi 12 décembre 2017 09:37
  • excellente analyse, comme d'habitude le gouvernement n'a aucune notion dans la finance...
    en sus de cela afin de parler de prêts islamiques, il faut obligatoirement une assurance islamique: le takaful

    Rapporter chiraz lundi 11 décembre 2017 09:13
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

Algérie : Le Batimatc 2018 ouvre ses portes sous le signe de la transition numérique

  L’édition de cette année accorde un intérêt particulier à la transition numérique dans la construction en Algérie.

Algérie-Commerce : Plus de 8000 agents de contrôle seront déployés sur le terrain durant le Ramadan

    Les marchés spécifiques aux mois de Ramadan « visant à promouvoir la production nationale » seront ouverts au moins cinq jours avant le début du mois sacré.

Algérie : Le déficit commercial en recul de 83,6%, selon les douanes

  Les exportations ont assuré la couverture des importations à hauteur de 96% durant les trois premiers mois de 2018 contre 75% à la même période de l'année précédente.