Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Vendredi, 20 Avril 2018

  •   Maghreb Emergent avec APS
  • dimanche 17 décembre 2017 09:35

Le taux de chômage en Algérie devrait atteindre 13,2 % en 2018 (étude)

 

Une étude sur les défis de la démographie au Maghreb relève un décalage entre le capital humain et les besoins du marché de l'emploi, malgré les importants investissements consentis dans l'enseignement supérieur.

 

"En Algérie, on observe un décalage entre le capital humain et les besoins du marché de l'emploi, en dépit d'importants investissements dans l'enseignement supérieur", a indiqué une étude menée par la Direction générale du Trésor français, dont l'APS a obtenu une copie, expliquant que la surreprésentation des étudiants inscrits en sciences sociales et humaines (près de 65 %) "ne répond pas aux besoins actuels de l'économie".

Le Trésor public français, qui se base sur des chiffres de l'Office national des statistiques (ONS-Algérie), fait observer que pour pallier à cette situation, "une inflexion est aujourd'hui apportée par les autorités pour mettre en place des formations diplômantes plus adaptées aux nécessités du marché du travail".

Il note cependant que, dans tous les pays du Maghreb, le chômage des jeunes diplômés de l'enseignement supérieur dépasse "largement" celui des personnes ayant un niveau d'instruction inférieur, indiquant qu'en Algérie le taux était en 2016 à 16,7 %, "plus élevé qu'à niveau d'instruction inférieur (9,5 % pour le secondaire, 10,6 % pour le cycle moyen)".

De façon plus globale, l'étude précise que le taux de chômage en Algérie, évalué à 11,7 % pour 2017, "devrait atteindre 13,2 % en 2018, du fait d'un ralentissement de l'activité économique (0,8 % de croissance prévu en 2018), alors que le taux de chômage des jeunes s'établit à 26 % (18 % pour les diplômés de l'enseignement supérieur)", relevant que le taux de chômage des femmes reste "plus élevé" (20 %) que celui les hommes (8,1 %).

Analysant le marché du travail au Maghreb qui se caractérise par "une segmentation entre un secteur formel d'une part et un secteur informel non réglementé", l'étude rappelle à cet effet l'impact, en Algérie, de la restructuration du secteur public marchand intervenue dans le cadre du plan d'ajustement structurel mis en place avec la Banque Mondiale et le FMI en 1994.

"L'excédent d'offre durable sur le marché du travail qui a suivi, ne s'est résorbé qu'au milieu de la décennie 2000, à la faveur de créations massives d'emplois non affiliés au régime de sécurité sociale", a-t-elle indiqué, soulignant que ces évolutions ont jeté les bases de la structure du marché du travail algérien.

Ce marché du travail, a-t-elle expliqué, est segmenté en un marché primaire structuré, formel (emplois permanents, couverts par la sécurité sociale, soit 62 % des actifs occupés) et un marché secondaire non structuré, informel (emplois non permanents, sans contrats, non affiliés à la sécurité sociale et à faible valeur ajoutée) qui emploie 38 % des actifs occupés.

Ratio de dépendance 

Par ailleurs, elle estime que comparativement avec les autres pays du Maghreb, l'Algérie bénéficie d'un ratio de dépendance "avantageux", en raison de la population âgée de plus de 65 ans qui ne représente que 6 % de la population totale, trois fois moins qu’en Europe occidentale.

"Cette situation lui est théoriquement favorable pour assurer le financement de sa protection sociale. Néanmoins, du fait de l'importance de l'emploi non affilié, les administrations de sécurité sociale algériennes accusent aujourd'hui un manque à gagner significatif", explique le Trésor public français, précisant que la Caisse nationale de sécurité sociale des non-salariés (CASNOS), qui devrait théoriquement couvrir près d'un tiers des actifs occupés, "ne perçoit qu'à peine 5 % des cotisations potentiellement recouvrables".

Avec un taux de remplacement des pensions à taux plein pour les retraités qui demeure "élevé" (à 80 % du salaire de référence des 5 meilleures années pour 32 ans de cotisation), le système tend ainsi à devenir "de moins en moins contributif", a estimé l'étude.

Pour elle, ceci "remet en cause sa soutenabilité, puisqu’une part croissante de la protection est financée par le budget de l'Etat et par tirage sur un Fonds de réserve des retraites créé en 2006 et abondé à hauteur de 3 % de la fiscalité pétrolière, tandis qu'une proportion croissante de la population, qui n'a pas suffisamment cotisé, bénéficie des dispositifs d'assistance tel que le minimum vieillesse".

Sur le plan de la démographie, l'analyse fait ressortir que la population algérienne, multipliée par 4 depuis 1966 pour atteindre 40,4 M d'habitants au 1er janvier 2016, a connu ces dernières années une baisse de l'accroissement naturel.

Cette baisse résulte, selon elle, de l'effet conjugué de la baisse du taux de mortalité liée "aux progrès sanitaires", d'un "meilleur accès" aux soins et d'une "forte diminution" du taux de fécondité (en moyenne de 3,1 enfants par femme en 2015 contre 8 en 1970), ajoutant que la baisse du taux de fécondité est "imputable à des mesures d'espacement des naissances mises en place à partir de 1974".


Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire



2 Commentaires

  • seul mon village qui compte presque 100 000 abitant nous somme 80 pour cents chomeurs . et plus de 60 pour cents non affiliéé a la cnas sans aucune couverture sociale .

    Rapporter fateh dimanche 8 avril 2018 11:24
  • Comment contribuer au plein employ en Algerie
    Les nord américains et les européens font de moins n moins d enfant pas toujours pour des raisons socioéconomiques d après les experts de ces deux continents. Le sperme des homes de ces continents devient de plus en plus déficient. L Algérie a un des plus hauts taux démographiques au monde et uniquement 0.06% de décès a l accouchement des bébés. D après les spécialistes des banques de spermes en Europe et surtout aux USA ont découvert le sperme des algériens a une énergie Presque supranaturel. Des études au Sahara pour analyser les gaz envoyés dans l air sur tout le territoire national pourrait avoir une influence sur le sperme de l Algérien. Un groupe d industriels algériens a demande au gouvernement de l Algérie de créer un centre de spermatozoïdes en Algérie. Ils aimeraient importe d Europe et des USA des spermes de ces deux continents et les exposer a l'air dans la région de Tamanrasset. Le sperme aux USA coute en moyenne $ 60.000.00 et comportant des risques. Le sperme américain et européen raffinés a Tamanrasset se vendrait entre $ 18 et 20.000.00 les 5 grammes nécessaires. Il serait temps pour l Algérie de commencer ce genre d industrie. Pour s assurer que le sperme algérien est bien influencé uniquement par le gaz algérien, les experts américains et européens enquêtent secrètement actuellement en Algérie pour s assurer que les algériens et Algériennes n utilisent pas les techniques de Kamasoutra dans leur relations. Il parait que les techniques Kamasoutra pourraient influencer la couleur du bébé. Les clients veulent uniquement du blanc et du très léger brun.

    Rapporter Derhala dimanche 8 avril 2018 01:13
  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP du 07.03.2018: "Le 8 mars provoque un clash de civilisations sur RadioM"

Sondage

la décision d’ouvrir le capital ou de céder une entreprise publique doit remonter au président de la république ? - 6.2%
les privatisations et ouverture de capital doivent passer par la bourse d’Alger ? - 33.5%
il est plus urgent de cesser le soutien financier aux entreprises publiques que de savoir qui va les racheter ? - 34%
il faut maintenir le secteur public tel quel pour préserver l’emploi et l’égalité social ? - 20.7%

Total votes: 889

Vidéos

Le ministère du Travail veut que les syndicats respectent uneloi qu'il transgresse lui-même (N.Bouderba)

A ne pas manquer

Prev Next

La CEDEAO, cadre “idoine” pour institutionnaliser le partenariat d’exception Maroc-Afrique de l’Ouest (Brahim Fassi Fihri)

  La conférence d’Abidjan est initiée par l’Institut Amadeus en partenariat avec la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) et avec la collaboration du Centre ivoirien des recherches économiques et sociales (CIRES).

La France expulse un imam salafiste vers l'Algérie

  La Cour a rejeté la demande de l'avocat de l'imam de suspendre provisoirement son expulsion.

L'UA appelle la communauté internationale à soutenir la résolution politique du conflit en Libye

  Une force tripartite de l'UA, de l'Union européenne (UE) et de l'ONU tente de venir en aide aux migrants africains bloqués en Libye.