Connexion S'enregistrer

Connexion à votre compte

Identifiant
Mot de passe
Maintenir la connexion active sur ce site

Créer un compte

Pour valider ce formulaire, vous devez remplir tous les champs.
Nom
Identifiant
Mot de passe
Répétez le mot de passe
Adresse e-mail
Répétez l'adresse e-mail
Captcha
Jeudi, 18 Janvier 2018

  •   Aboubaker Khaled
  • mercredi 3 janvier 2018 16:54

L’Algérie a un besoin de 1000 marchés de proximité, selon l’association des commerçants

L’association a proposé au ministre du Commerce d’autoriser les commerçants à construire eux-mêmes leurs marchés de proximité.

 

« L’Algérie a un manque de 1000 marchés de proximité de détail à ouvrir pour assurer une activité commerciale stable», a déclaré le président de l’Association nationale des commerçants et artisans (ANCA) Hadj Tahar Boulenouar lors d’une conférence de presse tenue mercredi au siège de l’Association à Alger.

Le conférencier a signalé que « le projet du président de la République adopté en 2010 et qui vise à  construire 30 marchés de gros, 800 marchés de détail et 1000 marchés de proximité a été abandonné et n’a pas atteint les 30% de taux de réalisation en 2017 ». 

Hadj Tahar Boulenouar a indiqué, en outre, que l’association qu’il préside a proposé au ministre du Commerce d’autoriser « les commerçants à construire eux-mêmes leurs marchés de proximité et de détail, et doivent, pour ce faire, avoir accès au foncier, comme cela se fait dans les autres pays ». Il a assuré, à ce sujet, que « les marchés organisés sont un moyen efficace pour éradiquer le commerce informel et pour garantir la stabilité des prix des produits ».

Le président de l’association national des commerçants et artisans a déclaré que « ses membres ne s’opposent pas à la suppression provisoire de certains produits à l’importation, par contre l’Etat doit faire pression sur les producteurs nationaux pour augmenter leurs capacités de production et produire une qualité aux normes internationales », a ajouté Boulenouar.

Sur la question des locaux dans les bâtiments de l’OPGI fermés depuis plusieurs années, Boulenouar a indiqué que son association « a alerté le ministère de l’Habitat sur cette question et souhaite la libération de ces locaux au profit des commerçants».

 

 

 


Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire



  1. En ce moment
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
  • 6

Vidéos

CPP 10.01.18 "l'Alternance aux présidentielles de 2019 n'est pas impossible:en voilà les conditions"

Sondage

Quelle est parmi les mesures de la loi de finances pour 2018 en Algérie celle que vous redoutez le plus pour votre budget

Vidéos

Abderezak Dourari professeur des langues. "Le pouvoir algerianise son cosmos identitaire, tant mieux

A ne pas manquer

Prev Next

Le FMI dément vouloir imposer l’austérité à la Tunisie

Les déclarations qui se veulent rassurantes de son porte-parole aujourd’hui surviennent après les récentes protestations déclenchées par des mesures de la loi de finances 2018 ayant entraîné une hausse des prix du gasoil, des automobiles et des services de téléphonie et d'accès à internet.

De nouveaux investissements pour le secteur automobile tunisien (document OBG)

  Assembler les véhicules sur place permet aussi aux constructeurs de  contourner les quotas d’importation controversés actuellement en vigueur. Si la Tunisie a soi-disant libéralisé son régime légal des importations, la réalité est quelque peu différente, et les concessionnaires ne sont autorisés à écouler qu’un quart de leurs quotas à chaque trimestre.

Maroc - En 2017, pour la deuxième année consécutive, le déficit commercial s’est creusé

Il a progressé de 2.6%, enregistrant 189,8 milliards de dirhams, soit 6,7 milliards d’euros, contre 185 milliards en 2016. Autrement, dit, les exportations n’ont couvert que 56,3 % des importations. Le redressement des prix du brut a ainsi sévèrement pénalisé le royaume qui importe la quasi-totalité de ses besoins énergétiques.     Le déficit commercial du Maroc, selon l’indicateur préliminaire des échanges extérieurs...